Autour du livre


6 mars 2017
Posté par
Flora

Ces mots, favoris des grands classiques de la littérature

Les vocables, les lettres se bousculent au portillon des livres, des intrigues, révélant toutes les richesses et les subtilités de la langue française. Portrait de quelques petits favoris !

Mots_les_plus_utilisés_EdilivrePleins phares sur quelques stars
Un lexicologue pointilleux a récemment analysé les termes les plus récurrents de la langue française, dans les grands classiques des 18ème, 19ème et 20ème siècles.
En tout, plus de 20 millions de mots ont été passés au crible. Cherchant à établir la fréquence des termes les plus employés, des verbes d’action tels que faire, aller, mais aussi de parole comme dire, et enfin d’état tels que être, avoir ont été recensés.

Bref, tous les basiques de notre langue, oscillant entre classicisme et atemporalité, sont passés au crible d’une étude approfondie, visant à décrypter les attitudes des personnages. On remarque que, interchangeables, ceux-ci désignent des actes quotidiens, mais aussi universels.
Machiste la langue française ? Il semblerait, par ailleurs, que le terme « homme » revienne à maintes reprises, bien loin devant celui de « femme ». Et pourtant, les héroïnes de la littérature ne manquent pas à l’appel.

Quand des mots baroudeurs plus spécialisés incarnent l’oeuvre d’une époque
Au 19ème siècle, dans les romans réalistes français, les mots les plus utilisés sont les termes « ouvrier », « camarade » ou encore « terre ». La littérature de l’époque, cherchant, avant tout, à décrire l’existence des différentes couches sociales, se veut la plus proche possible de l’âpre réalité des sphères sociales miséreuses mais aussi nanties.
Les champs lexicaux, nombreux et diversifiés, se réfèrent, tour à tour, à l’industrie commerçante des grands magasins dans Au bonheur des dames, au monde prolétaire et à la détresse sociale dans L’Assommoir, à l’univers des mineurs grévistes dans Germinal, tandis qu’un langage plus politique, sentimental, et épique peuple les intrigues de Stendhal et de Balzac.

Un prétexte pour défendre la langue française
En tout cas, que les mots soient populaires ou absents des classiques, certains penseurs les ont ardemment défendu. Jacqueline de Romilly, femme de lettres contemporaine, Ces_mots_favoris_des_grands_classiques_Edilivreancienne professeure émérite à la Sorbonne et à l’ENS, a procédé à une étude exhaustive sur les mots et la langue, qu’elle défend particulièrement.
Dans le jardin des mots, l’un de ses ouvrages les plus remarquables, propose notamment une étude approfondie des vocables, en décryptant leur étymologie, et leur évolution historique.

Pour vous, utilisez-vous certains mots plus fréquemment que d’autres ?