Bande-annonce


2 septembre 2015
Posté par
Site par défaut

Bande-annonce de « Entrailles célestes » de Jean-Noël Cuénod

bande_annonce_entrailles_celestes_Edilivre

Nous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce de Entrailles célestes aux Éditions Edilivre.

 

 

 

 

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=3ffQVmGdoCY&feature=youtu.be »]

 

– Détails sur le livre :
. Format : 13,4X20,4
. Nombre de pages : 100
. Date de publication : 5 juin 2015

– Résumé du livre :
Combien serez-vous à lire ce bouquin ? Une certitude, vous ne ferez pas foule. Peu importe. La poésie est une activité délaissée par le règne de la quantité qui gère circulation des autoroutes médiatiques. Tant mieux. Préférons le chemin de traverse ou celui des écoliers. L’air y est plus libre et les découvertes, plus buissonnantes. Prenez-vous en main et marchez.

Ne dites pas « c’est compliqué ». La poésie est simple comme bonjour. Comme un jour qui se lève et dont il ne faut rien attendre d’autre que l’imprévu. Marchez sans boussole. Ne vous demandez pas « mais qu’est-ce qu’il a voulu dire par là ? » La poésie ne veut rien dire. Elle dit.

Entrailles célestes évoque le trajet de l’homme à la rencontre de son autre partie, la femme. On aurait pu faire l’inverse, en prenant le trajet de la femme à la rencontre de son autre partie, l’homme. Lorsque les deux parties seront réunies, alors le vrai, le grand voyage pourra commencer. Mais avant la fusion dans l’étoile, que de pièges, d’efforts, d’aventures, de mésaventures, de paysages…

En fouillant dans ces Entrailles célestes, vous inventerez – au sens où celui qui tombe sur un trésor devient en langage juridique, un « inventeur » –, vous inventerez, disais-je, un éclat d’esprit surgissant des tripes animales, qui sait ? En continuant votre marche en sous-sol, peut-être découvrirez-vous la lumière que cachent les ténèbres. Si c’était votre double que vous devinez dans ce clair-obscur ?

Et pour terminer, envisageons « 99 définitions de l’indéfinissable ». Vous avez certainement les vôtres…

Bonne route.

PS. : un grand merci au cinéaste alchimiste et veilleur des souterrains célestes Georges Combe. C’est lui, l’inventeur du titre.

– Biographie de l’auteur :
Si le journalisme l’alimente, c’est bien la poésie qui le nourrit. Jean-Noël Cuénod se démène comme un diable sur ces deux fronts, actualité et poésie. Rien à voir, dites-vous ? C’est à voir…

L’une change sans cesse de masques quand l’autre se transmue avec la lenteur du serpent.
L’une coule comme l’Arve et sa colère froide qui s’échappent du Mont-Blanc pour fendre le Rhône à Genève. L’autre scrute au-delà du temps, par-delà l’espace.
Les deux se rejoignent dans le sang des hommes.
Avant-propos et illustrations: Bernard Thomas-Roudeix.