Tag Archives: rentrée littéraire


Rentrée littéraire 2017 : les 5 meilleures ventes

En ce début d’année 2018, nous vous proposons de revenir sur les meilleures ventes de la rentrée littéraire. Parmi les 581 romans proposés, seulement 5 d’entre eux ont dépassé les 80 000 exemplaires vendus selon le classement établi par l’institut de sondage GFK et le magazine Livres Hebdo en décembre dernier. Les voici :

L’ordre du jour – Éric Vuillard

À la première place de ce classement, on retrouve « L’ordre du jour », le roman d’Éric Vuillard récompensé du prix Goncourt. Dans ce récit historique, l’auteur revient sur le rôle des industriels allemands dans les agissements nazis et retrace l’arrivée au pouvoir d’Hitler. L’ouvrage s’est vendu à plus de 176 000 exemplaires.

 

 

 

 

 

Frappe-toi le cœur – Amélie Nothomb

Qui dit rentrée littéraire dit Amélie Nothomb. Son nouveau roman, « Frappe toi le cœur », publié par les éditions Albin Michel, occupe la seconde place de ce classement. Son titre est emprunté à une citation d’Alfred de Musset : « Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie ». Cette fois, la romancière a décidé de traiter d’un thème qu’elle juge trop rarement abordé en littérature, celui de la jalousie d’une mère pour son enfant.

 

 

 

 

La disparition de Josef Mengele – Olivier Guez

Ce roman historique relate la fuite du médecin tortionnaire nazi Josef Mengele entre l’Allemagne et l’Amérique latine, jusqu’à sa mort en 1979 sans avoir été jugé. Pendant 34 ans, il échappa aux juges et mena une vie presque normale. Le prix Renaudot lui a été attribué en novembre 2017.

 

 

 

 

Bakhita – Véronique Olmi

Autre roman historique, « Bakhita » de Véronique Olmi retrace la vie de la sainte Joséphine Bakhita. Cette ancienne esclave, originaire du Darfour et née en 1869, était devenue religieuse après être passée entre les mains de maitres successifs. Elle fut déclarée sainte par le pape Jean Paul II après sa mort.

 

 

 

 

L’Art de perdre – Alice Zeniter

On termine ce classement avec le livre d’Alice Zeniter, « L’Art de perdre » qui totalise, pas moins de 82 000 ventes. L’auteur raconte le destin, entre la France et l’Algérie, des générations successives d’une famille, prisonnière d’un passé tenace. Elle répare par la même occasion une injustice en donnant la parole à ceux qui ne l’avaient jamais prise. Le prix Goncourt des lycéens lui a été attribué en novembre.

EDITO

La rentrée littéraire, un événement attendu

shutterstock_227767657

Chaque année, la rentrée littéraire fait parler d’elle, et ce à juste titre. Même si le nombre de livres mis en vente est en baisse en 2016 par rapport à 2014 et 2015, on dénombre tout de même 560 romans à paraître pour septembre. Mais comment s’organise cette rentrée littéraire ? Comment les libraires décident-ils de la mise en rayon ? Et surtout, que se passe-t-il pour les invendus ?

 

 

Une organisation bien rodée

Si l’on devait donner une définition de « rentrée littéraire », on dirait qu’il s’agit de la période concentrant le plus grand nombre de parutions de nouveaux livres. Elle a lieu chaque année entre fin août et début novembre.

Les fêtes de fin d’année arrivant à grands pas, la période d’août à novembre est propice au bouche-à-oreille. La rentrée littéraire favorise également les ouvrages susceptibles de se voir décerner un prix littéraire en les mettant en avant.

La rentrée littéraire touche aussi des lecteurs occasionnels. En effet, le Centre National du Livre notait dans son étude de 2015 que 42 % des Français ne se considéraient pas ou peu lecteurs.

