Tag Archives: Christianisme


Bande-annonce de «La Mort de Jupiter – 394» de Jac Delzar

bande_annonce_la_mort_de_jupiter_EdilivreNous avons le plaisir de vous présenter la bande-annonce de Comme un goût de cendre aux Éditions Edilivre.

 

 

 

 

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=rLbQH7RTthY&feature=youtu.be »]

 

 

– Détails sur le livre :
. Format : 13,4×20,4
. Nombre de pages : 402
. Date de publication : 1 juin 2016

– Résumé du livre :
À la fin du IVe siècle, un monde nouveau émerge, non sans heurts. Les classes moyennes se détournent du polythéisme. La femme ne se reconnaît plus dans Junon sans cesse trompée par son mari Jupiter. Théodose 1er, le pieux empereur d’Orient, est cruel, cupide et homophobe. Sa fiscalité est oppressante et sa ferveur religieuse intolérante. En Gaule, avec le général franc Arbogast, les mécontents et les païens se révoltent contre l’empereur ; l’affrontement a lieu en 394, à la Rivière Froide, près de Venise. Le dieu de Théodose l’emporte, un peu par la trahison, beaucoup par la chance et toujours par la prière. C’est la fin officielle de Jupiter.
Assistez aux jeux du cirque, à une vente d’esclaves, à un cours de rhétorique, à une séance de torture, à une controverse, à un procès, à une soirée rose, à un banquet… et à la mort de Jupiter.
La Mort de Jupiter, dont l’élaboration a duré sept ans, trouve son origine dans une interrogation d’adolescent. Qui donc avait supprimé les Jeux Olympiques ? Et pourquoi ?

 

– Biographie de l’auteur :
Né dans le canton de Lafrançaise, étudiant à la faculté des lettres de Toulouse, l’auteur connaît bien le Sud-Ouest où se déroulent ces événements.
Onze ans d’enseignement dans le sud-est de l’Asie, dix ans dans la corne de l’Afrique et quatre ans dans le golfe de Guinée l’exercent au maniement de la langue et lui ouvrent l’esprit sur les autres.
Ses longs séjours en Chine, en Californie et en Océanie complètent sa vision du monde.
Ayant écrit trois romans, une pièce de théâtre et un recueil de poésies, l’auteur tient à remercier particulièrement Edilivre.

 

 

Rencontre avec Philippe Kacou, pour l’ensemble de son oeuvre

Philippe_Kacou_EdilivrePrésentez-nous vos ouvrages ?
Mon livre, « Le livre du prophète Kacou Philippe », est un ensemble de 124 chapitres répartis en 3 tomes. C’est une vision nouvelle du christianisme qu’il est indispensable d’avoir. C’est une redéfinition de la Bible et du christianisme sous tous ses aspects. La particularité de ces ouvrages est que vous pouvez commencer par n’importe lequel des tomes ou des 124 chapitres. Les chapitres sont indépendants les uns des autres. Tous les grands points du christianisme y sont abordés en profondeur. Surtout, ne commettez surtout pas l’erreur de vous arrêter au premier chapitre du tome 1.

Pourquoi avoir écrit ces livres ?
Ces livres ont été écrits au même titre que les livres de la Bible. Quand un grand prophète parle sur la terre, ses paroles sont toujours consignées dans un livre afin que toute la terre sache ce que ce prophète a dit. C’est donc un livre qui marquera cette époque à cause de son contenu et des mystères qu’il révèle. Comme les livres de la Bible, ce livre aussi a été écrit en mémoire pour les générations futures afin que ces générations sachent ce que Dieu a fait en notre temps.

Avez-vous créé une nouvelle forme de religion ?
Non, l’allemand Martin Luther n’a jamais voulu créé une nouvelle religion en s’en prenant au catholicisme. C’est la même chose. Je n’ai pas créé une nouvelle religion mais j’ai rétabli le véritable christianisme.

Comment pensez-vous redéfinir la Bible et le christianisme ?
D’abord, l’humanité a une mauvaise compréhension de la Bible. La Bible est simplement un élément de la préhistoire chrétienne et ne peut aucunement donner le Salut. Comme le rétroviseur d’un véhicule, elle permet de voir le passé mais pas le présent et le futur. Et mon livre explique tout cela. De même, j’ai redéfini le christianisme et chacun de ses éléments. C’est un livre indispensable à la connaissance.

D’où vous est venue cette vocation ? Avez-vous eu une illumination ? Dieu vous a-t-il adressé un message ? Parle-t-il à travers vous ?
Cette vocation est partie d’une apparition surnaturelle le 24 avril 1993. Un ange m’a dit : « Au temps marqué tu comprendras ce que tu n’as pas appris » et neuf ans plus tard, en 2002, cette parole a eu son accomplissement. Tout cela est contenu dans mon livre.

