Tag Archives: Arthur Hopfner


Arthur Hopfner sur le site Ouest France met en avant son ouvrage « Ma promesse au diable » lors de la séance de dédicace.

Ouest France dresse le portrait de Arthur Hopfner. L’occasion pour l’auteur de présenter son ouvrage « Ma promesse au diable ».

 

En savoir plus sur l’article ici 

 

Retrouvez un autre article en cliquant ici

A-propos du livre :

Je m’appelle Jacques Mandrier et durant vingt ans j’ai servi mon pays, au sein des forces spéciales. Suite au décès de ma première épouse et de mon fils, victimes d’un attentat commis par des fous de Dieu au musée du Louvre à Paris, j’ai quitté cette institution dans laquelle je me sentais si bien. Pour autant, mon combat contre les fanatiques et les ennemis de la République lui n’a jamais cessé, il a continué de manière différente certes, mais avec la même ferveur. Aujourd’hui, entouré de ma nouvelle épouse Laëtitia et de mon fils Michaël, je suis un homme heureux et épanoui. Pourtant, moi qui pensais avoir tout vu, avoir tout subi, je vais découvrir l’enfer… Et là, au cœur des ténèbres, j’ai fait une promesse au diable et depuis je n’ai qu’un seul objectif : être un homme de parole !

Arthur Hopfner dans Ouest France pour son ouvrage « Ma promesse au diable »

Ouest France dresse le portrait de Arthur Hopfner. L’occasion pour l’auteur de présenter son ouvrage « Ma promesse au diable »

 

 

A-propos du livre :

Je m’appelle Jacques Mandrier et durant vingt ans j’ai servi mon pays, au sein des forces spéciales. Suite au décès de ma première épouse et de mon fils, victimes d’un attentat commis par des fous de Dieu au musée du Louvre à Paris, j’ai quitté cette institution dans laquelle je me sentais si bien. Pour autant, mon combat contre les fanatiques et les ennemis de la République lui n’a jamais cessé, il a continué de manière différente certes, mais avec la même ferveur. Aujourd’hui, entouré de ma nouvelle épouse Laëtitia et de mon fils Michaël, je suis un homme heureux et épanoui. Pourtant, moi qui pensais avoir tout vu, avoir tout subi, je vais découvrir l’enfer… Et là, au cœur des ténèbres, j’ai fait une promesse au diable et depuis je n’ai qu’un seul objectif : être un homme de parole !

 

Arthur Hopfner dans Var-Matin pour l’ensemble de ses ouvrages

logo_Var_Matin_2018_Edilivre

 

 

 

 

 

 

article_Var_Matin_Arthur_Hopfner_2018_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Hopfner dans Midi Olympique Magazine pour son ouvrage « Le Destin de Camille »

logo_midi magazine_2017_Edilivre

 

 

 

 

 

article_Midi Olympique Magazine _Arthur Hopfner_2017_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Hopfner dans La Renaissance pour ses ouvrages « Toujours y croire… « , « L’empreinte du passé  » et « Le Sang de ma terre »

logo_la_renaissance_2017_Edilivre

 

 

 

 

article_La Renaissance Le Bessin _Arthur Hopfner_2017_Edilivre

 

 

   

L’auteur à succès du mois de novembre : Arthur Hopfner

Chaque mois nous nommons « L’auteur à succès » : un auteur qui s’est démarqué par le nombre de ventes d’un de ses ouvrages.

Nous avons donc le plaisir de vous présenter l’auteur à succès du mois de novembre : Arthur Hopfner et son ouvrage « Le sang de ma terre », qui s’est vendu à beaucoup d’exemplaires.

auteur a succes novembre

Quand et comment vous êtes-vous mis à l’écriture ?
Lorsque j’ai quitté l’armée après plus de  20 années d’une vie exaltante j’ai eu ce sentiment fou d’être descendu d’un beau manège. C’était tres dur de le regarder tourner sans moi. Il m’a fallu trouver autre chose pour combler cette envie de remonter à bord… alors la nuit je me suis mis à écrire, inventant un personnage, jouant sans cesse entre realite et fiction et puis c’est vrai qu’il y a beaucoup de moi dans Jacques Mandrier.  Et j’ai découvert le plaisir solitaire de l’écriture

Combien de temps vous prend l’écriture d’un ouvrage ?
Cela dépend de l’envie, du temps.. En trois ans et demi, j’en suis à 3 livres plus un à paraître prochainement. Donc on va dire 8 mois.