 

Un casse-tête de sélection

Ce sont les libraires qui choisissent les livres qu’ils mettront en avant. Ceux-ci reçoivent des « épreuves », c’est-à-dire les textes en cours de correction, dès le mois de mai pour faire leur sélection. Ils découvrent également certains ouvrages entre eux ou en présence de quelques éditeurs lors de présentations.

Les ressentis quant aux livres se partagent en interne, mais aussi entre les différentes librairies. Ainsi, tous les employés d’une librairie ne liront pas un livre si certains collègues ont trouvé qu’il manquait d’intérêt.

Au moment des vacances d’été, ils choisissent une trentaine d’auteurs, certains déjà connus, sans oublier quelques auteurs inconnus qui sortent du lot. En effet, des premiers romans sont mis en avant pendant la rentrée littéraire. En 2016, par exemple, nous en compterons 66. Ils continuent cette sélection au fil de l’été. Ainsi, fin août, les libraires savent exactement ce qu’ils commandent aux différents éditeurs.

 

Que deviennent les invendus ?

shutterstock_262620383Malheureusement, les nombreux livres présentés ne trouvent pas toujours leur public. Les stocks sont conservés au moins jusqu’aux fêtes de fin d’année où les ventes atteignent des sommets. Ensuite, les livres ayant fait le moins de ventes sont retirés des rayonnages par les libraires.

Il faut alors s’occuper du recyclage des livres qui n’ont pas connu le succès escompté. C’est comme cela que certains sont recyclés en papier toilette ou encore en boîte à chaussures ! L’année de tous les records est 2003, où près de 1300 livres différents sont parus lors de la rentrée littéraire.

On dénombre cependant de plus en plus d’actions pour que les livres soient finalement donnés ou troqués dans des librairies solidaires. De telles initiatives témoignent d’une volonté de rallonger la longévité des ouvrages.

 

Et vous, quel a été votre coup de coeur de cette rentrée littéraire ?

Que_faut_il_retenir_de_la_rentrée_littéraire_2014_Edilivre

Que faut-il retenir de la rentrée littéraire 2014 ?

Ça y est, nous sommes en Octobre et la rentrée littéraire, cette période d’effervescence est dernière nous. De nombreux livres étaient présents sur les étagères des librairies et nous avons décidé de faire le retour après-vente de cette rentrée en vous présentant cinq ouvrages qui retiendront sûrement votre attention.

Que_faut_il_retenir_de_la_rentrée_littéraire_2014_EdilivrePeine perdue d’Olivier Adam

Peine perdue est le portrait des laissés pour compte de la société. Olivier Adam s’intéresse à la vie et au quotidien de ces classes populaires qui forment la société française. Ses mots sont parfois durs mais toujours percutants et saisissants. Par le point de vue de 22 personnages, l’auteur nous transmet une émotion et l’on ne sort pas de cet ouvrage indemne.

Le Royaume d’Emmanuel Carrère Que_faut_il_retenir_de_la_rentrée_littéraire_2014_Edilivre

Emmanuel Carrère est un écrivain à part. Il s’intéresse aux moindres détails, est curieux de tout. Dans cet ouvrage, il mène une véritable enquête sur les origines de la chrétienté et sur la résurrection. Le Royaume n’est pour autant pas un travail d’historien, mais bien d’écrivain. Il nous plonge dans cette période de l’histoire tout en s’attachant à des personnages, essayant de comprendre leurs convictions et leurs motivations pour cette nouvelle religion. Un ouvrage passionnant qui ouvre l’horizon et fait cheminer notre pensée.

Que_faut_il_retenir_de_la_rentrée_littéraire_2014_EdilivreL’amour et les forêts d’Éric Reinhardt

Ce roman est avant tout le portrait véridique d’une femme, de son courage et de sa volonté alors qu’elle était prisonnière d’un enfer conjugal. L’amour et les forêts devient vite une tragédie, avec pour personnage central cette femme au caractère fort, Bénédicte Ombredanne qui a elle-même demandé à l’auteur de raconter son expérience. A travers le harcèlement, Éric Reinhardt nous décrit les perversités de la société. Plongez vite dans ce roman fort !

