T'inquiète pas maman !

Livre 3

Par Carole Détain

Thème : Sentimental

Format : Roman (134x204)

Nombre de pages : 360

Date de publication : 5 juin 2014

ISBN : 9782332718020

Disponible

Livre papier
24,50 €


Livre numérique : format Pdf
1,99 €

Avis des lecteurs

  • Des plissements du réel qui donnent lieu à interprétation...

    Le troisième et dernier volume de « T’inquiète pas maman » m'a procuré le même plaisir de lecture, le même intérêt et le même attachement pour son personnage principal. Dans ce volume je relèverai ...

  • La course de Maude...

    La course de Maude… J'ai beaucoup aimé les deux premiers volumes de « T’inquiète pas maman » et tiens à poster un « commentaire » à l'issue de la lecture de l'ensemble du cycle. Ce dernier tome...

  • Voir tous les commentaires
Lire un extrait

Résumé

T’inquiète pas maman ! est un récit sur quelques mois de la vie de Maude qui est mariée, a deux enfants, et qui vit à Paris. Le lecteur l’accompagne extérieurement, dans sa cuisine, avec ses enfants, son mari, ses beaux-parents, sa mère, en vacances… La perception intérieure de Maude devient, au fil du temps, plus confiante et moins douloureuse. Cette lutte contre ses inquiétudes et obsessions quotidiennes constitue l’enjeu profond de cette chronique apparemment lisse mais intimement riche et intense.

Biographie de Carole Détain

Carole Détain est diplômée d’HEC et licenciée en philosophie. Après Bac C et A Livernay naissait mon père, elle signe ici son troisième roman.

Avis des lecteurs

Des plissements du réel qui donnent lieu à interprétation... 01/08/14

Le troisième et dernier volume de « T’inquiète pas maman » m'a procuré le même plaisir de lecture, le même intérêt et le même attachement pour son personnage principal. Dans ce volume je relèverai le chapitre « Féroce » qui me parait dévoiler des sentiments profonds et structurants de Maude. Celle-ci attend son fils dans la voiture à la sortie du lycée. Il est en première. Il sortira le dernier. Elle observe donc les parents venus chercher leurs enfants. Une école primaire est à proximité. Ce moment est un moment heureux pour Maude. Elle se rend compte qu’elle a souffert du sentiment de ne pas être à la hauteur...pas digne...elle d'avoir des enfants...ses parents ont eu une attitude empesée...qui a donné trop de place au paraitre , aux conventions et aux status-symbols et pas assez de place à l'expression spontanée de sentiments affectueux ou de complicités dont Lise a cruellement manqué pour construire sa personnalité quand elle avait 33 ans, où elle eut son premier enfant. Sa soeur aînée a entièrement adhéré à ce système de signes respecté par les parents. Par exemple, elle habite le 16e arrondissement. Elle n'a jamais joué un rôle d'émancipatrice pour Maude. Au contraire elle lui a donné des complexes.

Mais, au présent, le moment est heureux pour Maude. En effet, elle se sent enfin à l'aise ( chez soi, heimlich) au milieu des parents réels, pères, mères, qui attendent leurs enfants avec naturel et affection, même ce qui sont fatigués ou dont les vêtements sont quelconques (la plupart d'entre eux). C'est ici qu'elle prend conscience de son bonheur et de sa 'simplicité, être comme tout le monde ( sans essayer de se hisser frénétiquement au-dessus).
Par ailleurs, le paragraphe sur les deux lycéennes qui cherchent à voir un chien féroce dans la voiture de Maude et qui échangent avec elle des regards complices lorsqu'elle leur dit que c'est un modeste cocker montre bien qu’elle est maintenant satisfaite de ne pas avoir un fonds « qui impressionne » (qui éloigne, comme celui de ses parents ?) ainsi que l'annonce l'affichette sur la voiture « Attention chien féroce ! ». Ainsi Maude se sent à l'aise avec les jeunes filles et aussi avec ses propres enfants.

Enfin, aux termes du chapitre, se renforce cette capacité de Maude à communiquer par empathie ou de façon codée. « tu dois faire une radio » dit-elle à son fils. Ce qui signifie « tu as une leçon d'anglais ce soir ». Car elle ne veut pas l'embarrasser puisqu'il est avec une amie. Elle lui adresse un signe discret...

Ceci étant un exemple caractéristique de l'analyse que l'on peut opérer sur le style de Carole Détain, chaque plissement du réel pouvant donner lieu à interprétation…

Merci à Carole Détain pour ce long compagnonnage riche, dense et profondément attachant. (Mario Fulchignoni)

La course de Maude... 01/08/14

La course de Maude…
J'ai beaucoup aimé les deux premiers volumes de « T’inquiète pas maman » et tiens à poster un « commentaire » à l'issue de la lecture de l'ensemble du cycle.
Ce dernier tome donne me semble-t-il les clés des troubles et malaises de la vie intérieure de Maude.
Le chapitre nommé « La course de Maude » et situé au milieu du roman, semble éclairer l'ensemble des trois volumes.
Dans ce chapitre Maude explique très simplement que pour ses fils Luc et Romain, elle a toujours voulu étoffer leur emploi du temps
avec des activités sportives Tennis, Voile etc. et aussi
culturelles , lecture , littérature , cinéma ... Pour ces dernières activités, un peu à la manière d'un moniteur
de sport, on la voit par exemple animer chez elle, un petit groupe de discussion avec
ses fils et leurs copains (comme au ciné-club) après avoir vu « Match-Point » (Woody Allen) . On
évoque Shakespeare, le mal et le bien, qu'est que le bonheur? … pendant une durée raisonnable….

Ce faisant Maude passe à ses fils des vêtements tissés de culture et des outils qui leur permettront
de communiquer plus facilement (logique et sentiments) dans la vie.

Cela fait penser à la phrase de Sylvain (père de Lise) qui dit (en présence du seul mari de Maude) "il va bien
falloir l'habiller ce petit" (dans le volume 2). Cette phrase avait attristé Maude... mais Sylvain
n'avait fait ici que rappeler à Thibault que dans les familles c'est le père qui est le "ministre de la culture".
Cela commence par la transmission du nom du père, le choix de prénoms de son pays s'il est étranger...

Il n'en reste pas moins que Lise a un rôle culturel important et elle a eu tendance à remplir au
maximum l'emploi du temps de Luc et Romain - pour leur éviter de se retrouver seuls face à
eux-mêmes - comme cela lui est arrivé en 1985, année de sa dépression. Elle doit penser,
à raison sans doute , qu’entourés de ce tissu ils auront moins de chances de tomber dans
l'angoisse existentielle.

C'est ainsi que la dépression de Lise , qui eut lieu 30 ans plus tôt , apparaît comme l'élément phare, ou fondateur, autour duquel se structure toute sa vie familiale et même sociale (fondée sur l'écriture). Ce chapitre sert de "modèle" pour la plupart des situations décrites dans le livre

La lecture de ce dernier volume fut toujours aussi aisée et agréable. Le lecteur s'attache à Maude, à sa famille et à ses amis. Le lecteur attend la suite… (Jean Mondello)

Informations sur l'ouvrage

Collection Classique
Date de publication 5 juin 2014
Nom T'inquiète pas maman !
Langue Français
Auteur Carole Détain
Pas d'extrait sur site N/A

Livre papier

Nombre de pages 360
ISBN 9782332718020

Livre PDF

ISBN 9782332718037

Mots clés

Utilisez un espace pour separer vos mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.