Qu’avez-vous écrit et publié jusqu’à aujourd’hui ?

Trois livres qui sont :

– Toujours y croire
– L’empreinte du passé
– Le sang de ma terre

Enfin un quatrième devrait sortir le mois prochain
– Le destin de camille

Pourquoi avez-vous écrit ces livres et quelles ont été vos sources d’inspiration ?
Parce que pour moi c’est un merveilleux exutoire et surtout une très belle aventure que je vis aux 4 coins de France depuis la sortie du tome 1.
Ma première source d’inspiration c’est bien évidemment mon passé au sein des forces spéciales et pour le dernier ma vie de rugbyman et mon regard sur ce sport.

Comment avez-vous connu Edilivre et pourquoi avez-vous décidé de publier chez Edilivre ?
Par l’intermédiaire d’un ami déjà auteur chez vous. Edilivre donne la possibilité à des inconnus comme moi d’exister…

Pourquoi avoir choisi le service « couverture personnalisée » pour chacun de vos ouvrages ? Qu’a-il apporté ?
C’est essentiel d’avoir une couverture personnalisée car c’est la vitrine du livre… Elle doit donner l’envie d’entrer dans l’histoire.

Vous vendez beaucoup d’exemplaires par an depuis votre inscription chez Edilivre, quel est votre secret ?
Ne jamais rien lâcher faire de la pub via Facebook Tweeter, allez à la rencontre des libraires, organiser des séances de dédicaces et échanger avec mes lecteurs, que j’embrasse.

Comment faites-vous la promotion de vos livres (amis, médias, événements, blogs, forums, réseaux sociaux…) ?
Depuis l’édition du premier livre il s’est constitué un réseau de personnes extraordinaires qui m’aident et me soutiennent aux 4 coins de France. Puis j’anime ma page Facebook et je relance sans cesse les médias. Ne jamais lâcher, toujours y croire.

Quels sont vos projets d’écriture à venir ?
La sortie de Le destin de Camille et courant 2017 la suite des aventures de Jacques mandrier.

Pouvez-vous donner 3 conseils que vous pourriez donner aux auteurs Edilivre pour les aider à écrire et à promouvoir leur livre ?
Il faut croire en son bébé et le défendre coût que coûte.
Ne pas hésiter à mettre la pression sur les médias, animer sa page Facebook ou créer un site internet.

Je profite de cet article pour remercier toutes les personnes qui sont toujours là pour moi aider…

Arthur Hopfner dans Le Pays Malouin pour son ouvrage « Le Sang de ma terre »

logo_Le_Pays_Malouin_2016_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

article_Le_Pays_Malouin_Arthur_Hopfner_2016_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter du mois de février

CE QU’IL NE FALLAIT PAS MANQUER AU MOIS DE FÉVRIER

 

Retrouvez les gagnants de la 3e édition de 48H pour écrire !

48hCette année, vous avez été plus de 2000 à participer au concours et 800 à nous apporter votre aide pour noter les nouvelles. Découvrez dès aujourd’hui les 3 gagnants ainsi que le prix du public. Les 500 premiers du concours pourront également visualiser leur classement.

 

voir les résultats

 

 

———————————————————————————————————————————————————————————————————–

Promotion de votre ouvrage sur Facebook

fb promoBesoin d’un coup de pouce pour la promotion de votre livre ?
Découvrez notre service Promotion Facebook qui permet la création d’une publicité ainsi que sa diffusion à 50 000 personnes ayant un intérêt pour la littérature sur Facebook.

 

 

en savoir plus

 

 

———————————————————————————————————————————————————————————————————–

L’auteur à succès du mois

arthur hopfnerArthur Hopfner
Puisant dans ses propres souvenirs de militaire, Arthur Hopfner nous offre un récit quasi autobiographique tant les descriptions sont détaillées et les paysages décrits semblent réels. On apprend de sa vie d’ancien commando et de l’univers militaire. Malgré toutes les explications sur un monde méconnu du grand public, le vocabulaire reste simple et à la portée de tous. On est vite captivé par les aventures de Jacques Mandrier qui se retrouve au cœur de l’action. L’empreinte du passé… pour toujours avancer est un pur livre d’action qui vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière ligne.
Son livre
Après avoir aidé à arrêter les terroristes ayant provoqué la mort de sa femme et son fils, Jacques Mandrier se retrouve à nouveau menacé par des islamistes qui s’attaquent à sa nouvelle famille. Pour les arrêter, une seule solution : voyager sans relâche et puiser dans ses souvenirs d’ancien béret vert.

decouv auteur

 

 

———————————————————————————————————————————————————————————————————–

 

Edilivre y était

Edilivre était à Navarrenx pour la 13e édition de son Salon du Livre.