Charlotte de David Foenkinos Que_faut_il_retenir_de_la_rentrée_littéraire_2014_Edilivre

On connaissait David Foenkinos pour sa manière formidable de raconter des histoires d’amours balbutiantes avec La délicatesse. C’est pourquoi nous sommes ravis de retrouver cet auteur de talent en lisant Charlotte, hommage à Charlotte Salomon, artiste morte à Auschwitz. Ce roman est presque une déclaration d’amour tant David Foenkinos est fasciné par cette femme qui a occupé ses pensées pendant 8 ans. L’auteur a enquêté sur Charlotte Salomon dès le moment où il a découvert son œuvre, pour un rendu magistral que vous devez vous empresser de découvrir !

Que_faut_il_retenir_de_la_rentrée_littéraire_2014_EdilivreL’aménagement du territoire d’Aurélien Bellanger

Le titre de cet ouvrage n’est pas glamour, et pourtant l’histoire est passionnante. Aurélien Ballanger nous raconte la création d’un empire familial à la française, dans le département de la Mayenne. La richesse arrive avec le développement du TGV et le pouvoir politique qui gravite autour de l’aménagement du territoire. L’auteur se lance dans des détails méticuleux sur la construction des lignes ou les enjeux locaux entre autres. Ce roman nous livre une partie de l’histoire de France et permet de comprendre notre société actuelle.

Et vous, qu’avez-vous retenu de cette rentrée littéraire ? Pensez-vous qu’il s’agit d’une période importante pour la littérature ?

Article écrit avec la participation de Louise

Que_faut_il_retenir_de_la_rentrée_littéraire_2014_Edilivre

Prix_de_l_auteur_sans_piston_2015

Newsletter Libraires septembre 2014 – Devenez membre du Jury du Prix de l’auteur sans piston 2015

Cher Libraire,

Nous vous souhaitons une excellente rentrée littéraire ! L’occasion pour vous de découvrir de nouvelles plumes talentueuses. En parlant de belles plumes, nous sommes heureux de vous présenter le Prix de l’auteur sans piston 2015. Nous vous invitons à rejoindre son Jury, composé de libraires et de journalistes. Une belle aventure vous attend.
En tant que « Livre du mois », nous vous présentons l’ouvrage L’empreinte du passé d’Arthur Hopfner où nous retrouvons le héros Jacques Mandrier avec une nouvelle famille. Mais son passé et ses démons vont ressurgir. Un amer retour en arrière…
Afin de vous accompagner dans vos choix de lectures, nous vous invitons à découvrir notre sélection mensuelle de livres sentimentaux, d’aventures et de poésies.

Si vous souhaitez organiser une séance de dédicaces avec un auteur Edilivre, adressez-nous un mail à commande@edilivre.com. Nous serons heureux de vous mettre en relation et de vous accompagner.

Bien chaleureusement,
L’équipe Edilivre

_________________________________________________________________________

Rejoignez le Jury du Prix de l’auteur sans piston

Prix_de_l_auteur_sans_piston_2015_EdilivreEdilivre souhaite rendre l’édition plus accessible à travers une publication volontairement ouverte. N’étant pas passés par l’édition traditionnelle, nos auteurs ont peu de chance d’être primés au sein des Prix littéraires existants car ils sont jugés « hors du système ». C’est pour cela que nous avons décidé de créer le « Prix de l’auteur sans piston », un Prix indépendant qui a pour but de mettre en lumière chaque année un auteur talentueux de notre maison.

Nous attachons une grande importance aux libraires. Il nous semble donc indispensable de vous associer à ce Prix au sein du Jury. L’année dernière, une quarantaine de libraires en faisait partie. Nous vous proposons donc de rejoindre le Jury de cette édition 2015. En tant que membre du Jury, nous vous mettrons en avant sur la page de l’événement et votre seule mission sera de départager les 5 livres finalistes durant 2 mois.

