Interview écrite


28 octobre 2013
Posté par
Flora

Rencontre avec Marie Koczorowski, auteure de  » Conte de la gare désolée « 

Marie_Koczorowski_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
Dans cette histoire d’amour, basée sur des faits réels, deux jeunes gens se retrouvent isolés, dans un cadre romantique qui devient vite menaçant.

Pourquoi avoir choisi ce titre ?
« Conte de la gare désolée »… A travers ce titre, j’ai tenté d’exprimer la solitude et l’universalité…Les personnages sont seuls, et ce, même à la gare, où personne ne remarque Xiang Hua, ne lui porte secours ni ne fait figure de présence rassurante. Xiang Hua et Tian sont livrés à eux-mêmes jusqu’au dernier instant, enfermés dans un sentiment d’irréalité, prisonniers de leur propre subjectivité.

Votre métier a-t-il constitué, en quelque sorte, une source d’inspiration pour écrire votre ouvrage ?
J’ai écrit cette nouvelle il y a huit ans, quand je faisais des études de traduction. Ma passion pour les langues étrangères m’a amenée à rencontrer des personnes de cultures différentes, notamment d’origine chinoise. J’ai aimé me plonger dans une autre langue, d’autres modes de pensée, et ai cherché à découvrir la philosophie et les traditions orientales.

Comment vous êtes-vous mise à l’écriture ?
Je tiens un journal depuis longtemps. J’ai écrit cette nouvelle et une autre nouvelle d’une page au retour d’un séjour à l’étranger – j’étais plongée dans un autre univers et il m’était difficile de retransmettre les expériences que j’avais vécues.

A quel type de lecteur est adressé votre ouvrage ?
Cette nouvelle s’adresse à un public d’adolescents et d’adultes, à un lecteur qui cherche à réfléchir au sens profond du récit, à l’identité des personnages…

Quels sont vos auteurs de référence ?
J’aime particulièrement les mondes imaginaires de Haruki Murakami, Toni Morisson, John Irving, Sadegh Hedayat et le réalisme magique de certains auteurs sud-américains. Dai Sijie avec Balzac et la Petite taille chinoise a inspiré ce livre.

Projetez-vous d’écrire et de publier de nouveaux ouvrages ?
J’aimerais…Je prends des notes dans un carnet et essaie de rassembler des idées et des souvenirs, qui prendront peut-être un jour la forme d’un livre…

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
J’aimerais dire aux lecteurs « N’abandonnez jamais vos rêves, et continuez à cultiver en vous la magie et l’innocence de la jeunesse. »