Interview écrite


5 juin 2018
Posté par
Éditions Edilivre

Rencontre avec Yolande Mindjongo-Deguenon, auteur de « Au bout de l’injustice »

Présentez-nous votre ouvrage

« Au bout de l’injustice » est une fiction qui traite de la problématique du terrorisme, un sujet dont les enjeux transcendent aujourd’hui la dimension religieuse. L’ouvrage relate le parcours d’un jeune homme qui se convertit à l’islam. En s’engageant dans le djihad, il espère mettre sa transformation idéologique au service de son combat contre l’injustice. En réalité, la violence et la souffrance qu’il côtoiera durant son aventure le mèneront au bout de l’injustice réelle, et non pas abstraite.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Ce livre est une ode à la vie et au discernement. Les solutions miracles prônées par des courants de pensées politiques ou religieux contre l’injustice se sont révélées comme étant dangereuses. L’histoire nous a par ailleurs prouvé que la recherche effrénée d’une justice absolue entraîne la violence à grande échelle et amplifie les clivages.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Cet ouvrage s’adresse à tous les lecteurs, et plus spécifiquement à ceux qui s’inscrivent en faux contre les manipulations idéologiques qui portent en leur sein les germes de la mort et de la souffrance humaine.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Mon livre promeut la liberté de penser, la liberté de religion, la liberté d’expression. Il est inconcevable de croire aujourd’hui que la violence et la terreur, religieuses ou politiques, peuvent être des outils efficaces pour combattre l’injustice sous toutes ses formes : injustice sociale, alimentaire, économique, environnementale. Seul le combat d’idées, à travers les mots, est susceptible d’endiguer les maux dont souffre l’humanité.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Ce roman m’a été inspiré par l’actualité internationale des dix-sept dernières années.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

En ce moment, je revisite un manuscrit débuté il y a deux ans. J’espère qu’il aboutira à un ouvrage d’ici la fin de l’année.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

J’exhorte les lecteurs à se procurer « Au bout de l’injustice », afin qu’ils comprennent l’étendue et la vacuité de la manipulation qui sous-tendent le djihadisme, l’une des faces de l’idéologie fondamentaliste islamique.