Interview écrite


Maxime_Michaux_Edilivre
19 octobre 2015
Posté par
Guillaume

Rencontre avec Maxime Michaux, auteur de « Mes pensées créent ma réalité »

Maxime_Michaux_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
C’est un livre basé sur la réflexion humaine, j’y invite le lecteur à prendre du recul sur sa propre existence et les événements afin de mieux les analyser. Ce livre me tenait à cœur depuis de nombreuses années. Il s’intitule « Mes pensées créent ma réalité ». J’hésitais avec « Nos pensées créent nos réalités », mais ne voulant imposer aucune manière de penser, j’ai préféré parler de mes propres ressentis et expériences qui me font avoir ce regard sur la vie. Une vie où nous sommes TOUS créateurs et co-créateurs et c’est ma croyance la plus profonde.

Je l’ai commencé durant un voyage de plus de 13 mois pour le terminer à mon retour en France. Il a été écrit dans différents pays et il évoluait constamment en fonction des prises de conscience que je pouvais avoir et des rencontres que je faisais, car, quel que soit notre parcours, je me rends compte et me suis rendu compte que nous avons tous les mêmes interrogations sur la vie et ses mystères, mais que nos réponses sont différentes. Ce constat me laisse à penser, comme le disent les bouddhistes, que « la vie n’est  pas un problème à résoudre mais une réalité à expérimenter ».

Ce livre est composé de trois parties. Une première qui va montrer au lecteur les croyances que je peux avoir afin de mieux lui faire comprendre pourquoi je peux penser de telle ou telle manière. Je présente brièvement mon parcours en début de livre afin de montrer que celui-ci est un parcours plus ou moins banal dans la forme, avec une éducation, une scolarité et des choix d’orientation personnels où beaucoup pourront se retrouver.

La seconde partie nous concerne tous, puisqu’elle parle principalement du fonctionnement de la société dans son ensemble et tout ce qui est mis en place pour nous freiner dans notre évolution, nous soumettant tous au même conditionnement.

Une troisième et dernière partie traitera de quelques phénomènes dont vous avez tous certainement entendu parler, et dans lesquels on peut y voir l’opportunité de créer un monde meilleur, en s’ouvrant au fait que notre manière de voir le monde impactera sur la matière qui le constitue. En gros, nous sommes le fond qui modèle la forme.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Dans ma vie, j’ai eu l’occasion de voyager énormément, de changer de mode de vie très souvent et de côtoyer des personnes de tout horizon, de toute nationalité, dans le monde entier. J’ai appris de tout cela. Je voulais amener la réflexion, permettre au lecteur de s’ouvrir à des sujets que l’on nous a volontairement mis de côté ou définis comme « farfelus », alors qu’ils sont pour moi, porteurs de changements.

C’est notre unicité qui nous permettra d’améliorer ce monde que nous partageons et qui doit changer, car son fondement sociétal est à l’opposé de ce que l’Homme a réellement besoin pour son évolution. Et nous sommes en train de nous en rendre compte de plus en plus. On le sait que cela ne doit pas continuer dans ce sens, avec ces disparités, ces injustices, ces modes de fonctionnement, ces lois incompréhensibles et disproportionnées, mais avant d’entreprendre une action, il faut avoir conscience que celle-ci est réalisable. Le monde est en train de changer et de « s’ouvrir » à de nouvelles perspectives de vie.

A l’aube d’un changement planétaire, l’Homme doit apprendre à se recentrer et à se réaligner avec lui-même. J’apporte ce changement dans ma vie même si c’est un travail d’introspection quotidien qui demande une certaine régularité, comme tout apprentissage. Nous sommes très nombreux à être tombés dans ce piège de la société de consommation, moi le premier, qui nous pousse à acheter, acheter et encore acheter, nous rendant possédés par un système au lieu de le posséder.

Plus de gens s’éveilleront, plus d’actions positives pour le bien de tous seront entreprises. Et on basculera dans une nouvelle ère. Nous devons reprendre conscience que ce monde matériel qui nous régit, issu d’une énergie immatérielle au départ, n’est qu’un monde fictif aux plaisirs éphémères nourrissant davantage l’ego que notre âme, qui est, ce que nous sommes vraiment. Le mensonge règne en maître dans tous les domaines et l’Homme est prédestiné à se diriger vers la vérité qui créera une nouvelle civilisation.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Je ne vise aucun type de public particulier, mais chacun pourra porter un avis sur les différents thèmes qui sont abordés et que nous partageons tous.

