T'inquiète pas maman !

Livre 1

Par Carole Détain

Thème : Sentimental

Format : Roman (134x204)

Nombre de pages : 352

Date de publication : 5 juin 2014

ISBN : 9782332717962

Disponible

Livre papier
24,00 €


Livre numérique : format Pdf
1,99 €

Avis des lecteurs

  • Où l’auteur puise-t-elle ce conatus ?

    Ce livre tout comme les autres romans de Carole Détain m’inspirent une interrogation « où l’auteur puise-t-elle ce conatus ?” ( Confère la philosophie de Spinoza… ) C’est précisément le mot qui me...

  • L’investissement affectif d’une mère.

    À la fin de ce premier volume de «T’inquiète pas maman», voici mes quelques commentaires : Maude considère, observe et interprète sa vie. Le lecteur ne peut s’empêcher de faire la même chose. Il ...

  • Voir tous les commentaires
Lire un extrait

Résumé

T’inquiète pas maman ! est un récit sur quelques mois de la vie de Maude qui est mariée, a deux enfants, et qui vit à Paris. Le lecteur l’accompagne extérieurement, dans sa cuisine, avec ses enfants, son mari, ses beaux-parents, sa mère, en vacances… La perception intérieure de Maude devient, au fil du temps, plus confiante et moins douloureuse. Cette lutte contre ses inquiétudes et obsessions quotidiennes constitue l’enjeu profond de cette chronique apparemment lisse mais intimement riche et intense.

Biographie de Carole Détain

Carole Détain est diplômée d'HEC et licenciée en philosophie. Après Bac C et A Livernay naissait mon père, elle signe ici son troisième roman.

Avis des lecteurs

Où l’auteur puise-t-elle ce conatus ? 14/03/16

Ce livre tout comme les autres romans de Carole Détain m’inspirent une interrogation « où l’auteur puise-t-elle ce conatus ?” ( Confère la philosophie de Spinoza… )
C’est précisément le mot qui me vient à l’esprit à la lecture de ce lit en parcourant la description des autres sur Internet…

L’investissement affectif d’une mère. 25/05/15

À la fin de ce premier volume de «T’inquiète pas maman», voici mes quelques commentaires :
Maude considère, observe et interprète sa vie. Le lecteur ne peut s’empêcher de faire la même chose. Il s’interroge sur le rôle qu’elle joue dans le véritable coaching qui est le sien pour ses enfants. Maude éprouve l’obligation de beaucoup intervenir sur leur réussite scolaire. Elle vit l’angoisse de l’imperfection, de l’ignorance sinon même de la naïveté qui appartient à tout enfant. Elle voudrait mieux et autre chose pour eux, pour leur avenir, matériellement. Elle voudrait donc que ses enfants soient autres, plus grands, plus avertis. J’ai le sentiment que, dans ce but, elle sacrifie sa propre vie. Par ailleurs elle craint de leur faire du mal. Jamais elle ne lèverait la main sur eux. Elle préfère se faire du mal à elle-même. L’investissement affectif cette mère pour ses enfants m’apparaît immense.
J’ai déjà lu «A Livernay naissait mon père» et "Bac", deux romans qui mettent en scène le même personnage dans son enfance et sa jeunesse. L’extrême investissement affectif que Maude déploie plus tard pour ses enfants dans «T’inquiète pas maman» prend évidemment racine dans sa propre enfance, dans l’éducation qu’elle a reçue et les parents qu’elle a eu.
Le lecteur que je suis considère Maude avec bienveillance et compassion. Il aurait envie d’intervenir et de lui conseiller de saisir sa propre liberté, qu’elle monte dans un bateau à voile par exemple, pour gagner l’océan par exemple.
Il ne s’agit bien sûr que de mon interprétation, personnelle.
Un livre vivant qui selon moi ne peut manquer de susciter un intense intérêt de la part du lecteur.
Paul Jordane

Les anecdotes ouvrent sur le monde 02/05/15

J’aime le style de ce livre, fluide. La lectrice que je suis se régale de pénétrer dans le monde de Maude. L’auteur tient à être au plus près du saisissement de la vie, de ce que son personnage vit, pense et fait.
Mon expérience de lecture ne peut m’empêcher de comparer avec mon propre positionnement par rapport à mes enfants, ma famille, par rapport à la conjugalité. Sur tous ces points, nos modes de vie ainsi que mes valeurs sont très différentes. Ce qui, pour moi, est une richesse. L’approche de la psychanalyse de l’auteur est également dévoilée, ainsi que l’accompagnement scolaire de ses fils.
Lorsqu’on lit Carole Détain on pénètre dans un univers qui n’est évidemment pas le sien propre et c’est cette découverte qui est évidemment passionnante.
Les moyens utilisés par chacun pour que les enfants s’en sortent, pour que soi-même on accède à une vie épanouie sont tous différents. Carole Détain nous dévoile celui de son personnage, en toute profondeur.
L’auteur émaille son récit d’anecdotes qui élargissent sa façon de raconter la vie. Elle montre comment son personnage, par ces anecdotes, se réapproprie son existence en se maintenant à sa position de mère, d’épouse, de belle-fille et de fille également.
Ces anecdotes permettent une ouverture sur le monde, sur le monde des psychanalystes par exemple sur le fonctionnement d’un établissement scolaire, sur un jeune qui dérape, sur son expérience de la voile, sur les films qu’elle qualifie de littéraires, sur Istanbul, etc.
Elle met en scène son personnage avec transparence sur la question de l’alimentation. Elle dépeint également Maude quand celle-ci parle d’elle-même, quand elle n’est pas en lien avec ses fils. Soudain elle décrit ses fils physiquement. Il est agréable pour le lecteur de les imaginer avec leur corps.
Maude est parfois sûre d’elle, certes avec une connotation souvent angoissante, mais ce sont ses valeurs qu’elle dévoile, qui la guident, ses valeurs sur la famille. Elles en imprègnent son écriture.
Elle décrit aussi les relations mère fille de façon authentique, transparente, profonde et nuancée.
Martine Bliet (sur les livres 1 à 3)