À quel lecteur s’adressent vos ouvrages ?
Mes ouvrages ne s’adressent pas à une église ou à une religion précise mais à toute l’humanité. Arrêtez de dire : « Que dit cet homme ? Il paraît qu’il a dit ceci. J’aurais appris qu’il dit que… ». Quel que soit le prix, vous devez avoir ces livres et les lire par vous-mêmes. Ce sont des assemblages de prédications qui ne sont pas une explication de la Bible. Ils sont constitués d’une compilation de prédications qui s’adressent d’abord à tout homme soucieux du salut de son âme. Et ensuite, ils se présentent comme un outil nouveau pour les formateurs et étudiants des écoles et instituts théologiques.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ces livres ?
Le message est que l’humanité a une mauvaise compréhension de la religion chrétienne, de la Bible et même des juifs. Avec le temps et à travers les siècles, le mensonge a fini par prendre la place de la vérité. Aujourd’hui, ma vision des choses est combattue mais un jour, elle triomphera. Mon livre sera toujours d’actualité.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Ma source d’inspiration est surnaturelle. Le message du livre est basé sur des apparitions surnaturelles que j’ai eu lorsque j’étais un petit manœuvre sur un chantier de construction. C’était en avril 1993. Et aujourd’hui, cette vision a pris forme et l’humanité en
parle.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Pour l’avenir, c’est surtout une biographie sur le prophète Kacou Philippe. Un grand homme a le droit d’avoir une biographie.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Aux lecteurs, je dirai que tout ce qui est amer n’est pas forcément mauvais. Tout ce que j’ai dit et tout ce qui me concerne se trouve entièrement dans ces livres. Si j’avais les moyens, j’offrirais ces livres à chaque habitant de la terre car chaque habitant de la terre doit savoir la vérité sur la Bible et l’Église. Il ne faudrait pas que la conclusion des autres soit la vôtre. Et enfin un conseil : lisez-les vous-mêmes, allez jusqu’à la fin de ces livres et tirez votre propre conclusion. C’est ce qui serait sage.

 

Eouda_Pintruber_Edilivre

Rencontre avec Eouda Pintruber, auteur de « Salem »

Eouda_Pintruber_EdilivreD’où vous vient votre goût pour l’écriture ?
Mon goût pour l’écriture est en partie lié aux lectures que ma mère me faisait quand j’étais enfant. Par ailleurs, les compliments que j’ai reçu très tôt, dès l’âge de 12 ans, sur les textes que j’écrivais, m’ont donné de l’assurance et m’ont encouragé à continuer.

Présentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Salem, à la lisière de plusieurs genres, participe du roman, de l’essai, du poème, mais l’essentiel n’est pas la forme : le propos commande les moyens. Suivant Pascal selon lequel deux erreurs sont à éviter :  » pas de raison ; trop de raison… », j’illustre un nouveau paradigme qui s’affranchit du principe du tiers exclu, ou de non contradiction.
Au delà, il s’agit d’un message d’ouverture, de tolérance et de dépassement qui satisfasse à la fois les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens. Salem est né de la fascination pour une ville, un peuple au destin exceptionnel.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
Les principales qualités de mon livre sont l’actualité, l’urgence du message face aux violences, d’où qu’elles viennent, la qualité du style, l’originalité de la construction et la nouveauté du propos.

Vos auteurs de référence ?
Mes auteurs de référence sont Blaise Pascal, Virgile, Julien Gracq, Apollinaire, Jean Giraudoux…

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
J’ai deux projets d’écriture en cours. Tout d’abord, un essai sur le rapport entre la raison et la foi où le dogme chrétien de la résurrection sera examiné, discuté à l’aune des disciplines scientifiques. Et ensuite, un récit : « Une histoire de Fabien » qui racontera le destin tragique de mon fils décédé à 40 ans.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Aux lecteurs, je promets qu’ils s’instruiront en me lisant, qu’ils pourront acquérir des connaissances historiques, philosophiques, scientifiques mais qu’ils prendront aussi beaucoup de plaisir car l’écriture comme la lecture sont des activités érotiques…