Au cours du mois dernier, nos auteurs ont participé au salon du livre de Navarrenx en région Aquitaine.
Pour cette 13e édition, près d’une centaine d’auteurs sont venus présenter leur ouvrage dans une ambiance chaleureuse et conviviale.

 

voir photos

 

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————————————————————————–

Les médias en parlent

Découvrez 2 expositions médiatiques d’auteurs choisies parmi les 120 retombées du mois dernier.

                                                                       

 

 

 

 

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————————————————————————–

Bandes-annonces à découvrir

 

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————————————————————————–

 La sélection du mois

Aurore Comment j’ai traversé la rue Dans un mouchoir de poche Inévitablement
Journal d’une sorcière affamée Láska Les maux de minuit Lignes de foi, lignes de vie
Lunes et sable Osez rêver vos rêves Patrons, n’ayez plus peur de votre banquier ! Voici vos chirurgiens, Sire !

 

L’auteur à succès du mois de février : Arthur Hopfner

Nous avons le plaisir de vous présenter « L’auteur à succès du mois », Arthur Hopfner et son ouvrage L’empreinte du passé qui s’est vendu à plusieurs centaines d’exemplaires. 

auteur à succès

Quand et comment vous êtes-vous mis à l’écriture ?
Tout a commencé il y a longtemps en quittant la marine nationale et en mettant fin à 20 ans d’une vie palpitante. Je me suis retrouvé seul (après un divorce et deux enfants à charge) dans mon appartement avec mes deux filles qui dormaient à l’étage. J’ai eu à ce moment là cette crise de nostalgie que tout miliaire, quelque soit son arme, a déjà ressenti lorsqu’il quitte l’uniforme et pose ses armes. On a, dans ces instants, ce sentiment fou d’être descendu d’un manège magnifique qui continue à tourner alors que nous sommes maintenant assis de côté à le regarder. Alors j’ai voulu remonter à bord, mais impossible, il va trop vite. Le seul moyen d’atteindre ce plaisir, c’est d’en retrouver un autre, qui m’apporterait autant de sensations que d’adrénaline. Ce n’est pas facile, il faut pouvoir le trouver et là encore je sais que vous en savez quelque chose ! Pour cela, certains se lancent de nouveaux défis dans le sport, l’aventure, les expéditions, la chasse, dans les ONG. Moi, avec deux enfants en bas âge à gérer, je ne pouvais plus me projeter dans ces aventures lointaines qui, je suis certain, m’auraient plu et apporté ce petit plus qui me manquait tant à cette époque. Mais comme je l’ai déjà dit, impossible pour moi. Alors le soir, seul dans mon salon, mes filles dormant à l’étage, je me suis mis à écrire, m’inventant un personnage dans lequel il y avait beaucoup de moi et là, petit à petit,  je découvrais le plaisir solitaire de l’écriture. Je me suis rendu compte que c’était prenant et exaltant. On s’identifie au personnage, les heures passent, on écrit, on joue avec la fiction, le réel, notre passé, tout se mélange. On écrit, efface, réécrit, on se couche, se relève parce qu’il y a un truc que l’on veut ajouter et on reste une heure devant le pc ! Pour l’instant je n’ai pas trouvé meilleure thérapie contre la nostalgie de ce passé de militaire, de ces instants de rires, de peurs, de monter d’adrénaline et de souffrances parfois. Mes écrits sont restés longtemps au fond d’un tiroir, jusqu’au jour où je les ai montrés à quelqu’un et de là, tout est parti ! Cette personne est la personne qui partage ma vie depuis 7 ans et je lui suis reconnaissant chaque jour de m’avoir poussé à faire éditer ce premier livre « toujours y croire » ! Ah ce livre ! La première version était criblée de fautes, de coquilles, mais voilà malgré toutes ces imperfections, il a plu ! Je me suis rendu compte que je n’étais pas le seul à défendre ces valeurs auxquelles je crois et dont je parle dans ce premier opus !

Qu’avez-vous écrit et publié jusqu’aujourd’hui ?
Trois livres tous publiés chez EDILIVRE « Toujours y croire » ; « L’empreinte du passé… pour toujours avancer » et enfin « Le sang de ma terre ».