Si vous êtes intéressé ou si vous souhaitez en savoir plus, envoyez un mail à flora@edilivre.com.
Acceptez-vous notre invitation ?

JE SOUHAITE FAIRE PARTIE DU JURY

_________________________________________________________________________

Le livre du mois

L'Empreinte du passé LIRE UN EXTRAIT
JE COMMANDE CE LIVRE

L’empreinte du passé

de Arthur Hopfner

Genre : Roman policier

Résumé : Après la disparition de sa femme et de son fils dans un attentat islamiste, Jacques Mandrier, commando marine, s’était lancé dans une traque des plus dangereuses pour sauver l’honneur des siens. Alors qu’il a reconstruit sa vie auprès de sa nouvelle femme et de leur enfant, Jacques reçoit une lettre de menace de la part de ses ennemis, réveillant ainsi de vieux démons. Pour protéger sa famille, l’homme devra puiser dans ses souvenirs les plus douloureux pour retrouver ses convictions.

Pourquoi vos lecteurs l’aimeront ?
Après avoir bouleversé les lecteurs avec son premier ouvrage Toujours y croire, Arthur Hopfner revient avec L’empreinte du passé où nous retrouvons Jacques Mandrier dans un nouvel opus poignant et authentique. En super héros des temps modernes, cet homme courageux vous invite à plonger avec lui dans ses souvenirs les plus sombres, ceux qui lui donnent la force de toujours avancer dans l’unique but de protéger les siens. Arthur Hopfner, ancien commando marine au sein des forces spéciales, livre ici une aventure qui vous apprend qu’humilité et résistance sont nos guides pour toujours dominer nos souffrances et pour survivre, quoi qu’il arrive.

En quelques mots : marine, biographie, aventures, drame, commando, passé.

_________________________________________________________________________

Bandes-annonces à découvrir

Découvrez les bandes-annonces des ouvrages Chants de plume et Bella.
couverture couverture
VOIR LA BANDE-ANNONCE VOIR LA BANDE-ANNONCE

_________________________________________________________________________

La sélection du mois

AVENTURE
L'opportunisteAu nom de jupi… terre Les bonnes affaires de l'étrangerLes Lumières du passé La partition de ma viePhalange Prétorienne Le GüegüenseDes gens pas
comme les autres

 

SENTIMENTAL
Vierge noireDe quoi j’me mêle ? Il ne se passait jamais rienL’aencre de tes yeux Destins croisésUne vie en déroute La Quatrième PériodeLe Temps d’un
dernier printemps

 

POESIE
Délires d'insomniaqueQuand les fables se rebiffent AmoriL’enfant aux pays des lumières La voix du désirRêves et Réalité Souvenirs d'une thésardeMidi-minuit

 

Bilan du marché du livre en 2013

Cette année aura été riche d’événements qui ont marqué le monde de l’édition. Projets de lois, nouveau contrat d’aide aux auteurs, procès. Retour sur ces grandes étapes qui ont jalonné 2013.

Lutter contre les excès
Initié par l’ancien patron de Canal Plus et soutenu par la ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filipetti, le rapport Lescure est rendu public en mai et prévoit l’application de deux mesures phares pour lutter contre le piratage. La première consiste en un taux d’imposition des smartphones afin de réduire la possibilité d’accès aux contenus gratuits pour les utilisateurs.

La deuxième, bien plus importante, prévoit la suppression de la loi Hadopi (Haute Autorité de lutte pour la diffusion des œuvres et la Bilan_édition_2013_Edilivreprotection des droits sur Internet), censée lutter contre le téléchargement illégal, le durcissement des sanctions contre les pirates et le renforcement de l’autorégulation des acteurs privés, entre autres, du marché du livre.

