Rencontre avec Mikelita Jean, auteur de « Sans détour / San detounen »

Où habitez-vous ?
Je vis en Haïti.

Présentez-nous votre ouvrage
Tout d’abord je vous salue et vous remercie pour cet interview et je salue tous les lecteurs et lectrices d’Edilivre et des autres institutions travaillant dans la même sphère et je salue également tous les responsables de la maison d’édition EDILIVRE. C’est un ouvrage, un recueil de textes qui a plus de 190 pages et qui contient des poèmes écrits en français et en créole. Ces textes pour la grande majorité sont des poèmes engagés, mais il y a également des textes qui parlent d’amour de sentiment, des textes qui vantent les prouesses de nos ancêtres, et aussi, même si dans cet ouvrage il n’y en a pas beaucoup, des textes à caractères religieux qui parlent de Dieu, de son amour, de sa compassion pour nous et d’autres sujets aux aspects culturels et sociaux sont aussi traités dans cet ouvrage. Donc j’invite tout un chacun à se procurer un ou plusieurs exemplaires en passant la commande sur le site de la maison d’Edilivre.com.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Ces textes comme je l’ai dit qui sont en grande majorité des textes engagés, parlent de la situation sociale, politique et économique dégradante dans laquelle patauge la majorité des haïtiens qui font face à des difficultés de toutes sortes. Comme vous pouvez le savoir, et je n’en doute pas, surtout avec l’internet, le développement des nouvelles technologies de communication, de l’information ; avec tout cela, le monde aujourd’hui n’est plus qu’un village, tout ce qui se passe ailleurs se sait partout, et aussi ce qui se passe en Haïti qui, cela m’écœure de le dire, est un pays qui marche de crise en crise et plus encore après le 12 janvier date qui marque le passage de ce puissant séisme qui a tout dévasté sur son passage. Catastrophe qui vient, de par son ampleur, envenimer beaucoup plus la situation du pays et du peuple haïtien. Il faut mentionner l’état critique dans lequel se trouve les gens de l’arrière pays, les paysans haïtiens qui ne savent que faire et quelle prière adresser pour sortir dans ce marasme quotidien où ils se trouvent sans le soutient et l’assistance d’autorités qui sont pourtant placés pour les donner satisfaction dans leurs besoins. Tous ces gens qui vivent dans ces bidonvilles à fortes concentrations, abandonnés à leur sort, où vivre semble presque difficile pour ne pas dire impossible. Un pays où la politique englobe tout et où les aspects sociaux économiques sont négligés, jetés dans le panier de l’oubli.

Je dénonce à travers ces écrits l’indifférence et l’insouciance des autorités haïtiennes face a cet état de fait, ces gens -là qui ne sont pas à la hauteur de la mission a eux confiés et pausent, par leur agir, de gros problèmes au pays qui en a ras le bol. Ce sont ces personnalités aux discours incohérents, à la pratique désagréable et encombrante qui, malheureusement occupent toujours, et pour le malheur de ce peuple, le devant de la scène et qui s’offrent sans gêne en spectacle, un spectacle bien accablant, des scènes tragi-comiques et semble-t-il ne s’en rendent pas compte qu’ils ne sont pas appréciés et qu’il leur faut changer de décors, de procéder. Je les invite à changer de comportement pour embrasser à bras le corps, comme nos ancêtres en ont donne l’exemple, avec capacité, sens du sérieux, la cause de ce pays, de ce peuple qui vit au jour le jour dans la déprime.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
A cette question je pourrais répondre : A ceux et celles qui parlent et comprennent le français et le créole ou l’une des langues puisque dans l’ouvrage le lecteur qui va l’acheter pour lire les textes vont trouver des textes qui sont écrits en français et aussi ceux qui sont écrits en créole. Mais je pourrais aussi dire que l’ouvrage s’adresse a tout le monde que se soient des gens qui aiment les poésies engagées ou ceux-là qui aiment les poésies a caractères sentimental, passionnel, à l’intérieur de l’ouvrage il y en a pas mal. En fait, grands ou petits, jeunes et vieux peuvent le consulter, il y en a pour tous et pourquoi pas me donner leurs impressions et leurs opinions sur les textes, c’est important pour moi.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Le message n’est autre qu’un message de paix, de réconciliation. C’est aussi un appel à une prise de conscience collective car comme le dit notre devise si bien imprimé sur notre bicolore : l’union fait la force. Je pense que sans se mettre ensemble entre haïtien, sans s’unir, Haïti n’ira nulle part, le peuple haïtien qui en rêve tant, ne connaîtra jamais de répit dans ses souffrances et ses nombreuses difficultés.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je crois que le poète est avant tout un être de pensée et de parole, c’est quelqu’un qui est doué d’une grande sensibilité puisqu’il exprime à travers ses écrits ce qu’il ressent, ce dont à quoi il aspire, ses désirs, ses souhaits. C’est quelqu’un aussi qui au jour le jour fait face à la réalité, s’incorpore dans la réalité, vit dans la réalité pour en saisir le sens. Je suis quelqu’un de réaliste c’est-a-dire que tous les textes que j’ai écrit dans cet ouvrage et même dans d’autres, sont inspirés de la réalité, de ce qui est vrai, ce que j’ai vu : des faits, des événements, l’environnement qui m’entoure, la nature enfin tout ce qui me frappe à l’esprit et m’interpelle à les analyser, les questionner, travailler ces images, les cataloguer dans mon esprit pour en faire sortir le produit qui serait le fruit de ma mémoire à travers mes œuvres. Et je tiens aussi à souligner que tout cela ne serait pas possible sans Dieu, lui qui est là avec moi, qui construit mes pensées et qui m’aide et me guide dans tout ce que j’ai à coucher sur une feuille de papier, malgré la petitesse de ma foi catholique. Et j’ai un texte que j’ai écrit en ce sens qui s’intitule : « Mon inspiration ». Dans ce texte, je décris comment Dieu dans sa bonté et sa compassion me donne son Esprit pour me permettre de mieux m’exprimer dans mes écrits. Il me montre constamment la manière d’écrire les mots, de construire les phrases, car n’est ce pas lui le créateur de tout homme, maître de toutes intelligences, de toutes connaissances, de tout savoir ; pour cela je le remercie de tout cœur.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Il faut dire que j’ai pas mal de projets : par exemple après l’édition et la publication de cet ouvrage par la maison d’édition EDILIVRE, dont je remercie les responsables d’avoir bien voulu procéder à l’édition de cet ouvrage, j’ai d’autres ouvrages, d’autres recueils de textes qui sont écrits dans les deux langues qui attendent d’être publiés, vu qu’en Haïti, les choses sont assez difficiles. Et ces derniers jours, je suis en train d’entamer certaines démarches pour voir comment cela peut se faire.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
J’encourage tous les lecteurs à se procurer un ou plusieurs exemplaire de cet ouvrage qui est disponible sur Edilivre.com, je les invite à apprécier les textes qui sont d’ailleurs très intéressants et je leur demande aussi de me faire part de leur opinion, de leur commentaire concernant l’ouvrage cela va m’aider à aller de l’avant. A tout et à tous je dis un grand merci, aux responsables d’Edilivre, je leur adresse mes sincères remerciements et je les encourage à encourager les gens à écrire, à s’exprimer puisque écrire c’est vivre et vivre c’est penser.