Pourquoi avez-vous écrit ce livre et quelles ont été vos sources d’inspiration ?
Après la  sortie de « Toujours y croire », il s’est créé une chaîne de solidarité à travers toute la France ! Des personnes que je ne connaissais pas se sont proposées pour organiser ma venue dans leur ville ! Et ce qui était et est très fort pour moi, c’est qu’à chacun de mes voyages, j’ai vu dans les yeux des lecteurs des étoiles de joie, du partage et croyez-moi ça fait un bien fou ! Sans le savoir les lecteurs et lectrices de mes livres ont donné un sens nouveau à ma vie. Oh attention, je n’ai pas 100 000 lecteurs, mais les milliers que j’ai, sont des personnes extraordinaires. Comment voulez-vous après ça que je ne poursuive pas l’écriture des aventures de Jacques Mandrier ? Pour moi il était alors évident de repartir dans un nouveau chapitre de cette histoire et je me suis mis à écrire « L’empreinte du passé… pour toujours avancer ». De suite, j’ai pris plaisir à retourner dans la peau de mon héros et à le remettre en selle pour de nouvelles aventures. Le fil conducteur m’est venu tout naturellement ! Nous avons tous un vécu, des expériences, des épreuves endurées. Ceux-ci  nous reviennent souvent à l’esprit et nous permettent de faire face à l’adversité ! Pour ma part, je considère que l’on ne sort pas indemne d’une carrière dans l’armée. On a en nous une sorte de flamme intérieure, qui nous fera regarder la vie de manière différente, d’appréhender les problèmes du quotidien de manière différente. Cela fait notre force et parfois notre faiblesse, mais une chose est sûre, c’est une empreinte indélébile que nous avons au fond de nous ! C’est pour cela que dans ce tome deux, mon héros replonge régulièrement dans son passé, dans son stage commando à l’issue duquel, il a eu le bonheur de se voir remettre le béret vert. Ces retours seront pour lui salvateurs. Ils lui permettront de faire face aux nouveaux défis qui se présentent à lui. Ce second opus m’a permis de repartir sur les routes de France et retrouver ces personnes qui étaient devenues des amis et qui m’aident chaque jour dans cette belle aventure que je vis.

Comment avez-vous connu Edilivre et pourquoi avez-vous décidé de publier chez Edilivre ?
Par un ami qui a été édité par Edilivre.

Pourquoi avoir choisi les service « couverture personnalisée » et qu’a-t-il apporté à votre livre ?
La couverture est la personnalisation du livre. C’est l’accroche, ce qui va donner l’envie au lecteur potentiel de le prendre en main. Mes trois couvertures sont toutes différentes et chacune a accroché le lecteur.

Comment avez-vous fait la promotion de votre livre (amis, médias, événements, blogs, forums, réseaux sociaux…) ?
Comme je l’ai dit plus haut, j’ai  la chance d’avoir un réseau de lecteurs qui s’étend sur toute la France. Celui-ci s’est créé après la parution du tome un. Alors je vais à la rencontre de mes lecteurs lors de soirées, de séances de dédicaces et de débats. De plus, j’ai créé un site internet et une page Facebook.

Quels sont vos projets d’écriture à venir ?
Je suis en train d’écrire un livre sur le rugby. L’histoire d’un jeune dont le rêve est d’accéder au XV de France. Puis, je retrouverai mon héros préféré pour écrire le tome quatre de ses aventures.

Écrivez 3 conseils que vous pourriez donner aux auteurs Edilivre pour les aider à écrire et à promouvoir leur livre ?
Surtout croire en leur histoire et se battre pour que leur livre soit connu par le maximum de personnes. On écrit pour soi, mais l’histoire devient collective lorsque le livre sort. Alors surtout ne pas hésiter à créer un compte Facebook, un site internet et à contacter tous les médias régionaux.

