Rencontre avec Marie Barrillon, auteure de  » Les rimes de l’amour « 

Marie_Barillon_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
« Les rimes de l’amour » est un recueil poétique axé principalement sur l’amour en général. Que ce soit amoureux ou filial, amical ou fraternel, heureux ou destructeur, chaque poème trouve sa source dans ce sentiment. L’amour est tellement vaste, mais ses conséquences tellement importantes finalement.

Que vous apporte la poésie dans la vie de tous les jours ?
La poésie m’apaise souvent. Je n’en écris pas tous les jours, mais par moment ou par période, elle prend beaucoup de place.

Où avez-vous puisé votre inspiration ?
Nulle part et partout à la fois, je dirais. J’observe beaucoup ce (ceux) qui m’entoure ; les gens certes, mais pas seulement… Les faits quotidiens, ce qui se passe dans le monde, les informations…tout est source d’inspiration. Mais, en même temps, je ne manque pas d’inspiration de manière générale, je m’enferme en moi-même, dans ma bulle…et je voyage.

Pourquoi avoir consacré vos poèmes exclusivement à l’amour ?
Je ne saurais le dire. Un besoin caché peut-être, une envie sûrement.

Lequel de vos poèmes préférez-vous et pourquoi ?
Je ne peux pas dire que j’ai une préférence pour un poème plutôt qu’un autre. Je les aime tous, car ils ont tous une destination ou une origine, et parfois même les deux. Cela dit, si je devais vraiment en citer un, ce serait « Être aimé » en hommage à ma grand-mère maternelle :
Son âme a emporté avec son cœur,
Les plus belles fleurs d’été, leurs douces couleurs.
Mais elle m’a laissé en cadeau éternel,
Le bonheur et la joie de savoir aimer comme elle.
Elle manque à ma vie plus que je ne le dis,
Elle inonde malgré tout mon cœur à l’infini.
Elle a marqué mon âme d’une emprunte fidèle,
Qui malgré le temps qui passe est toujours réelle.
Je l’ai aimé à m’en brûler le cœur,
Je l’aime encore malgré toutes mes peurs.
Je l’aimerais toujours avec autant d’ardeur.
Rien ne fera disparaître cet amour, ma douceur.
Il me fait espérer en une vie meilleure.
Pour que moi aussi je vive le même bonheur.
Elle est le plus bel être que la terre ait porté.
Dans mon cœur elle s’appelle : Éternité.

Si vous deviez citer quelques vers qui résument votre recueil, quels seraient-ils ?
Bien que je puisse puiser dans différents poèmes de ce recueil, je penserais surtout à celui intitulé « Ici » :
Les maux se transforment en mots.
Ceux que mon cœur a vécus.
Ceux dont il fut le témoin.
Les sentiments se partagent mon univers.
Passion et colère se disputent mon territoire.
De crises d’amour en crises de rires.
De larmes de sang en larmes d’espoir.
D’incertitudes en vérités.
De la patience à l’impatience.
De rêves en réalité.
La vie est une mine sacrée.
L’amour son frère aîné.
J’ai appris que tout peut arriver

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
Tout est propice à l’écriture quand le cœur le réclame, et à mon sens il en est de même lorsqu’il s’agit de lecture, plus encore pour la poésie. Lorsque l’esprit est à l’écoute du cœur, il y a forcément des mots qui viennent se lier pour dévoiler ce qui est pensé intérieurement. La poésie est une forme de lecture apaisante et sans contrainte. Sans contrainte parce qu’un recueil de poésie ne demande pas une lecture continue comme pour un roman ni la même concentration. On y pioche selon son envie, son désir, son besoin… On lit simplement par plaisir d’évasion.