Rencontre avec Bénédicte Gandoulas, auteure de  » Au fil des jours « 

Bénédicte_Gandoulas_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Mon livre raconte le parcours mystique d’une personne qui, bien qu’élevée dans la religion catholique, fut athée pendant la plus grande partie de sa vie. Athée et même assez intégriste, voire intolérante ! Du jour où j’ai été touchée par la grâce à celui où je suis revenue au sein de l’Église Catholique. Mon livre raconte ce parcours assez hors-norme qui passe par l’Islam pour revenir au point de départ, d’où le sous-titre « enfant prodigue » où, bien sûr, je fais allusion à la parabole de l’Évangile. Cet enfant prodigue, c’est moi.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Pour témoigner, je ne savais que trop ce que pensent les athées des croyants et les tenants des différentes religions abrahamiques des autres religions.
D’abord je l’ai écrit pour moi. C’était mon journal intime à un moment charnière de ma vie. J’éprouvais le besoin de mettre par écrit ce que je vivais. Ensuite, c’est en le faisant lire à des proches que l’idée, sous leur pression amicale, s’est fait jour de chercher à le publier.
Je souhaite, par cet ouvrage, bien sûr faire partager mon expérience mais aussi faire comprendre que, quelle que soit la façon dont on prie le Dieu, ce qui prime c’est bien de le prier ce Dieu et de reconnaître dans tous les croyants des frères. Si j’ai un message à faire passer c’est bien celui-ci : l’humanité est constituée de frères et sœurs. C’est extrêmement important pour moi que de faire appréhender cela.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Franchement, je ne sais pas trop s’il y a un lecteur-type. Peut être l’athée pour qui la foi est un mystère sera intéressé par mon expérience, peut-être le croyant, qu’il soit chrétien ou musulman, voudra savoir ce qui se passe derrière le miroir de la différence, ou bien le curieux sera attiré par une expérience de vie hors du commun. Je crois que tout le monde peut potentiellement être concerné par ce que j’ai vécu. Sans préjuger des qualités de mon ouvrage, certains seront peut être séduits par ma façon de raconter.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
Oups ! En voilà une drôle de question. Je crois que le format épistolaire déjà est une qualité, ça permet de mettre le lecteur dans l’ambiance au jour le jour. Le lecteur est impliqué presque quotidiennement par ce que je vis, J’ajouterai que j’ai voulu mélanger des poèmes et aussi de l’humour quand cela était possible, j’ai essayé de « faire léger » sur un sujet qui peut sembler, de prime abord, assez complexe.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Déjà un message de tolérance et de fraternité. Ensuite, moi qui ai connu l’athéisme militant, j’ai voulu réellement aider le non-croyant à comprendre ce qu’est la foi, ce qu’elle apporte et ce qu’elle implique dans la vie quotidienne également. Ne pas juger à priori les croyants comme des naïfs fuyant la réalité du monde. Tout ce que j’ai autrefois pensé à vrai dire.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Dans ce genre de littérature, on ne peut que la puiser dans sa vie et son vécu quotidien.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Bien sûr, déjà, la suite d’ « Au fil des jours » qui s’intitulera « Au fil des jours tome II », et où je vous raconte la suite de mes démêlés en milieu ecclésiastique. J’ai un recueil de poèmes en correction, intitulé « Alternances ». Mon autobiographie est actuellement en chantier. J’ai de quoi m’occuper avant d’écrire un premier roman. Mais, ça, c’est pour plus tard.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Dans ce livre, mon souci premier est l’honnêteté. Vis-à-vis de moi-même bien sûr, mais aussi des personnes qui peuplent « Au fil des Jours », ce qui m’a conduite à ne citer aucun nom de personne ni de lieu. Ainsi je me sens plus libre d’écrire ce que j’ai ressenti sans avoir à ménager qui que ce soit. Ce livre n’est pas un règlement de comptes, je n’y prétends pas non plus donner quelque leçon que ce soit. Il s’agit d’une expérience vécue et il faut la prendre ainsi. Un dernier mot : merci ! Merci à tous ceux qui m’ont encouragée et à ceux qui font l’effort de me lire.

JK Danard sur le site my-angers.info pour son ouvrage  » La Vignée « 

 

logo_My-Angers_Edilivre

 

 

 

article_JK_Danard_Edilivre

Interview vidéo de Hugues Mircher – auteur du livre  » L’Eglise catholique en procès « 

Nous avons le plaisir de vous présenter l’interview vidéo de Hugues Mircher, auteur du livre L’Eglise catholique en procès aux Editions Edilivre.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=TYf8o3wgCbk&feature=youtu.be]

– Détails sur le livre :
. Format : 17 x 24
. Nombre de pages : 172
. Date de publication : 17/08/2012