Une lucidité sans somplaisance. 27/09/14

J'ai aimé ce livre qui souffle le chaud et le froid. Le lecteur se demande si Maude, épouse et mère, trouve le bonheur ou bien si au contraire les moments de tension ou de désespoir dominent son existence. C'est ainsi que Carole Détain souligne dans ce roman l'ambiguïté d'être au monde. Elle nous donne à voir au fil des pages de cette chronique d'une vie quotidienne l'ambiguïté d'être au monde.

Complexité, ambiguïté et profondeur sont les caractéristiques de cette écriture. À ce titre, le chapitre « Méditerranée », situé au milieu de ce livre 1 m'apparaît particulièrement significatif : la famille est en vacances, en Espagne. Le mari semble plus ou moins en avoir assez de la mer (ou peut-être de la mère ?). Il utilise le prétexte du chien (symbole de son inconscient !) pour s'éloigner, aller se promener dans le village. Les deux fils quant à eux ont grandi et eux aussi
voudraient connaitre de nouvelles sensations en sortant de la matrice maternelle - Mère (mer). Il voudrait aller voir les boutiques et pourquoi pas croiser d'autres filles ? La mère s’y oppose. Elle argumente qu'ils sont tous là, au bord de la Méditerranée, pour profiter de la plage, les autres activités étant selon elle par trop futiles… De son côté, elle apprécie le soleil, la plage, la lecture, l'observation des autres vacanciers. Mais l'acidité du propos n'échappe pas au lecteur. La conclusion du chapitre est incisive, grinçante, qui énonce que les vacances furent, cette fois-ci, réussies parce que «le séjour a été bref » (!).

Cette lucidité, jamais complaisante, de la narration est l'un de ses éléments très séduisants.

Dans ce livre 1, de novembre 2005 à décembre 2006, Maude Valente m'a ouvert en toute simplicité la porte de son appartement. J'y suis entré. Je m'y installerai plus longuement avec la lecture du livre 2 … (Mario Fulchignoni)


une excellente analyse des relations interpersonnelles dans le milieu familial et scolaire. 01/08/14

Récit de vie, autobiographie, journal intime, chronique du temps qui passe, le livre dense et touffu de Carole Détain narre quelques années de la vie de Maude, sorte d'alter ego qui lui offre un miroir de sa propre existence.
Maude vit à Paris, est mariée, a deux enfants, ne travaille pas. Le lecteur l’accompagne, de l'extérieur et dans son intériorité de femme, d'épouse, de mère de famille responsable. Trop responsable peut-être.
Un lecteur, probablement féminin, trouvera dans cette chronique linéaire, sertie de nombreux flash-backs contextuels, une excellente analyse des relations interpersonnelles dans le milieu familial et scolaire. L'éducation des enfants y est prépondérante. Différentes scènes prennent place, à la maison, avec ses fils, son mari, ses beaux-parents, sa mère, en vacances, dans son atelier d'écriture, chez ses psychanalystes… Le présent d'énonciation/narration du récit rend les faits présents et vivants proches du lecteur.
Dans ce psycho-récit qui s'étoffe ça et là de dialogues, proche du monologue intérieur car les valeurs, les pensées de la narratrice et du personnage sont en parfaite consonance, le style concret et précis de l'auteur s'orne parfois de belles métaphores. Le texte est un peu précieux, révélant "le charme discret de la bourgeoise" parisienne.
La perception intérieure de Maude devient, au fil du temps, plus confiante et moins douloureuse. Cette évolution, qui correspond à une libération personnelle, constitue l’enjeu profond de cette chronique apparemment lisse mais intimement riche et intense. ( Sylvie Ferrando)

Informations sur l'ouvrage

Collection Classique
Date de publication 5 juin 2014
Nom T'inquiète pas maman !
Langue Français
Auteur Carole Détain
Pas d'extrait sur site N/A

Livre papier

Nombre de pages 352
ISBN 9782332717962

Livre PDF

ISBN 9782332717979

Mots clés

D'autres personnes ont marqué ce produit avec ces mots clés :

Utilisez un espace pour separer vos mots clés. Utilisez l'apostrophe (') pour rédiger une phrase.