Interview écrite


Nicole_Trémolières_Edilivre
16 décembre 2014
Posté par
Flora

Rencontre avec Nicole Trémolières, auteur de « Les Apprentissages de Rose »

Nicole_Trémolières_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Rose est une petite paysanne du Tarn que ses parents placent comme bonne à tout faire dans une famille bourgeoise d’Albi, alors qu’elle n’a pas 16 ans. Chez eux elle apprendra un premier métier et elle découvrira l’amour. Mais à cette époque et dans ce milieu les rapports de classe influent considérablement sur les relations humaines et elle devra se battre pour se faire accepter et reconnaître.

Pourquoi avoir choisi de placer l’intrigue de votre récit au cours du XIXème siècle ?L’intrigue est en partie basée sur des faits réels, l’époque s’est donc imposée à moi plus que je ne l’ai choisie. D’autant que ces modes de vie et ces mentalités sont aujourd’hui obsolètes… en principe !

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Je n’ai « ciblé » personne en particulier. Je m’adresse à ceux qui aiment que l’on traite avec légèreté des situations graves. Et aussi à ceux qui aiment des personnages féminins de caractère.

Le milieu bourgeois vous passionne-t-il ?
Quelle drôle de question ! Tous les milieux m’intéressent. Le roman n’a d’ailleurs sa raison d’être que parce que les différences de classe créent des situations de conflit.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Je n’ai pas la prétention de vouloir transmettre un message. J’aime donner à voir une région, une époque et des personnages que j’espère attachants.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Dans la réalité. Il me faut toujours un déclic qui provoque l’imagination. Pour mon premier livre, Un ami à Jérusalem, c’était une conférence dans la cathédrale de Bayonne. Pour le deuxième, L’ingérable Mister Hawk, c’était une photo de Thomas Struth. Lorsqu’on m’a communiqué des archives, jusque là inconnues, qui concernaient Rose, le déclic a joué. Mais ce n’est qu’un premier pas : dans tous les cas il me faut ensuite creuser la documentation, etc.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Navrée, mais je suis encore reliée à Rose pour l’instant. Car mes personnages deviennent de vrais amis et il me faut un peu de temps pour les quitter avant de rebondir sur un autre déclic.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
J’aimerais que Rose et tous ceux qui l’entourent soient aussi vivants, aussi attachants pour mes lecteurs qu’ils l’ont été pour moi. J’aimerais qu’en refermant le livre ils puissent dire, comme une de mes lectrices : « Je me suis régalée, Rose me manque déjà »