Rencontre avec Muhamat Corbeau, auteur de « Apocalypse »

Apocalypse_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
« Apocalypse » est un roman en vers qui contient dix chapitres. Chaque chapitre est indépendant et chaque poème est indépendant. Le tout conte l’histoire d’une famille en des temps apocalyptiques.

Pourquoi avoir écrit un roman en vers ?
J’ai choisi la forme fixe pour donner un cadre à un monde chaotique. Les sonnets, et plus particulièrement, les douzains en alexandrins, ont la vertu de capter une réalité, dont le sens est pulvérisé, dans un cadre structurant. Chaque poème agit à la manière d’un écran. Le lecteur peut passer de l’un à l’autre, comme il pourrait zapper d’un programme télévisé à l’autre, tout en ayant la possibilité de suivre la trame du récit de manière linéaire.

Quels sont vos auteurs de prédilection ?
Mes auteurs de prédilection sont Charles Baudelaire, Dante, Arthur Rimbaud, François René de Chateaubriand, Jean-Jacques Rousseau, Serge Gainsbourg, à qui j’ai emprunté la forme du concept-album pour la constitution des chapitres d’« Apocalypse ». Je suis aussi un lecteur assidu de l’« Ancien Testament » et du « Nouveau Testament », ainsi que du « Coran ».

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour écrire ce livre ?
Je me suis inspiré des « Fleurs du Mal », de Charles Baudelaire, structuré en plusieurs parties, selon une architecture secrète, ainsi que du roman en vers, « Eugène Onéguine », d’Alexandre Pouchkine, sans oublier « La divine comédie », de Dante. Comme je l’ai dit plus haut, la forme du concept-album, inventée par Serge Gainsbourg en 1971 (« Histoire de Melody Nelson ») m’a donné la forme des chapitres d’« Apocalypse ». « La Bible », aussi bien l’ »Ancien Testament » que le « Nouveau Testament », m’a fourni la matière de nombreux poèmes du roman.

Pourquoi avoir choisi ce titre « Apocalypse » ?
Après la Seconde Guerre mondiale et la Shoah, le mot « apocalypse » ne signifie plus seulement « révélation », en grec, mais aussi destruction du monde par le feu. La guerre de religion et de civilisation, qui se profile pour l’humanité depuis le début du XXIème siècle, ne fait, malheureusement, que confirmer ce constat.

A qui se destine votre ouvrage ?
La poésie est un art majeur, qui exige une initiation. Cependant, l’œuvre d’auteurs-compositeurs-interprètes comme Serge Gainsbourg, ou bien Roger Waters, a permis, en mariant de nouveau la musique à la poésie, d’initier un grand nombre d’auditeurs à l’art de la versification. « Apocalypse » avait, en ce sens, la vocation d’être mis en musique par mes soins. Je ne sais si j’y parviendrais un jour. En attendant, j’espère que mon roman en vers pourra être lu par le plus grand nombre.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Veillez ! Jour et nuit ! Veillez ! Antisémitisme, islamophobie, xénophobie, racisme, populisme ! Dictatures ! Guerres ! « Plus jamais ça »!