Etant issu de la génération 80, que j’appelle de « l’entre-deux » vis-à-vis des mentalités et de l’évolution technologique, je pense que celle-ci aura un impact majeur quant à l’amélioration des mœurs dans la société et j’invite celle-ci à être plus entreprenante, plus créative, en préparant la génération suivante à adopter de meilleures valeurs et modes de vie qui construiront les nouveaux fondements de la société, en arrêtant d’avoir peur et de ne plus baser ses croyances sur celles des autres et principalement sur la génération antérieure, à savoir celle de nos parents. Nous avons tous un rôle à jouer et cela commence ici et maintenant.

Ce livre s’adresse également aux personnes désireuses de changements, de découvertes, avides de voyages, de nouveautés et d’apprentissages. Je veux m’aider de mon retour d’expériences pour inciter les gens à partir voyager et découvrir le monde, sans peurs, sans craintes, afin de l’observer et l’analyser d’un autre angle, de laisser la place à l’inconnu, synonyme de changement. Nous avons grandi et nous avons été formatés pour « évoluer » dans le « Faire » au lieu d’évoluer dans « l’Être ». N’oublions pas que nous sommes des « Êtres » humains ! Alors apprenons, ensemble, à Être !  La différence est énorme et vivre l’instant présent, l’acceptation des choses nous rapproche de notre vraie nature, grâce à laquelle nous devenons plus créatifs, conscients et puissants !  Je me trouve dans cette période transitoire de ma vie où je veux me rapprocher de toutes ces valeurs évincées depuis tant d’années, mais qui résonnent en moi comme un appel vers le mieux-être.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Ce livre était pour moi important. Durant plusieurs années, j’ai été déçu et frustré de voir le monde évoluer comme je le voyais de mes propres yeux. Je fais et je faisais comme tout le monde, les erreurs que l’on voulait nous faire faire, mais copier une erreur n’est pas quelque chose de judicieux. Mais nous apprenons d’elles et cela nous permet d’avancer. Tout est actuellement en train d’être remis en question, que ce soit sur notre manière de nous alimenter que sur notre manière de vivre ensemble.

Je ne prétends pas être devenu bouddhiste, grand sage ou moine Shaolin, loin de là, mais j’accorde de l’importance à gommer mes fautes, mes erreurs de jugements et de fonctionnement. Personne n’est parfait et le but n’est pas de le devenir. Quelle en est la limite de toute manière? Nous sommes humains et faisons des erreurs, là n’est pas le problème tant que l’on y apporte, à terme, le changement désiré. Le temps de réalisation n’a pas d’importance, chacun suit son plan d’évolution qui lui est propre.

En changeant ma manière de penser, je me suis aperçu qu’il était facile d’apporter un changement dans sa vie. Il est important de vivre avec sa propre philosophie et de la respecter afin de rester aligné avec soi-même et surtout ne pas se laisser attirer par les autres avec leurs croyances, leurs opinions, leurs jugements qui leur sont propres.

La définition de ce que l’on appelle « réalité » nous appartient et de ce fait, ce terme n’a pas de juste signification. La réalité est ce que nous en faisons et tout passe par notre manière de penser, qui est une énergie que l’on émet et qui impactera les autres et le monde environnant à des vitesses et des distances qui dépassent notre imagination. C’est facile de l’expérimenter. Pensez négativement une journée durant: observez ce qu’il s’y passe. Pensez positivement une journée durant: observez ce qu’il s’y passe. Nous sommes les décisionnaires et acteurs principaux de tout ce qui nous arrive. Nous devons reprendre conscience de notre vraie nature, en se rendant compte, que le rythme de vie que nous avons n’est pas celui que nous sommes destinés à faire perdurer. Courir après l’argent, dévaliser les pharmacies, manger du poison qui nous est vendu dans de jolies barquettes brillantes vues et revues à la télé, pousser son voisin pour mieux avancer, juger, etc., tant de facteurs qui nourrissent ce monde individualiste que nous créons et finançons.