– Résumé du livre :
Ce livre est né pour combattre, dans les mentalités, l’influence des idées sur l’histoire de l’Église catholique, reçues à partir de vérités tronquées, et même de calomnies, voire de silences délibérés sur certains aspects d’événements historiques impliquant des catholiques. Il ne manque pas aujourd’hui d’historiens sérieux et honnêtes ayant apporté par leurs œuvres des lumières nouvelles sur les quatre sujets de l’évangélisation de l’Amérique hispanique, des inquisitions, des guerres de religion en France et de l’héritage romain de l’Église catholique. Mais qu’ils soient chrétiens eux-mêmes ou non, leur esprit scientifique et leur rigueur intellectuelle leur interdisent d’affirmer quoi que ce soit de nouveau, sans preuve et sans argumentations étayées par les archives connues ou redécouvertes. Ce qui, in fine, donne des livres difficilement accessibles pour nos contemporains privés de culture historique par notre société, peu soucieuse du passé, car orientée vers l’utilitarisme à court terme et la croyance au seul avenir d’un progrès indéfini. D’où l’idée de présenter des abrégés sur les sujets évoqués, à partir de l’œuvre de l’historien Jean Dumont, L’Église au risque de l’histoire. Ainsi, à nos contemporains pressés, sont offerts en vingt-cinq pages pour chaque sujet l’essentiel de tous les faits importants, souvent travestis ou ignorés dans l’histoire caricaturale que véhiculent tous les médias de grande diffusion, parfois même les encyclopédies et autres dictionnaires. Au lieu de slogans simplistes ou faux, toute la vérité, rien que la vérité, permettant au catholique, vis-à-vis de tous ceux qui lui en demandent raison, de justifier la foi qu’il professe, souvent comme héritage de ses aïeux. Comme M. Dumont ne le cache pas, ces derniers, comme nous le sommes, ont été faibles et pécheurs, mais le plus souvent, ils en étaient conscients suffisamment pour se repentir et n’ont donc pas attendu que nous frappions notre coulpe sur leur poitrine. Et très souvent, ils ont su mourir pour cette foi. Ce n’est donc que justice de leur rendre ce minimum de réhabilitation qu’est la vérité sur leur vie dans la foi. Nous espérons que ces abrégés y contribueront en atteignant les catholiques d’abord, mais aussi tous les hommes et femmes de volonté droite.

– Biographie de l’auteur :
Né en 1932 à Paris, Hugues Mircher entre en 1951 à Saint-Cyr et mène une carrière d’officier avant de prendre sa retraite comme colonel en 1989. Officier de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite. Il s’inscrit à partir de 1996 comme étudiant à l’Institut catholique de Paris où il obtient un certificat d’études bibliques et une licence de théologie, qu’il prolonge en auditeur libre par des études d’histoire de l’Église.

Interview vidéo de Jean de Levat – auteur du livre  » Les Impostures Religieuses « 

Nous avons le plaisir de vous présenter l’interview vidéo de Jean de Levat, auteur du livre Les impostures religieuses aux Editions Edilivre.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=KM5mbdkxWgI&feature=youtu.be]

Retrouver l’auteur et son livre sur Edilivre.com :
http://www.edilivre.com/les-impostures-religieuses-jean-de-levat.html

– Détails sur le livre :
. Format : 13,4 x 20,4
. Nombre de pages : 328
. Date de publication : 26/04/2013

– Résumé du livre :
Dans la lignée de Gérald Messadié, de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur ou encore de Michel Coquet pour le christianisme, des frères Sabbah et de Finkelstein et Silberman pour le judaïsme, de Ibn Hishâm, voire Salman Rushdie pour l’ Islam, ce livre fait suite Aux Origines historiques des trois religions du Livre qui vient de paraître et qui a rencontré un certain succès. Comme vous le constaterez, ce travail a été élaboré à partir d’une moisson de citations tirées des textes, dits « sacrés », eux-mêmes. De plus, il fait appel entre autres à Flavius de Milève, à Origène, à Celse ou à Porphyre pour l’Antiquité, mais aussi aux contestataires du Moyen Âge et de la Réforme, sans oublier plus près de nous, Reimarius, Voltaire ou Renan. Les Apocryphes et le Talmud occultés par les sectes chrétiennes constituent également une précieuse source de renseignements. Il s’inscrit également dans la suite d’un ouvrage qui eut un immense succès au XVIIIe siècle et qui fut édité dans toute l’Europe : Traité des trois imposteurs : Moïse, Jésus, Mahomet. Bien entendu, il s’agit d’un texte d’allure polémique qui ne plaira pas aux contempteurs de la « Pensée unique », qui veulent oublier que tous les conflits ont toujours eu à la base un prétexte, voire la bénédiction des religieux.

