Interview vidéo


12 novembre 2014
Posté par
Flora

Bande-annonce de  » Le Cœur fou  » de Georges Bleuhay

bande_annonce_le_coeur_fou_EdilivreNous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce de Le Cœur fou aux Éditions Edilivre. 

 

 

 

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=c8WDaYGC31Q&feature=youtu.be »]

 

– Détails sur le livre :
. Format : 13,4×20,4
. Nombre de pages : 108
. Date de publication : 17 juillet 2014

– Résumé du livre :
Georges Bleuhay est un pseudonyme permettant à l’auteur de livrer, de manière impudique, ses états d’âme. Tantôt empli de passion pour la Femme, merveilleuse divinité échappée d’un paradis oublié ; tantôt nostalgique d’un amour perdu ; parfois exalté par la France dont la langue et la culture ont bercé toute sa vie, il dévoile avec sincérité le maelström des sentiments qui s’emparent de lui et qu’il désire communiquer à ses lecteurs.
Certains de ses amis disent qu’il écrit un peu à la manière de Maurice Carême, poète de la Belgique française, avec une écriture simple et directe qui va droit au cœur. Une affirmation qui lui a donné le courage de publier le présent ouvrage !

– Biographie de l’auteur :
Né à Auderghem le 10 avril 1939, son père étant mobilisé à Bruxelles pour cause du conflit qui s’annonçait, il passe ses premières années à Laeken. Lors de la libération, son père décide de rejoindre sa famille à Spa où il ouvre une pension de famille « Le Bel Abri ». Cela donnera au jeune garçon le goût de la nature en vagabondant dans tous les bois environnants. Quand il ne joue pas à l’homme des bois, il se plonge dans la lecture de la bibliothèque de son grand-père, à tel point qu’à l’âge de neuf ans, il avait lu complètement l’Iliade et l’Odyssée (en français, bien sûr). Sa passion pour le français lui fait dévorer tous les ouvrages qui lui tombent sous la main. Anatole France, Octave Mirbeau, Émile Zola, mais aussi Ronsard, Rabelais, Alfred de Musset, Verlaine et le génial Rimbaud entre autres. Cela lui donnera le caractère indépendant à tel point qu’il quittera le nid familial à l’âge de quinze ans. C’est l’âge de son premier amour qui ne finira qu’avec la mort de cette merveilleuse amoureuse dont il parle avec nostalgie profonde dans son poème « Odette, mon ange disparu ».