Autre point qui inquiète le gouvernement : la régulation des prix du livre sur Internet. Le 3 octobre, le Parlement vote une loi prévoyant le non-cumul de la gratuité des frais de ports et la remise de 5% du prix unique des livres. Un coup dur pour des géants du marché comme Amazon, le prix du livre en ligne devenant équivalent sinon plus cher que celui du livre dans une librairie traditionnelle.

L’essor du marché du livre numérique
Cette année 2013 a montré que le marché du numérique était en plein essor, surtout aux Etats-Unis, Amazon continuant de batailler sur le marché du numérique (50 à 60% du marché d’e-books), face à ses principaux concurrents, Barnes & Nobles (25%) et Apple (10%). En France, la part des livres numériques ne représente actuellement que 2,1% du chiffre d’affaires des éditeurs. Si plusieurs études montrent que les supports numériques augmentent (500 000 liseuses et 4,5 millions de tablettes en France), la lecture en ligne peine à décoller. Réduit à 5,5% en janvier, le taux de TVA amoindri n’a pas favorisé une hausse de la consommation, contrairement aux prévisions.Bilan_édition_2013_Edilivre

Signal fort dans cette course à la séduction des consommateurs, Apple a été condamné en juillet pour entente avec de grandes maisons d’édition (dont Hachette et Penguin Group) afin d’augmenter le prix des livres électroniques, ce qui aurait forcé ses concurrents à s’aligner sur les prix sous peine de perdre la vente de certains best-sellers sur leur site de vente. La marque à la pomme a fait appel de la décision. Mais ce serait bien passé de cette mauvaise publicité.

La lecture numérique a également fêté un événement de taille en cette année 2013, avec l’ouverture de la première bibliothèque intégralement numérique, le 14 septembre aux États-Unis. Une bibliothèque sans livres physiques, censée apporter une alternative aux librairies traditionnelles. Mais peut-être est-ce là un modèle qui va se pérenniser…dès 2014 ?

Les auteurs, acteurs clés
Bilan_édition_2013_Edilivre
La rentrée littéraire a souligné une nouvelle fois une constante : la production littéraire est en baisse en France et les difficultés à se faire publier rebutent de plus en plus d’auteurs. Pour la troisième année consécutive, une rentrée littéraire a stagné sous la barre des 600 nouveaux romans.

Cette observation corrobore une étude menée cette année par Edilivre en 2013 et qui révèle que les Français préfèrent désormais se tourner vers l’auto-édition pour éditer leurs livres, face à monde de l’édition de plus en plus difficile d’accès.

Pourtant, le monde de l’édition ne reste pas sans rien faire pour protéger ses acteurs. Le 21 mars 2013, un accord est trouvé entre le SNE (Syndicat National de l’Edition) et le CPE (Conseil Permanent des Ecrivains), redéfinissant les clauses du contrat liant un auteur à son éditeur et prenant désormais en cause la version numérique de l’œuvre, ajoutée à la version papier seule prise en compte. Une avancée importante pour les droits des écrivains en France.

Et vous, quels événements retenez-vous de cette année 2013 dans le monde de l’édition ? Quels sont ceux qui vous ont plu ou au contraire déçu ?

Article écrit avec la participation de Quentin

Ce qu’il ne fallait pas manquer la semaine dernière

Retrouvez ci-dessous les actualités de la semaine dernière qu’il ne fallait pas manquer. Bonne lecture !

>>> Actualités Edilivre :

Edilivre était au 24ème Salon Littéraire de Fuveau

L’auteur de la semaine : Charles Bukowski

A ne pas manquer ! Rencontre Club Auteurs Languedoc-Roussillon le samedi 12 octobre à Luc-sur-Orbieu

Newsletter de septembre – C’est la rentrée des bonnes nouvelles ! Cagnotte, recueil érotique, rencontre de votre Club Auteurs…

1ère rencontre du Club Auteurs Suisse

Rencontre du Club Auteurs Poitou-Charentes

Newsletter Libraires de septembre 2013 | Augmentation de vos remises libraires – Découvrez l’opération Promo chez les libraires et le livre du mois

A ne pas manquer ! Rencontre du Club Auteurs Île de France le samedi 5 octobre à Paris

L’expression de la semaine : Discuter à bâtons rompus

> La photo de la semaine

L’astuce de la semaine pour promouvoir son livre

 

 >>> Actualités Autour du livre :

Le top des ventes de la rentrée littéraire

Conseils pour bien utiliser les décors dans un récit

Comment donner de la vie à vos textes ?