– Biographie de l’auteur :
Napoléon disait : « l’Histoire n’est faite que de mensonges ». Suite à une longue lignée d’historiens, Jean de LEVAT revient fouiller les textes anciens et occultés, pour démystifier l’Histoire « officielle »… Ancien universitaire, Jean-Hugues de Reganhac / pseudo : Jean de LEVAT, est issu d’une très ancienne famille du Quercy (XIIIe), comprenant des hommes célèbres comme le pape Jean XXII (XIVe), et des écrivains comme Géraud Valet de Reganhac au XVIIIe siècle, ami de Voltaire. Il s’est toujours consacré à sa passion: la démystification de l’histoire. Sous le pseudo de Jean de LEVAT, il devient donc Historien des Religions. Il est membre du prestigieux Cercle Ernest Renan, d’Arts et Lettres de France, du Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées, et de bien d’autres clubs littéraires, et il est l’invité permanent de l’Académie des Jeux Floraux. Il figure aussi parmi les invités du Journal Le Monde au Collège de France. Enfin il est chargé de conférences dans de nombreuses manifestations littéraires, salons, colloques, presse, radios, TV, etc… Ses ouvrages figurent dans les Universités françaises, européennes et étrangères dont Stanford, Harvard, Berkeley aux USA, Cambridge et Oxford en Grande-Bretagne, Wien en Autriche, etc. et sont diffusés dans plus de 40 pays sur les 5 continents.

Rencontre avec Gabriel Konake, auteur de  » L’Esprit de Vérité sur la religion révélée « 

Gabriel Konake, présentez-nous votre essai L’Esprit de Vérité sur la religion révélée ?
Mon ouvrage est un témoignage à la Vérité sur la religion révélée, une lumière sur les paradoxes du monothéisme, une catéchèse pour naître de nouveau et un « Amen » de Dieu pour les prières de l’humanité aspirant à l’unité des croyants.


L’Esprit de Vérité sur la religion révélée
est un livre qui aborde les religions et Dieu. Pourquoi avoir choisi ces sujets ?
Je n’avais pas de sujet à choisir mais j’avais à raconter une existence qui me transforme en fils de Dieu à qui est révélé ce que Dieu attend de nous, de l’humanité en matière de religion où il a une grande responsabilité, des engagements à tenir vis-à-vis de l’humanité dont les lacunes avérées et actualisées en la matière par les conflits de religion ne le laisse pas indifférent. Par Emmanuel, c’est Dieu qui a choisi ma plume, mon existence pour traiter de religion avec l’humanité.

Quelles retombées souhaiteriez-vous avoir suite à la publication de vos livres ?
Etre lu par le monde, participer au dialogue des religions, au renouvellement de l’église de Jésus comme annoncé par l’apôtre Pierre pour préparer son arrivée et pour que les brebis qui ne sont pas dans l’enclos y soit conduites. Un seul troupeau pour un seul berger.

Comment vous êtes-vous mis à l’écriture ?
C’est à l’école que j’ai appris à écrire et cet ouvrage est mon premier livre. Enfant, je dormais avec des bandes dessinées, ensuite les romans, les livres sur la littérature française et celle négro-africaine et les livres philosophiques, psychologiques, sociologiques, juridiques et religieux ont beaucoup alimenté mes réflexions et me permettaient de voyager sans quitter chez moi. Et puis en devoir de dissertation, à l’école, mes dissertations étaient lues aux autres par le professeur qui ne tarissait pas d’éloges:  » véritable machine à idées mais vous devez veiller sur votre orthographe, attention au style prolixe qui vous séduit « … Ensuite, j’ai écrit des articles dans les journaux et des » réflexions sur le pourquoi des toilettes religieuses  » que je n’ai pas publiées .Transmettre une pensée, un état d’âme, une culture, une inspiration …par de simples jeux de mots me fascine. Et puis, en écriture, on peut remuer sept fois la plume avant de matérialiser une pensée.

Espérez-vous stimuler une prise de conscience chez vos lecteurs ?
Bien sûr ! Il faut une prise de conscience pour que l’humanité rehausse son niveau en religion et que les messages des prophètes tués injustement soient réhabilités dans notre vie .Nous sommes forts et même très forts quand il s’agit de recherche scientifique ou technologique, il doit en être ainsi en religion, sinon plus, afin que nos œuvres n’aient pas le même sort que la tour de Babel et que nous puissions laisser le meilleur héritage à nos chers enfants dont nous sommes responsables.

Quels sont vos projets futurs ?
Si j’ai des lecteurs, j’écrirai pour eux, non plus un témoignage encore mais un discours sur la religion.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
Que la Paix de Dieu soit avec vous et que sa parole, en vous, porte fruits. Amen.