L’heure n’est plus à la fermeture d’esprit mais bien à l’ouverture, et je trouve que c’est important de laisser la porte ouverte à tout ce qui peut exister, car les seules limites à nos croyances sont celles que nous nous fixons nous-mêmes. On partage tous ce même désaccord au plus profond de notre être, cette divergence entre ce que nous voudrions vivre et ce que nous vivons. Par fierté ou par pudeur, on ne veut pas l’admettre ou se le dire, de peur, encore une fois cette peur, de passer pour quelqu’un de « différent ». On va se « cacher » derrière un statut social, un salaire, une grosse voiture, rechercher une reconnaissance ou de l’estime pour masquer ou tenter d’oublier ce que notre âme veut exprimer. On veut faire comme tout le monde croyant que c’est la « marche à suivre » et on finit par s’oublier soi-même. Aie ! Converser et échanger sur les thèmes de ce livre peut nous amener à dessiner ensemble quelque chose de nouveau, quelque chose de mieux, pour le bien de tous. Mettons cette gêne de côté à évoquer ces sujets dits « tabous » car ils ne le sont plus ! On a tous à apprendre des uns et des autres et les questions existentielles sont pour moi des interrogations qui devraient rassembler au lieu de nous séparer. Je ne veux pas rentrer dans une dualité, « vision scientifique » contre « vision spirituelle ». Là n’est pas le débat et il serait sans fin. Pour moi, les deux devraient « travailler ensemble » afin d’apprendre davantage sur ces interrogations communes. Les deux visions ont besoin de l’une et de l’autre mais à la télévision ou ailleurs, il n’y  a que la science qui a le droit de s’exprimer. Pourquoi ? Est-ce rassurant de se fixer des limites ? Une égalité d’opinion serait à mon goût judicieux et il faudrait trouver un juste milieu.

Nous sommes actuellement des millions de personnes à vouloir voir émerger un monde meilleur, à ouvrir notre esprit et notre cœur, à découvrir de nouvelles perspectives de vie qui améliorent notre état physique et mental. Comment pourrais-je être le seul parmi les sept milliards d’habitants à me poser ces questions et ressentir ce changement actuel ? C’est impossible ! C’est pour cette raison que je n’ai plus aucune appréhension à aborder ce genre de thématiques. Je ne suis pas dans la réponse définitive mais dans un perpétuel questionnement, ouvrant le champ de tous les possibles. Les idées que je peux apporter dans ce livre ne sont pas figées, ne sont pas statiques. Elles évoluent en même temps que l’énergie planétaire et il est fort possible que certains propos de l’ouvrage ne soient plus mes propos dans quelques temps. Ils étaient ce que je pensais au moment où je les écrivais. Pour moi, c’est cela l’évolution ; à savoir, ne se mettre aucune barrière.

Je voulais également essayer de montrer et prouver qu’il n’y a pas que ce que l’on voit à la télévision et dans les journaux dans cette « réalité », à savoir tous les problèmes internationaux, les conflits, les guerres, etc. Mais toutes les émotions inverses existent également. C’est le principe de l’énergie.  (Le pôle – a besoin du pôle + pour subsister). Il faut donc de tout pour faire un monde, on connaît cette phrase, mais il est important d’avoir en tête que des gens à travers la planète entière vivent la vie simplement, de façon pacifiste, humaine et positive et vous le savez. La télévision n’est que le reflet d’un monde illusoire, triste, frustrant et déprimant auquel on veut nous faire adhérer. Et l’on ne doit plus accorder d’importance à ce qui nous est montré. En voyageant à travers le monde entier, je me suis vraiment rendu compte que l’Homme s’est égaré ! Se concentrant principalement sur ses besoins secondaires au détriment de ses besoins primaires. Je m’y inclus. Nous recherchons la reconnaissance, la fierté, le respect, l’acquisition d’un maximum de biens pour se « sentir exister », mais tout cela ne sont que des besoins éphémères qui vont nourrir l’ego et le mental, sièges illusoires de tous désaccords avec notre contrat d’âme. J’ai également constaté que, plus il y avait de lois, moins il y avait de respect. Plus il y a de règles, plus il y a de frustration, d’individualisme, de conflit et d’égoïsme. A contrario, dans les contrées lointaines, j’ai observé que naissaient naturellement le partage, la patience, l’authenticité, la simplicité,  le calme et la confiance en soi, dès lors que l’Homme est contraint à moins de lois et qu’il possède moins de dépendances matérielles.

