Interview écrite


13 décembre 2016
Posté par
Flora

Rencontre avec Olivier Boisset, auteur de « Meurtre dans la vallée des rois »

Olivier_Boisset_EdilivreOù habitez-vous ?
J’ai vécu à Lyon pendant mon adolescence jusqu’en 1995 où je suis venu à Paris intégrer l’Ecole du Louvre et l’Université d’histoire de l’art de Paris IV Sorbonne. Depuis quelques années je vis en couple à Colombes, ce qui me permet de garder une certaine proximité avec la capitale. Vivre près de Paris offre de grands avantages professionnels et personnels. Je pense notamment aux musées, aux expositions temporaires, aux grandes salles de spectacle et concerts.

Présentez-nous votre ouvrage 
Il s’agit d’un roman policier historique qui nous replonge en Grande-Bretagne puis en Egypte au moment de l’indépendance en 1922. Un assassinat est commis pendant une mission archéologique au cœur de la vallée des rois. Dès lors, des enquêtes vont être menées conjointement par les militaires britanniques et la police égyptienne pour retrouver le criminel. Plusieurs pistes seront explorées par les protagonistes et je peux déjà prévenir le lecteur que je lui réserve une surprise à la fin de mon récit.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Je voulais écrire un texte qui fasse écho à ma passion pour l’histoire de l’art et l’archéologie, mais de façon ludique, en y ajoutant des ingrédients tels que le suspens propre aux romans policiers et une histoire d’amour. Mon ambition était de me lancer dans un roman populaire afin de proposer une histoire originale à un public le plus large possible. Je pense en effet que le roman policier est un genre littéraire qui peut toucher le plus grand nombre. J’espère ainsi me faire mieux connaître en tant qu’écrivain.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Mon roman s’adresse aux curieux qui s’intéressent à l’histoire contemporaine, à l’histoire coloniale notamment et à l’égyptologie, mais aussi et surtout aux amateurs de polars. Les romantiques y trouveront également une histoire sentimentale qui n’est pas décrite sans sensualité.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Mon héroïne est une femme moderne et intrépide mais arrêtée dans son action par les convenances et son statut social de l’époque et vouée à un destin tragique. J’ai voulu souligner à travers une intrigue policière tout le chemin parcouru pour l’émancipation des femmes au cours de ce siècle. Ce message social est sous-jacent et confère à mon roman un supplément d’âme. La condition des femmes est en effet pointée du doigt que ce soit en Grande-Bretagne ou en Egypte notamment en raison du poids des traditions et des religions. Dans mon roman, mon héroïne s’accomplit dans son travail scientifique et réalise ainsi une forme de libération qui sera interrompue brutalement. La question que peut se poser alors le lecteur est la suivante : Miss Lure est-elle morte pour ses idées ou bien est-ce le fait d’un criminel aux ambitions bassement matérielles ?

Où puisez-vous votre inspiration ?
Mon inspiration vient de ma passion pour l’archéologie et notamment l’égyptologie. J’ai lu certains ouvrages de Christian Jacq et je m’en suis inspiré pour reconstituer un contexte archéologique. Le défi était pour moi de rendre ces connaissances livresques exploitables d’un point de vue littéraire et de ne conserver que ce qui pouvait m’apparaitre comme pertinent pour mon histoire policière. J’avais également en tête ce que l’on peut appeler les classiques du genre c’est-à-dire les romans policiers reconnus.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je travaille actuellement sur un projet de roman historique qui se passe en Algérie au moment de la guerre d’indépendance (1954-1962). J’essaye de comprendre le drame qui s’est joué durant ces années du point de vue d’une famille de pieds noirs. Ce projet de reconstitution historique réclame de ma part une abondante documentation. J’ai le souhait de m’entretenir avec des témoins directs des événements.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Je serais très heureux de lire tous vos commentaires afin de me faire une idée sur la qualité de mon ouvrage. J’espère bien entendu trouver une bonne critique, mais je suis ouvert à toutes les remarques qui pourraient venir enrichir ma réflexion littéraire et ainsi contribuer à m’orienter sur mes projets futurs. Je suis convaincu que le métier d’écrivain relève d’un parcours personnel et d’échanges avec autrui. Cette relation est indispensable pour progresser et maîtriser ses projets littéraires.