Autour du livre

17 mars 2017
Posté par
Edilivre

Révélations fracassantes sur la lecture électronique

Si l’e-book et ses compagnons ont révolutionné les comportements ces dernières années, l’utilisation de ces outils informatiques demeure toutefois assez controversée et ambivalente !

« Lecteurs numériques » américains et français
Parmi les supports-chouchous des consommateurs occidentaux, figurent en tête la liseuse, la tablette numérique, l’ordinateur portable, l’ordinateur fixe et le smartphone.
La liseuse, Kindle, s’impose comme un appareil mobile permettant de télécharger et de lire des livres numériques. La tablette, à l’instar de l’iPad, permet quant à elle l’accès à de multiples contenus multimédias. Chez nos voisins américains, la société CouponsCodes4u révèle des résultats fracassants sur le comportement des utilisateurs du numérique ! Sur 3 000 propriétaires d’appareils, 17 % l’utilisent seulement une fois par semaine et pas plus d’un tiers s’en servent quotidiennement. L’Hexagone ne semble guère plus avancée, 14 % de la population seulement déclarant avoir lu partiellement ou entièrement un livre numérique.

Aux Etats-Unis, 35 % des possesseurs de liseuses déclarent avoir utilisé leur appareil qu’une seule fois. Les raisons ? 57 % d’entre eux manquent de temps, 22 % considèrent la liseuse comme un cadeau « empoisonné », 25 % préfèrent, pour leur part, les livres papier. Près de la moitié des consommateurs d’e-books regrettent d’avoir acheté leur liseuse, considérant finalement qu’elle n’était pas indispensable. Ils affichent presque tous l’intention de la revendre.

Panorama des manies numériques
En France, on compte plus de « lecteurs numériques » que ces dernières années.
Considéré comme plus économique et plus pratique face à un support papier devenu produit de luxe, 2/3 des lecteurs estiment toutefois que le numérique n’engendra pas l’extinction du livre imprimé. 60 % d’entre eux restent en effet attachés à cette habitude. Comment les Français se servent-ils de leur tablette ? Ils passent en moyenne une heure par jour à lire des textes numériques. Ces utilisateurs sont souvent des passionnés de lecture. Le numérique ne crée donc pas « une nouvelle catégorie de lecteurs » mais témoigne de nouveaux rapports avec le papier.

Ces consommateurs de lecture électronique dévorent aussi bien la littérature, que des beaux-livres, des essais, des livres techniques, des sciences humaines et sociales, et des ouvrages d’enseignement scolaire et dictionnaires. Leurs plateformes d’achat ? tablette_numerique_EdilivreAmazon, Google Play et Apple Store, les sites de grande surface (Fnac, Cultura, …) et des librairies, grâce auxquels ils peuvent télécharger les œuvres sur liseuses et tablettes. Cette pratique ne semble cependant pas très « démocratisée » puisque ces derniers, jeunes et de sexe masculin, appartiennent souvent aux Catégories Socio Professionnelles favorisées (CSP+).
Que pensez-vous de la lecture numérique ?