Les aborigènes, indigènes et autres communautés mis à l’écart par la société, ont tout à nous apprendre sur le plan humain et relationnel. Ils n’ont strictement rien, matériellement parlant, mais sourient et se respectent entre eux davantage! Pourquoi ? Comment est-ce possible ? Tout simplement, parce qu’eux, se concentrent sur leurs besoins primaires, qui sont le bonheur, la paix et le bien-être. Ce sont les besoins du cœur.

Nous possédons trop de choses et n’en sommes jamais satisfaits. Nous n’avons pas besoin de tout cela. Nous voulons toujours plus, toujours mieux, toujours plus grand. Pourquoi ? Que cherchons-nous? Menons-nous le « bon combat » sur cette Terre ? Nous posons-nous les bonnes questions ? Notre manière de penser améliore-t-elle le monde qui nous entoure ? Est-ce que nos émotions et nos actions sont justes et profitent au plus grand nombre ? Nous devons réapprendre à nous poser les bonnes questions et surtout ne pas, et ne plus avoir peur du changement. Le changement est synonyme d’inconnu, cela peut paraître un tant soit peu effrayant, certes, mais quoi qu’il en soit, le monde doit changer et il est amené à changer. C’est dans l’ordre des choses ! Depuis que le monde est monde, il s’est toujours produit des tournants de l’humanité. Aucune civilisation n’est restée « intacte » et identique depuis l’apparition de la Terre, tout change, tout le temps. « Rien ne se perd, tout se transforme » et nous changeons avec. Nous devons l’accepter et nous en réjouir. Désolé pour les plus réfractaires, attachés aux croyances « cartésiennes » et « scientifiques » satisfaits de ce monde « rationnel » et « matériel » dans lequel nous évoluons, mais c’est un changement qui nous sera bénéfique. Advienne que pourra pour la transition. Chacun son chemin et chacun expérimente la vie à sa façon mais cessons d’avoir peur, car c’est la peur qui freine l’évolution. Et ce changement est en cours. Les gens le sentent et le ressentent de plus en plus. Physiquement et spirituellement. Notre corps a pris le relais pour nous aider dans notre quête et nous devons apprendre à l’écouter, à le réécouter. Nous devenons plus sensibles, plus réceptifs. Je dis « nous » car je sais que je ne suis pas le seul à percevoir ce changement en cours. Je m’en rends compte au quotidien avec les gens que je rencontre, avec toutes ces personnes postant des vidéos sur Internet, avec tous ces gens à travers le monde qui entreprennent des actions pour faciliter ce basculement ou qui remettent en cause certaines théories scientifiques. De nouvelles informations émergent concernant l’alimentation, la santé. Tout cela est synonyme d’évolution car cela incite à la remise en question ! Et il n’y a aucun mal à admettre que nous sommes dans l’erreur d’autant plus que nous en faisons tous et c’est cette remise en question qui amènera le changement.

Tout est créé et mis en place autour de nous pour nous diviser, nous juger, nous comparer, créer des conflits, de la disparité, de l’inégalité, de l’injustice. Mais ce système n’est plus viable, n’est pas viable à terme et le monde est en train de changer, car les gens s’ouvrent davantage au bien-être, au mieux-être, à la santé, à l’hygiène de vie. Je le vois de plus en plus, chaque jour, d’année en année, et c’est toute la satisfaction que je peux retirer de mes différentes expériences. Du coup, l’énergie planétaire évolue positivement malgré ce que l’on veut nous faire croire via les médias, comme quoi, tout le monde serait raciste, discriminant, égoïste, menteur, manipulateur, etc. Il faut de tout pour faire un monde certes, mais cette expression est donc valable dans les deux sens. De merveilleuses personnes existent sur cette planète, et sûrement ailleurs aussi. Qui sait ?