Le voyage sans retour du maître de la science-fiction

Conseils pour utiliser les réseaux sociaux pour promouvoir votre livre

Ce_qu'il_ne_fallait_pas_manquer_Edilivre

Le top des ventes de la rentrée littéraire

Le palmarès L’Express/Tite-Live dévoile les meilleures ventes du 26 août au 1er septembre. Les œuvres de la rentrée littéraire de 2013 y figurent en bonne place.

Rentrée_littéraire_2013_EdilivreUn mélange France et Etats-Unis
Deux ouvrages évoquant le passé prennent les rênes de la rentrée littéraire. Jean d’Ormesson et son dernier ouvrage, Un jour je m’en irai sans avoir tout dit, enthousiasment la critique…mais aussi les lecteurs ! Il trône en haut des ventes en compagnie de la célèbre belge Amélie Nothomb et son livre sur le Japon, La Nostalgie heureuse.
Les lecteurs français ont offert une place de choix aux auteurs américains pour cette rentrée 2013. D’un côté Canada de Richard Ford, qui évoque la fuite d’un jeune homme en Amérique du Nord. De l’autre, Laura Kasischke et son Esprit d’hiver, un conte de Noël inquiétant. En clôture du top cinq des meilleures ventes, on trouve le roman de Pierre Lemaitre sur les Gueules Cassées de 14/18, Au revoir là-haut.

Des habitués des têtes de ventes
Les meilleures ventes de la rentrée littéraire ne comptent pourtant pas que des nouveautés. L’américaine Sylvia Day s’installe en sixième position des ventes avec le dernier tome de sa trilogie Crossfire : Enlace-moi, suivi du roman érotique d’E.L. James, Cinquante Nuances de Grey
Trois auteurs de la rentrée littéraire 2013 ferment ce top 10 Rentrée_littéraire_2013_Edilivre des ventes entre le 26 août et le 1er septembre : Marie Darrieussecq, une habituée du top, ainsi que l’auteur algérien Yasmina Khadra et Eric-Emmanuel Schmitt. Un ouvrage de la rentrée 2012 figure dans les vingt meilleures ventes : Joël Dicker et La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, preuve que la rentrée littéraire peut connaître le succès sur la durée.

Avez-vous déjà lu des ouvrages de cette rentrée littéraire ? Les avez-vous appréciés ?

Article écrit avec la participation d’Audrey

Ce qu’il ne fallait pas manquer la semaine dernière

Retrouvez ci-dessous les actualités de la semaine dernière qu’il ne fallait pas manquer. Bonne lecture !

>>> Actualités Edilivre :

L’auteur de la semaine : Fabre d’Eglantine

L’expression de la semaine : Etre dans les bras de Morphée

Les 3 astuces de la semaine pour promouvoir son livre

> La photo de la semaine

 

>>> Actualités Autour du livre :

Star Wars dans la langue de Shakespeare

Les meilleurs livres érotiques font monter la température

Faut-il participer à des ateliers d’écriture ?

Une rentrée littéraire à la baisse sous la barre des 600 nouveautés

Comment écrire un roman en 30 jours ?