 

 

Arthur Hopfner dans Le Journal des Sables pour son ouvrage « Le Sang de ma terre »

logo_Le_Journal_des_Sables_2016_Edilivre

 

 

 

 

 

 

article_Journal_des_sables_Arthur_Hopfner_2016_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Hopfner dans Ouest France pour son ouvrage  » Toujours y croire… « 

logo_Ouest_France_2015_Edlivre

 

 

 

 

article_Ouest_France_Arthur_Hopfner_2015_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Hopfner dans Le Courrier Vendéen pour son ouvrage  » Toujours y croire… « 

logo_Courrier_Vendeen_2015_Edilivre

 

 

 

 

 

article_Le_Courrier_Vendeen_Arthur_Hopfner_2015_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Hopfner dans Var-matin pour son ouvrage  » L’empreinte du passé « 

logo_Var_Matin_2014_Edilivre

article_Var_Matin_Arthur_Hopfner_2014_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prix_de_l_auteur_sans_piston_2015

Newsletter Libraires septembre 2014 – Devenez membre du Jury du Prix de l’auteur sans piston 2015

Cher Libraire,

Nous vous souhaitons une excellente rentrée littéraire ! L’occasion pour vous de découvrir de nouvelles plumes talentueuses. En parlant de belles plumes, nous sommes heureux de vous présenter le Prix de l’auteur sans piston 2015. Nous vous invitons à rejoindre son Jury, composé de libraires et de journalistes. Une belle aventure vous attend.
En tant que « Livre du mois », nous vous présentons l’ouvrage L’empreinte du passé d’Arthur Hopfner où nous retrouvons le héros Jacques Mandrier avec une nouvelle famille. Mais son passé et ses démons vont ressurgir. Un amer retour en arrière…
Afin de vous accompagner dans vos choix de lectures, nous vous invitons à découvrir notre sélection mensuelle de livres sentimentaux, d’aventures et de poésies.

Si vous souhaitez organiser une séance de dédicaces avec un auteur Edilivre, adressez-nous un mail à commande@edilivre.com. Nous serons heureux de vous mettre en relation et de vous accompagner.

Bien chaleureusement,
L’équipe Edilivre

_________________________________________________________________________

Rejoignez le Jury du Prix de l’auteur sans piston

Prix_de_l_auteur_sans_piston_2015_EdilivreEdilivre souhaite rendre l’édition plus accessible à travers une publication volontairement ouverte. N’étant pas passés par l’édition traditionnelle, nos auteurs ont peu de chance d’être primés au sein des Prix littéraires existants car ils sont jugés « hors du système ». C’est pour cela que nous avons décidé de créer le « Prix de l’auteur sans piston », un Prix indépendant qui a pour but de mettre en lumière chaque année un auteur talentueux de notre maison.

Nous attachons une grande importance aux libraires. Il nous semble donc indispensable de vous associer à ce Prix au sein du Jury. L’année dernière, une quarantaine de libraires en faisait partie. Nous vous proposons donc de rejoindre le Jury de cette édition 2015. En tant que membre du Jury, nous vous mettrons en avant sur la page de l’événement et votre seule mission sera de départager les 5 livres finalistes durant 2 mois.

Si vous êtes intéressé ou si vous souhaitez en savoir plus, envoyez un mail à flora@edilivre.com.
Acceptez-vous notre invitation ?

JE SOUHAITE FAIRE PARTIE DU JURY

_________________________________________________________________________

Le livre du mois

L'Empreinte du passé LIRE UN EXTRAIT
JE COMMANDE CE LIVRE

L’empreinte du passé

de Arthur Hopfner

Genre : Roman policier

Résumé : Après la disparition de sa femme et de son fils dans un attentat islamiste, Jacques Mandrier, commando marine, s’était lancé dans une traque des plus dangereuses pour sauver l’honneur des siens. Alors qu’il a reconstruit sa vie auprès de sa nouvelle femme et de leur enfant, Jacques reçoit une lettre de menace de la part de ses ennemis, réveillant ainsi de vieux démons. Pour protéger sa famille, l’homme devra puiser dans ses souvenirs les plus douloureux pour retrouver ses convictions.

Pourquoi vos lecteurs l’aimeront ?
Après avoir bouleversé les lecteurs avec son premier ouvrage Toujours y croire, Arthur Hopfner revient avec L’empreinte du passé où nous retrouvons Jacques Mandrier dans un nouvel opus poignant et authentique. En super héros des temps modernes, cet homme courageux vous invite à plonger avec lui dans ses souvenirs les plus sombres, ceux qui lui donnent la force de toujours avancer dans l’unique but de protéger les siens. Arthur Hopfner, ancien commando marine au sein des forces spéciales, livre ici une aventure qui vous apprend qu’humilité et résistance sont nos guides pour toujours dominer nos souffrances et pour survivre, quoi qu’il arrive.

En quelques mots : marine, biographie, aventures, drame, commando, passé.