On peut le concevoir que si l’on attire à nous ces évènements et rencontres et ce dicton d’Albert Einstein qui dit que « la folie est de faire tous les jours la même chose et de s’attendre à un changement » est très significatif. Pas besoin de guérillas urbaines pour changer le monde ! Changer sa manière de penser suffira car cela apportera l’énergie positive nécessaire pour inverser la polarité actuelle. Les actions viendront au fur et à mesure. Le « mal » est en train d’abattre ses dernières cartes!

Où puisez-vous votre inspiration ?
Au quotidien ! Je pense que le mode de vie que j’ai choisi de vivre facilite cette ouverture d’esprit et me permet de trouver une certaine inspiration. Vivre un rythme routinier me fait comprendre et assimiler que les mêmes éléments et j’ai toujours mis de côté cela. Pour moi la routine à terme, « tue » un homme, dans ce que l’on pourrait appeler son degré de création.

Je partage la vision de l’écrivain Paulo Coelho disant que «  si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine, elle est mortelle ».

J’ai tout quitté en 2013, à l’âge de 26 ans, alors que je vivais sur Paris, quittant mon appartement, revendant tout mon mobilier, la quasi-totalité de mes affaires, quittant mon travail, coupant tous mes liens avec la société, mes appartenances matérielles, contractuelles, financières, sentimentales  (le temps arrange toujours les choses) pour tenter d’Être et arrêter de Faire ! Vivre avec ce sentiment de liberté en permanence. Je suis parti faire un tour du monde en allant visiter une cinquantaine de villes différentes au travers d’une dizaine de pays aux cultures diverses et variées, avec comme guide : l’intuition ! J’ai côtoyé une « autre réalité » et j’ai beaucoup plus appris sur la vie et moi-même avec mes voyages, qu’en plusieurs années d’école et de journaux télévisés. Je sais que cela est partagé par tous les voyageurs que je rencontre. J’ai vu de mes propres yeux, ce que l’on « imagine » ou voit derrière un écran de télévision. La différence entre « vivre l’événement » et « voir ou entendre l’événement » est incomparable. J’aime me laisser entraîner par l’inconnu en surfant sur la vague des opportunités. Comme je le dis dans mon livre, « c’est en sortant de sa zone de confort que la magie opère« . De plus, je lis énormément de livres évoquant ces différents sujets. Lilou Mace, Louise L.Hay, Deepak Chopra, Paulo Coelho, Don Miguel Ruiz et beaucoup d’autres m’ont fortement inspiré quant à leur manière de voir le monde qui se rapproche fortement de la mienne. Je regarde aussi énormément de documentaires, vidéos et reportages de personnes connues ou méconnues, mais qui poussent l’Homme à réfléchir et l’invitent à se reconnecter avec les choses essentielles.

Mais là où je pense puiser ma plus grande inspiration est en observant, rencontrant et en échangeant avec les autres ! Tous les gens m’inspirent énormément, via leurs réactions par rapport aux phénomènes et évènements, aux situations que l’on vit tous mais desquelles nous tirons des messages différents.

Nous sommes tous des miroirs pour les uns et les autres car tout est lié et nous sommes constitués des mêmes éléments chimiques, physiologiques et énergétiques. Du coup, observer les gens  me permet d’apprendre sur moi-même.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
J’ai plusieurs projets en tête que je compte bien finaliser et notamment un autre livre en cours, traitant de « l’évolution » et de thématiques similaires, ajoutées aux nouvelles prises de conscience qui évoluent sans cesse. J’ai envie de partir cette fois-ci sur une histoire, narrée sous forme de roman d’aventure.

