Interview écrite

24 mars 2020
Posté par
digitale@edilivre.com

Rencontre avec Olivier BERNARD, auteur de « OVNIS, VOYANCE ET RELIGION, un lien évident »

Présentez-nous votre ouvrage

Fort de nombreux échanges à travers plus de 10 ans d’études, de recherche avec les plus grands spécialistes du domaine, la marine américaine, l’armée Française et autres intervenants tous aussi fascinants les uns que les autres, j’ai enfin réussi, je l’espère à établir et prouver le lien entre la présence extraterrestre et les religions.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

En tout premier lieu pour informer du résultat de mes recherches car j’ai toujours été passionné enfant par les séries B et les films d’invasions extraterrestre puis plus sérieusement, par « temps X » des Frères Bogdanoff dans les années 80. De tous temps, il a toujours été très difficile de faire entendre sa voix sur ces sujets voire très dangereux à certaines époques de tout simplement en parler et cette émission à ouvert la voie à de nombreuses autres et libéré enfin la parole sans passer pour un farfelu.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

J’oserai dire tout le monde, tous ceux qui veulent savoir, apprendre ou confirmer ce qu’ils savent déjà avec un autre éclairage.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Qu’il ne faut jamais prendre pour acquis tout ce que l’on nous a appris. surtout dans un monde où la seule source d’information viable à nos yeux est l’immédiateté d’un événement, la communication verbale ou le journal télévisé avec des images de quelques heures ou en direct. Avec ce livre j’ouvre de nouvelles perspectives, une nouvelle façon de voir les choses, de les comprendre.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans tout ce qui m’entoure, les gens, les choses, les interactions et réactions mais nul besoin d’inspiration lorsque l’on remet sans cesse en cause et que l’on cherche à comprendre et expliquer ce qui est censé être figé.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Un livre sur l’histoire des transports Parisiens, pas que le métro, cela à été fait 100 fois.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

J’espère qu’ils prendront autant de plaisir à le lire que j’en ai eu à l’écrire et si j’ai pu ouvrir des consciences alors le rôle du livre est rempli.