_________________________________________________________________________

Bandes-annonces à découvrir

Découvrez les bandes-annonces des ouvrages Chants de plume et Bella.
couverture couverture
VOIR LA BANDE-ANNONCE VOIR LA BANDE-ANNONCE

_________________________________________________________________________

La sélection du mois

AVENTURE
L'opportunisteAu nom de jupi… terre Les bonnes affaires de l'étrangerLes Lumières du passé La partition de ma viePhalange Prétorienne Le GüegüenseDes gens pas
comme les autres

 

SENTIMENTAL
Vierge noireDe quoi j’me mêle ? Il ne se passait jamais rienL’aencre de tes yeux Destins croisésUne vie en déroute La Quatrième PériodeLe Temps d’un
dernier printemps

 

POESIE
Délires d'insomniaqueQuand les fables se rebiffent AmoriL’enfant aux pays des lumières La voix du désirRêves et Réalité Souvenirs d'une thésardeMidi-minuit

 

Arthur Hopfner dans Var Matin pour son ouvrage  » L’empreinte du passé « 

logo_Var_Matin_2014_Edilivre

 

article_Var_Matin_Arthur_Hopfner_2014_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Hopfner interviewé sur la radio WRS pour son ouvrage  » L’empreinte du passé  »

logo_Radio_WRS_2014_EdilivreNous avons le plaisir de vous faire partager cette séquence diffusée sur la radio WRS, dans laquelle Arthur Hopfner, auteur de  » L’empreinte du passé  « , est interviewé lors d’une émission afin de présenter son nouvel ouvrage.

Dans un premier opus,  » Toujours y croire « , Jacques Mandrier envisage de quitter les commandos marine pour se consacrer aux siens quand sa femme Katia et leur fils sont tués dans un attentat perpétré au Louvre par des islamistes radicaux. Jacques raccroche alors le béret vert et se lance dans une longue traque qui lui permettra de confondre les auteurs qui sont condamnés à une lourde peine. Mais on ne s’attaque pas impunément aux « fous de Dieu » et dès la sortie du tribunal un enfant remet à Jacques une photo de Laëtitia, sa nouvelle compagne, et de Michaël, l’enfant qu’elle lui a donné. « Belle famille, belle maison, pourvu que ça dure… Inch Allah! ». Une nouvelle menace pèse sur la famille de Jacques qui va devoir puiser dans son passé pour trouver la force de toujours avancer…

Découvrez l’interview de l’auteur Arthur Hopfner au sujet de l’écriture du second opus de sa saga, toujours inspiré de sa vie militaire dans le corps des Bérets verts.

 

 

[youtube= »https://www.youtube.com/watch?v=86rhoNcssZY&feature=youtu.be »]

 

 

Arthur Hopfner dans Operationnels.com pour son ouvrage  » L’empreinte du passé « 

logo_operationnels_com_Edilivre

Article_Operationnels_com_Arthur_Hopfner_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur_a_succes_Edilivre

L’auteur à succès du mois : Arthur Hopfner

Nous avons le plaisir de vous présenter  » L’auteur à succès du mois « , Arthur Hopfner et son ouvrage Toujours y croire… qui s’est vendu à plusieurs centaines d’exemplaires en 2013. 

Auteur_a_succes_Arthur_Hopfner_Edilivre

Depuis quand écrivez-vous ?
J’ai toujours écrit. Je prenais toujours plaisir à écrire des petits mots lors de l’embarcation de mes camarades ou bien lors des courriers et des cartes d’anniversaire. Mais je ne m’étais jamais lancé dans l’aventure de l’écriture d’un roman.

Quel est votre passé en tant qu’auteur ?  Cet ouvrage est-il votre première publication ?
Toujours y croire… est mon premier ouvrage. Il est resté très longtemps dans le placard. Je l’ai sorti et j’ai décidé de le publier suite à l’avis positif de mon entourage. Cet ouvrage a été écrit en 2008 après avoir quitté l’armée. C’était pour moi une sorte d’exécutoire. Je l’ai écrit en 2-3 mois. Tous ceux qui l’ont lu m’ont fait part de bonnes remarques, je me suis donc lancé dans sa publication.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?
J’ai rédigé cet ouvrage lors d’un tournant dans ma vie. J’ai dû quitter l’armée pour des raisons familiales. J’ai divorcé et je devais m’occuper de mes 2 enfants. Le soir, lorsque mes enfants étaient couchés et que je me retrouvais seul, j’écrivais 2-3 heures par soir. J’ai décidé de ne pas écrire une autobiographie car je savais que ce type d’ouvrage n’allait pas intéresser les lecteurs. Même s’il y a quelques similitudes puisque c’est l’histoire d’un homme qui se retrouve, tout comme moi je l’étais, à un tournant de la vie.