Ce_qu_il_ne fallait_pas_manquer_Edilivre

 

 

Une rentrée littéraire à la baisse sous la barre des 600 nouveautés

C’est déjà la troisième année consécutive que la production romanesque de l’automne est en baisse, mais c’est également la première fois depuis 12 ans que le nombre de romans annoncé passe sous la barre des 600 nouveautés.

rentrée_littéraire_2013_Edilivre

Une baisse littéraire évidente
Les romans attendus entre la fin du mois d’août et le mois d’octobre sont prévus au nombre de 555 cette année. Parmi eux figurent 357 romans français et 198 romans étrangers. En comparaison avec l’année 2012, on assiste à une baisse de la production de 14 %, et l’écart se fait notamment ressentir sur le nombre d’ouvrages français publiés, puisque ces derniers s’élevaient au nombre de 426 l’année dernière, tandis que le nombre de romans étrangers était quant à lui de 220, soit une différence de 22 ouvrages avec ceux de cette année.

Moins de romans certes, mais plus de premiers romans !
Le nombre d’ouvrages à paraître cette année sera certes moins élevé que les années précédentes. Cela dit, on constate cependant que le nombre de premiers romans explose littéralement après 5 ans de frilosité. En effet, en cette année 2013, 86 nouveaux romans sont attendus, alors que ces derniers n’étaient qu’au nombre de 69 l’année dernière. Ce changement traduit bien un renouvellement littéraire, comprenant non seulement de nouveaux auteurs, mais également la dynamique d’une nouvelle génération d’éditeurs.

Quelques ouvrages à lire
rentrée_littéraire_2013_EdilivreAprès un premier débroussaillage des ouvrages prévus pour la rentrée, voici quelques livres qui pourront d’ores et déjà être lus dès la fin du mois d’août. Nous avons tout d’abord La nostalgie heureuse d’Amélie Nothomb, La grâce des brigands de Véronique Ovladé, Parabole du failli de Lyonel Trouillot. On pourra aussi retrouver Ciels de Loire d’Emmanuelle Guattari, Le fils de Sam Green de Sibylle Grimbert, La servante du Seigneur de Jean-Louis Fournier, Une enfance de Jésus de  J-M Coetzee, Esprit d’hiver de Laura Kasischke, Les saisons de Louveplaine de Chloé Korman, et bien d’autres ouvrages tels que Nue de Jean-Philippe Toussaint, Uniques de Dominique Paravel, Danse noire de Nancy Huston, Naissance de Yann Moix, Mon prochain de Gaëlle Obiegly, La lucarne de José Saramago ou encore Canada de Richard Ford.

Et vous, que pensez-vous de la rentrée littéraire ? Attendez-vous cet événement ?

Article écrit avec la participation d’Ilanie

Fin du suspens pour les prix Goncourt et Renaudot

Mercredi 7 novembre, à 12h50 précises, au restaurant Drouant situé dans le 2ème arrondissement de Paris, les prestigieux prix littéraires Goncourt et Renaudot ont été décernés.

Le prix Goncourt ne fait pas l’unanimité
Le prix Goncourt est le prix littéraire français récompensant des auteurs d’expression française. Il a été créé par Edmond de Goncourt en 1903. Parmi les primés, on peut citer des auteurs connus comme par exemple Marcel Proust, André Malraux, Simone de Beauvoir, Michel Tournier et Marguerite Duras. Le mercredi 7 novembre dernier, le prix Goncourt 2012 a été décerné à Jérôme Ferrari pour son ouvrage Le Sermon de la chute de Rome, paru aux éditions Actes Sud.

A 5 voix contre 4, le score était serré avec Patrick Deville et son livre Peste et Choléra, pourtant favori. Ce prix Goncourt ne fait pas l’unanimité et notamment du côté de Didier Decoin, membre de l’Académie Goncourt. L’académicien n’est pas d’accord avec cette décision finale. Au cours de la réception de remise du prix, il a déclaré : « le choix de Ferrari, c’est une prime à la qualité académique. Je préférais Deville. Des phrases ciselées. Un sujet formidable, un vrai voyage ». C’est le style d’écriture utilisé par Jérôme Ferrari qui ne fait pas l’union au sein de ses confrères. Après l’annonce, l’heureux élu a déclaré considérer ce prix comme une véritable consécration. C’est pour lui, la reconnaissance officielle de son talent.