Je vous offre un petit extrait (non exhaustif) :

« Il se passe de forts changements énergétiques ces derniers temps et beaucoup de nouvelles découvertes et réflexions sont à prévoir. Depuis 2012, d’énormes bouleversements ont eu lieu. On a tourné en dérision à la télé ou ailleurs, cette date de 2012 comme étant la fin du monde où l’Apocalypse aurait lieu, divisant d’emblée les gens sur la définition qu’ils pouvaient apporter à ce thème. Mais l’Apocalypse signifie « le lever du voile » évoquant la fin d’un monde et non la fin du monde. La nuance est extrême et pour moi la fin d’un monde, et non du monde, est en cours… (…) Quand on sait qu’aucune grue ou machine actuellement en 2015, ne serait capable de pouvoir soulever une seule pierre d’une des pyramides d’Egypte, construite pourtant à la perfection et en si peu de temps, on peut douter que ce  sont les petits biceps de quelques ouvriers qui ont pu le permettre. Ce « mystère » évoque que la technologie que nous possédons n’est pas la plus incroyable et sophistiquée qu’il ait été permis de créer et nous ne sommes pas la civilisation la plus moderne qui ait existée. Les anciennes civilisations étaient, technologiquement et spirituellement, plus avancées que nous. D’où pourrait-donc provenir cette régression ? A notre tour de faire pareil et d’évoluer ensemble, dans la bonne direction. »

Pourquoi pas une publication fin de l’année 2016 ?

Ces exemples de fausses croyances reçues dès l’enfance sont très évocatrices de tous les éléments que nous ignorons et qui nous entourent, nourrissant ma curiosité. Mais cela pousse l’Homme à créer sa propre évolution.

De plus, étant coach sportif et professeur de fitness, j’aimerais réaliser un livre sur la remise en forme.

Je vais réfléchir à tout cela et tenter de m’organiser au mieux pour réaliser mes projets car ça bouillonne là-haut !

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Tout d’abord, je remercie chaque lecteur de l’intérêt qu’il pourrait porter à mon livre et en suis particulièrement reconnaissant. Mon livre plaira ou ne plaira pas, c’est le jeu, mais quoi qu’il en soit, je l’ai réalisé avec le cœur, dans une démarche pacifiste et universelle, en fonction de mon vécu et de mes expériences. Libre à chacun de prendre ce qu’il a envie de prendre et de réfuter ce qu’il a envie de réfuter. Encore une fois, tout cela dépend de nos expériences personnelles qui sont uniques et individuelles.

Je découvre le monde de l’édition et de la publication et je serai ravi de pouvoir échanger et continuer à apprendre sur tous ces sujets avec vous.  La vie est une expérience solitaire dans une démarche collective et le changement se fera ensemble. Cessons de nous juger les uns les autres, pour ce que l’on dit, ce que l’on fait ou ce que l’on pense. Ne soyons plus dans la lutte et ne résolvons pas un problème ou un conflit, synonyme d’émission et de réception d’énergie négative, par une énergie de même polarité ! Pour désactiver une émotion ou une vibration négative, il ne faut plus lui permettre de « vivre » en la nourrissant de la même intensité. J’entends par là, qu’au lieu de se plaindre sur un phénomène (télévisuel ou autre), essayons de visualiser ce que l’on désire se voir créer, émettant de ce fait de l’énergie inverse, au lieu de dégager de la négativité sur ce que l’on ne veut plus ! La différence est énorme et le changement passera par là !

Apprenons l’acceptation des choses et n’accordons plus de temps sur les éléments néfastes qui nous entourent et qui nous polluent. Plus on nourrit une émotion, un ressenti, plus on le matérialise dans la « vraie vie ». Ne donnons plus aux médias et aux différentes instances, l’autorisation et le pouvoir de nous conditionner et de nous aveugler. Soyons dans la compassion et co-créons ce que nous voulons voir émerger. Nous sommes au sein de nos familles respectives, à l’intérieur de plus grandes familles, avec en amont, une seule et même unique famille. Nous sommes tous frères et sœurs quelles que soient nos origines, et si nous avons une « fierté à revendiquer », ne la retournons pas contre nous-mêmes, mais bien contre un système qui nous dirige tous. Retrouvons notre capacité de créer, retrouvons notre plein potentiel qui passe par notre manière de voir le monde. Je vous souhaite à tous de vous rendre heureux le plus de fois possible afin de dégager le maximum de vibrations positives autour de vous qui seront captées par les autres et par notre belle planète, malgré tous les obstacles que l’on peut rencontrer. Nous sommes là pour apprendre, pour nous aider et pour changer ce monde. C’est un privilège ! Faisons-le, c’est notre destinée de toute façon ….          😉              Peace.