Pourquoi avoir choisi ce titre ? Pensez-vous qu’il ait bénéficié au succès de l’ouvrage ?
Je pars du principe qu’au fond de chaque puits, il y a un coin de ciel bleu. Il y a toujours un espoir quelque part. Je suis un éternel optimiste. Il faut toujours croire en son travail et à son avenir. Voilà pourquoi j’ai choisi ce titre. Je pense qu’il a interpellé beaucoup de personnes. C’est un appel à l’espoir. Beaucoup de lecteurs m’ont dit qu’ils l’ont acheté pour cette raison. Que le titre était pour eux une sorte d’appel à l’espoir et leur donnait donc envie de le découvrir plus en détails.

Comment avez-vous connu Edilivre et pourquoi avez-vous décidé de publier chez Edilivre ?
Quand vous êtes un auteur inconnu, c’est très difficile de vous faire éditer. Un ami satisfait d’Edilivre m’a parlé de cette maison d’édition. J’ai quand même essayé de grandes maisons d’édition mais je n’ai jamais eu de retour de leur part. J’ai donc franchi le pas et déposé mon manuscrit sur leur site.

Comment s’est passée l’édition de votre livre chez Edilivre ? Avez-vous été satisfait de nos services et de notre accompagnement ?
Cela s’est très bien passé. Nous avons échangé plusieurs BAT en toute simplicité. Les échanges étaient rapides. J’ai été très satisfait des différentes étapes de publication de mon livre.

Vous avez opté pour la réalisation d’une couverture personnalisée. Avez-vous été satisfait de nos services ? Pensez-vous que celle-ci ait bénéficié au succès de votre ouvrage ?
Le service qui a réalisé la couverture a su répondre à mes attentes. La couverture ressemble exactement à ce que je voulais. J’ai également eu de très bons retours sur celle-ci de la part de mes lecteurs. Je pense qu’elle a joué un rôle dans le succès de l’ouvrage. En tout cas, elle attire plus l’œil qu’une couverture classique qui est uniquement en noir et blanc.

Expliquez-nous comment avez-vous réussi à vendre plus de 700 exemplaires en 2013 de votre ouvrage ?
Au total, j’arrive bientôt aux 1 000 exemplaires vendus et c’était mon objectif ! Le support que j’ai mis en place, et qui m’a beaucoup apporté, est la page Facebook dédiée à mon ouvrage. Je trouve que Facebook est un excellent moyen pour qu’un auteur inconnu débute et se fasse connaître. C’est un outil simple à utiliser et qui peut toucher beaucoup de gens, partout dans le monde. J’ai communiqué sur cette page dès le début de la publication de l’ouvrage en tenant informé les fans par des actualités quotidiennes de tous types : interviews, actualités concernant sa publication, articles, citations, extraits, séances de dédicaces, retour de lecteurs, des photos, des jeux-concours… Pour faire connaître la page, je l’ai partagée à mes amis puis ça eu un effet boule de neige. Je pense que le ¾ de mes lecteurs ont connu l’ouvrage grâce à cette page Facebook. A partir de 300 fans, ma page a eu un réel écho et a touché toujours plus de monde.

Votre ouvrage a été principalement vendu via les librairies ? Comment l’expliquez-vous ? Quelles démarches avez-vous mis en place auprès d’eux ?
Mon livre était présent dans les rayons à la Fnac de Toulon. J’ai également mis en place un grand nombre de séances de dédicaces dans plusieurs lieux. Au total, j’ai fait plus de 500 séances de dédicaces qui ont toutes très bien marché. J’ai toujours mis en place des supports de communication tels que des affiches et contacté des journalistes afin de faire venir le plus de monde possible à ces événements.

Avez-vous utilisé des supports de communication fournis par Edilivre tels que des cartes de visites, des marque-pages,… ? Que vous ont apporté ces supports dans la promotion de votre ouvrage ?
J’ai distribué des cartes de visite un petit peu partout. Cela permet aux personnes à qui je les ai données de retrouver plus facilement mon ouvrage et de le commander en toute simplicité.

Vous avez bénéficié de plusieurs articles dans la presse concernant votre roman. Comment les avez-vous décrochés et qu’est que ces mises en avant ont apporté à votre ouvrage ?
J’ai contacté plusieurs journalistes et cela a marché plusieurs fois. Je leur ai envoyé un mail puis je les ai relancés par téléphone. Quelques fois, je leur envoyais des exemplaires de mon ouvrage. Cela a très bien marché au niveau des médias locaux. J’ai eu de très bons contacts avec eux.