Son livre, véritable hommage à la Corse
Né en 1968 à Paris, Jérôme Ferrari, passe son enfance dans deux endroits : la ville dans laquelle il est né, Paris, et son lieu d’attache sentimental, la Corse. Professeur de philosophie à Porto Vecchio puis à Alger, il enseigne actuellement à Abou Dabi, aux Emirates Arabes Unis. Son attachement au territoire corse le marque et l’influence dans son écriture puisque l’histoire du roman Le Sermon de la chute de Rome se déroule sur l’île de beauté. Plus précisément dans une petite bourgade corse où se retrouvent deux amis d’enfance, Matthieu et Libero, deux étudiants en philosophie. Ils décident d’arrêter
leurs études pour se consacrer à la tenue d’un bar situé dans un petit village de montagne. Comme le laisse présager le titre du roman, l’histoire se termine mal. Dans cet ouvrage, l’auteur réussit à faire un parallèle entre l’histoire des deux amis et la chute de Rome pendant l’Antiquité. Jérôme Ferrari se livre à une véritable réflexion sur le déclin de l’Occident en utilisant un style très travaillé.

Jérôme Ferrari, un auteur qui sort de l’ombre
L’auteur a écrit plusieurs romans avant que le monde de la littérature ne lui accorde son attention. En 2007, il sortit un ouvrage intitulé Dans le secret qui rencontre un succès mitigé. Son deuxième récit, Balo Atlantico, paru en 2008, voit le jour sans qu’on ne lui porte aucune attention. Un an plus tard avec Un dieu animal, il bénéficie de quelques critiques littéraires. Le Sermon de la chute de Rome lui permet donc de sortir définitivement de l’ombre. Ironie de l’histoire, les protagonistes de Balo Atlantico, qui n’avaient pas rencontrés les faveurs du public quatre ans plus tôt, sont les mêmes dans l’ouvrage primé. Dès sa sortie, Le sermon de la chute de Rome s’est vendu à 85 000 exemplaires. Avec ce roman, l’écrivain accède donc à la reconnaissance de la part du grand public. Mais cela ne s’arrête pas là, car même si le récit ne fait pas l’unanimité, tous les critiques littéraires s’accordent à dire que cet ouvrage reste l’un des plus aboutis de la rentrée littéraire.

La remise du prix Renaudot, une lauréate inattendue
Le prix Renaudot a été fondé par des membres du jury du prix Goncourt en 1926. C’est pour cette raison que le prix Renaudot est remis le même jour et au sein du même endroit que le prix Goncourt.

Il convient de dire que le prix Renaudot répare les éventuelles injustices du prix Goncourt. L’écrivaine rwandaise Scholastique Mukasonga pour son roman Notre Dame du Nil s’est vu décerner le prix Renaudot 2012. Le plus incroyable, c’est que l’ouvrage avait été écarté lors de la sélection du printemps. Il n’était donc pas dans la sélection finale du prix. L’auteur est originaire de la tribu tutsi qui fut décimée dans les années 90. L’histoire de ce roman se déroule dans un lycée rwandais réservé aux jeunes filles de bonne famille. Scholastique Mukasonga démontre comment les étudiantes sont conditionnées par le pouvoir hutu pour haïr la minorité d’élèves tutsi présente dans l’école. Cette histoire fait référence au génocide rwandais qui a eu lieu en 1994. Presque l’intégralité du peuple tutsi a été décimée par le pouvoir hutu en seulement 3 mois de violences sanguinaires.

Désormais, Jérôme Ferrari et Scholastique Mukasonga sont des écrivains qui disposent officiellement de l’approbation de leurs pairs. Souhaitons-leur bonne chance dans leurs futurs écrits.

Article écrit avec la participation de Camille