Interview écrite


15 avril 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Nacer Achour, auteur de « Et la mer elle-même n’aura plus aucun sens »

Nacer_Achour_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
« Et la mer elle-même n’aura plus aucun sens » est sinon le dernier épisode, du moins l’avant dernier d’un feuilleton en cinq à six partie, chacune pouvant se lire indépendamment des autres. Dans les faits, une grande partie du livre constitue la genèse même de cette saga étant donné qu’elle représente le retour au passé des personnages…

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Pour tenir une promesse…

Que signifie le titre de votre œuvre ?
C’est Charles Baudelaire, je crois, qui disait : « Homme libre, toujours tu chériras la mer »… L’intensité de la douleur, du mal que vivait Malek alors qu’il venait à peine de fêter ses vingt ans, suite à ce qu’il considérait comme une trahison (Du destin ?), lui fit dire entre autre : «Et la mer elle-même n’aura plus aucun sens».. La mer comme «La Source des gens heureuses» tenait une place importante dans sa vie… Il y allait en confident…

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
C’est l’histoire d’une jeunesse tourmentée… Aux jeunes d’aujourd’hui qui ont tous les moyens que nous autres n’avions pas, il y a une trentaine d’années, aux nostalgiques aussi des années 80…

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Edith Piaf chantait «Non, rien de rien, je ne regrette rien»… Ne rien regretter et rester fidèle à son passé, à ses espoirs, à son idéal, à ses engagements, poursuivre sereinement son chemin et ne pas baisser les bras, poursuivre le combat pour les causes qu’on croit juste, même avec d’autres moyens, sous d’autres formes, aimer, continuer à aimer son prochain, son pays, sa région, son village natal, l’humanité…avoir beaucoup de patience et avoir foi en soi et en des lendemains meilleurs.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Dans ma solitude la plupart du temps…

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Envisager un dénouement heureux à cette saga qui comprend aussi et dans l’ordre chronologique : «Cet étrange et incessant appel», «Imprécation ou Nous irons jusqu’au bout de nos peines» et enfin «La Source aux grenadiers» trois romans inédits en sus de trois autres recueils de poésie : «Fragments de vie», «Vision obsessionnelle» et enfin «Absence»…

Un dernier mot pour les lecteurs ?
J’espère pouvoir être à la hauteur de leurs exigences et qu’ils ne seront pas déçus…