Interview écrite


9 novembre 2012
Posté par
Flora

Rencontre avec Nicolas Dorlé, auteur de « Amour(s) »

Nicolas Dorlé, Amour(s) est votre premier roman publié chez Edilivre. Présentez-nous votre ouvrage ?
Il s’agit d’une fiction amoureuse. Amour(s) plonge le lecteur dans les joies, les peines, les frasques de l’amour. L’amour adolescent, l’amour en couple, l’amour d’un enfant, l’amour de la vie. Les personnages ont tous un passé difficile, et il n’est pas impossible que ceci ait des répercutions dans leur vie présente, leur futur…

 

Comment vous êtes-vous mis à l’écriture ?
Le plus naturellement du monde. J’ai commencé par écrire des chansons, puis des publicités, des chroniques et des sketchs pour la radio. Par la suite, la presse écrite. Le roman est venu plus tard.

Ecrivez-vous depuis longtemps ?
Le premier texte, je l’ai écrit à 15 ans. Je venais de perdre un camarade de collège. Frappé par l’émotion, j’ai voulu lui rendre hommage. C’est là que j’ai découvert cet univers. Jouer avec les mots fut une vraie révélation. Cela fait plus de 25 ans !

Que vous apporte l’écriture ?
Un apaisement, un moment privilégié. Mais aussi beaucoup de souffrance ; c’est d’ailleurs cette souffrance qui va puiser au plus profond de moi lorsque le texte est difficile, sensible.

Quels sont vos secrets pour trouver l’inspiration ?
La vie de tous les jours est un bon outil d’inspiration. J’aime observer les gens, cela me permet de les imaginer dans certaines situations, de les mettre en scène… Et puis il n’y a pas vraiment de secret. Les histoires, les thèmes viennent souvent de pas grand-chose. Il suffit que la base soit solide pour pouvoir développer une histoire qui tienne la route. L’imaginaire fait le reste…

Quels sont les livres qui vous ont le plus apporté ?
Mon dictionnaire de rimes ! J’aime beaucoup les livres sur l’univers musical. Décrypter les auteurs à travers leurs textes.

Avez-vous un second livre en perspective ?
J’ai plusieurs manuscrits en route. Je vais me consacrer à un en particulier qui sera complètement différent du premier. Les autres suivront.

Quel serait le plus beau compliment qu’un lecteur puisse vous faire ?
J’aime votre folie douce !