Interview écrite


18 juin 2018
Posté par
Éditions Edilivre

Rencontre avec Victorien Gadji Ogou, auteur de « Gaston Bachelard et l’Afrique »

Présentez-nous votre ouvrage

Mon ouvrage se veut être une modeste contribution pour la construction de l’homme tout entier, en particulier de l’homme africain. Il est composé de trois chapitres. D’abord, le premier chapitre nous donne de comprendre que l’esprit scientifique, dans sa complexité, exige une nécessaire rupture d’avec la connaissance vulgaire, mais aussi que l’on soit capable de surmonter certains obstacles liés à la connaissance. Ensuite, le second chapitre nous montre que cette complexité de l’esprit scientifique fait appel à une pédagogie toute particulière : c’est la pédagogie dite, de la preuve. Celle-ci appelle les travailleurs à s’unir autour d’un objet bien défini et à ne pas avoir peur de rectifier réciproquement leur savoir. Mais pour y parvenir, Bachelard propose une philosophie du non. Dire « non » à l’immédiateté, à toute simplification qui caractérise les sciences modernes dans le souci d’une complétude. Enfin, dans le troisième chapitre, je montre que l’africain, moulé par l’esprit scientifique bachelardien et façonné par cette vision polyphilosophique du savoir, participe efficacement au développement de l’Afrique.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

J’ai écrit ce livre afin de partager une conviction profonde : l’Afrique peut amorcer encore aujourd’hui son développement.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Mon ouvrage s’adresse à tout type de lecteur. Mais plus particulièrement aux jeunes intellectuels qui, de par leurs différentes disciplines scientifiques et/ou littéraires, sont capables de travailler ensemble pour un meilleur développement de leur continent et de leur nation.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

J’ai voulu tout simplement affirmer que le développement ne passe pas forcement par l’avoir mais par la construction et la formation de la personne humaine.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Je puise mon inspiration dans l’expérience quotidienne de ma vie ainsi que dans mes études.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Continuer d’écrire surtout sur des sujets qui pourraient aider à former l’homme.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Le nouvel esprit scientifique est la clé du développement.