Rencontre avec Steeve Biyik, auteur de « Confession d’un enfant à la peau chocolat »

Steeve_Biyik_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Confession d’un enfant à la peau chocolat, est un livre sur le courage, la volonté d’être soi-même, la recherche de l’identité et la soif de pouvoir partagé avec le monde, les autres. Une quête continuelle à la recherche du bonheur, et surtout, le personnage rêve d’un monde cosmopolite ou il n’y a pas de couleur, pas de race, mais des hommes et des femmes qui vivent comme des êtres humains.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai toujours eu l’âme d’un artiste, j’ai commencé à faire du cinéma à l’âge de 7 ans, puis bien des années plus tard j’ai intégré une école artistique pour y apprendre le théâtre, le chant et la danse. Pendant des année la vie fût dure dans mon domaine artistique
car après l’école, je n’avais aucun contact dans le métier artistique. Après une longue quête à la recherche de soit et de l’autre, l’écriture était devenue mon moyen de vivre, de transmettre, de ne pas être oublié et surtout de dire aux miens combien il est essentiel de suivre son instinct. Pour moi, ma route fût l’art et l’écriture. C’était évident, vital, je devais le faire si je voulais vivre.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Mon livre s’adresse à tous les hommes et toutes les femmes qui se sentent humains, ceux qui ont la soif de vivre, de communiquer avec les autres. Mon livre n’a pas de couleur, ni de frontières, il est juste plein d’espoir et de générosité et il est pour tous les lecteurs qui aiment découvrir et qui aiment comprendre .

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
La première qualité que transmet mon livre, d’après ce que ceux qui l’ont parcouru mon dit : c’est qu’à la sortie de cette lecture on a envie de vivre, de comprendre cet homme, et surtout que l’écriture est belle, on est transporté .

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Mon premier message à été de dire : soyez libre, soyez libre de vous et n’ayez pas peur d’aimer. Comprenez que la vie n’est pas facile, et que pour trouver ça route, il faut allez à sa rencontre. Le racisme, c’est juste la peur de l’inconnu, l’ignorance. Prêtez un peu d’attention à vos voisins et aux personnes qui vous entourent car on a tant à apprendre les uns des autres. Aimez, enivrez-vous d’amour et n’ayez pas peur de le dire.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je me suis toujours inspiré de la vie de tous les jours, des autres. Chaque jour que la vie fait est une inspiration, chaque chose dans la vie, est une inspiration et la pluie, je me souviens toujours de la pluie et du jardin de ma mère et ces éléments de mon enfance m’inspirent plus que tout .

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Actuellement, je suis concentré sur la promotion de mon livre, car j’ai foi et je crois en mon ouvrage. Je dois pour le moment l’accompagner, car c’était ma démarche première quand j’ai commencé l’écriture, le faire savoir au monde il y a un livre qui s’intitule Confession d’un enfant à la peau chocolat ne passez pas à côté, sans l’avoir lu. Transmettez-le, partagez le dans vos foyers, autour de vous, soyez vous-même les propres constructeurs de mon livre. Une fois que cette tâche sera accomplie, seulement, et seulement quand le monde entier aura entendu parlé de mon livre, alors après je sortirais mon 2ème roman qui est déjà prêt et attend d’être publié.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Chers lecteurs, quand j’ai commencé l’écriture, j’étais chez moi, seul : inconnu de tous, avec toutes les peurs que l’on peut ressentir quand on crée quelque chose ; avec toujours la même question : mon dieu, est-ce que ça va plaire ! Mais j’étais sûr d’une chose, il fallait que je vous raconte. Chers lecteurs, c’est vous qui ferez de moi l’auteur que je serais demain. Merci !