Vous attendiez-vous à un tel succès ?
Au départ, non. Je ne pensais pas que mon livre allait rencontrer un tel succès. Au début quand vous atteignez les 100 exemplaires, vous êtes très heureux. Puis arrivé aux 200, vous vous dites « Mince ! » puis lorsque je dépasserai les 1 000, je serai très heureux et fier de mon parcours. Ce passage est symbolique pour moi puisque lorsqu’il sera dépassé, je m’attaquerai à l’écriture de la suite de ce roman. Je l’ai promis à beaucoup de mes lecteurs qui me l’ont réclamé et qui sont de plus en plus nombreux. Cet ouvrage est avant tout une très belle aventure humaine. Le réseau humain formé autour de celui-ci m’a beaucoup aidé. J’avais mis en place un jeu sur la page Facebook de mon livre où les lecteurs devaient se prendre en photo avec un exemplaire de l’ouvrage et cela a très bien fonctionné. J’ai reçu des photos du monde entier. Cela m’a fait très chaud au cœur de voir que mon ouvrage avait fait le tour du monde grâce à mes lecteurs. C’était génial ! C’est une magnifique aventure où je prends mon pied chaque jour. Lorsque je participais à des séances de dédicaces des personnes que je ne connaissais pas, venaient me chercher et elles m’aidaient dans cette organisation uniquement parce qu’elles avaient aimé le livre.

Quels conseils souhaitez-vous donner aux autres auteurs Edilivre qui lisent cette interview afin de promouvoir leur livre ?
Il ne faut jamais rien lâcher ! Il faut tout le temps croire en soi, dans son ouvrage et dans cette formidable aventure humaine qui l’accompagne et le fait vivre. Il faut vous battre pour le faire connaître, se servir à fond de son réseau et ne pas oublier que la meilleure pub pour votre livre, ce sont vos lecteurs. N’ayez pas peur des portes que vous pouvez vous prendre !

Pour résumer, je pense que les éléments principaux à mettre en place pour assurer la promotion de son ouvrage sont les mails, le téléphone, les courriers et la page Facebook. Il faut toujours croire en son bébé et ne jamais perdre espoir. Prenez votre bâton de pèlerin et repartez, toujours !

Quels sont vos futurs projets d’écriture ou autres ?
Tout d’abord, je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidé et qui ont participé à cette belle aventure. Tout cela, c’est grâce à vous ! Merci ! C’est cette chaîne humaine qui a fait le succès de mon ouvrage et je vous en remercie chaleureusement.

J’écris actuellement la suite de ce livre et j’en suis au trois quart. Elle a été réclamée par beaucoup de personnes. Beaucoup de mes lecteurs l’attendent avec impatience. Pour moi, l’écriture n’est pas un acte égoïste. C’est une aventure humaine collective et il faut la partager avec ses lecteurs. J’ai également d’autres idées en tête pour de prochains livres.

 

Arthur Hopfner dans Var-matin pour son ouvrage  » Toujours y croire « 

logo_Var-Matin_Edilivre

article_Var-matin_Arthur Hopfner_Edilivre

Arthur Hopfner dans L’Est Républicain pour son ouvrage  » Toujours y croire  »

logo_L'Est Républicain_Edilivre

article_L'Est Républicain_Arthur Hopfner_Edilivre

Arthur Hopfner dans Var-Matin pour son ouvrage  » Toujours y croire « 

 

logo_var_matin_Edilivre

 

 

article_Arthur_Hopfner_Edilivre

Arthur Hopfner dans Var-Matin pour son ouvrage  » Toujours y croire « 

 

logo_Var Matin_Edilivre

 

 

 

article_Arthur_Hopfner_Edilivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arthur Hopfner dans Le Républicain Lorrain pour son ouvrage  » Toujours y croire « 

 

logo_le_républicain_lorrain_edilivre

 

Arthur_Hopfner_Le_Républicain_Lorrain_Edilivre

 

 

Arthur__Hopfner_Le_Républicain_Lorrain_Edilivre

Arthur Hopfner dans le quotidien Ouest France pour son ouvrage  » Toujours y croire… « 

 

logo_Ouest_France_Edilivre

 
Arthur_Hopfner_Ouest_France_Edilivre