Interview écrite


12 novembre 2013
Posté par
Flora

Rencontre avec Marc Rollinger, auteur de  » Manifeste d’un monde en fuite « 

Marc_Rollinger_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
« Manifeste d’un monde en fuite » résulte d’un besoin viscéral de dire tout un tas de choses qui se bousculaient dans ma tête, à un moment de ma vie où, perturbé par différents problèmes personnels et familiaux, j’ai fait une crise d’angoisse aiguë.

Quel constat faites-vous aujourd’hui du monde actuel ?
Je ne peux m’empêcher de penser à mes grands-parents et de me dire qu’ils n’y comprendraient plus rien. Les jeunes actuels prennent pour stars de parfaits inconnus se roulant dans la fange de la télé-réalité, ils se complaisent dans un monde de futilités et d’aberrations, passent leur vie sur des réseaux sociaux, se racontant dans un langage où le français n’a plus cours. Les parents désertent leur rôle, le monde politique s’apparente à la Mafia, les médias ne savent que déverser toute la bile du monde sans en montrer le meilleur…..
Et le fin du fin, alors que revenir à une nourriture plus saine et naturelle devrait nous coûter moins cher, vu qu’il n’y a plus besoin de dépenser dans les pesticides et autres saloperies, il s’avère finalement que pour se nourrir mieux, il faut dépenser plus que pour acheter toute nourriture bourrée de compléments nocifs.

Autour de quels thèmes principaux votre œuvre s’articule-t-elle  et pourquoi?
Ce sont juste mes réflexions sur l’homme, la vie et ce qu’il en fait. Je tiens quand même à préciser que ce que vous y lirez n’est pas parole d’évangile ou vérité, car je ne détiens pas la vérité. D’ailleurs, personne ne la détient.

Dans votre ouvrage, vous posez beaucoup d’interrogations. Est-ce important selon vous de se questionner en permanence sur ce qui nous entoure ?
Bien sûr, sinon c’est comme si nous roulions en voiture avec les yeux bandés et que nous nous foutions de ce qui peut arriver.

Avez-vous essayé, à travers ce livre, de répondre à vos propres questions, incertitudes?
Peut-être, oui. Mais si, pour certaines, la réflexion m’a apporté des réponses, pour d’autres, cela n’a fait qu’en rajouter d’autres auxquelles j’essaie toujours de trouver des réponses.

Quel impact souhaiteriez-vous avoir sur vos lecteurs ? Quel message voulez-vous transmettre ?
J’espère juste pouvoir apporter des réponses à leurs questions, ou les faire réfléchir par eux-même sur des questions qu’ils ne se sont peut-être pas posés, car je pense qu’il serait bien temps de s’arrêter un peu dans nos vies sans sens et penser sérieusement à ce que l’on veut pour notre avenir et celui de nos enfants.
Bien sûr, mon livre ne va pas redonner du travail à ceux qui n’en ont plus, il ne va pas non plus apporter de la nourriture à ceux qui ne peuvent plus en acheter, ni apporter la paix dans le monde, mais en tant que bon utopiste, je pense que si chacun d’entre nous commence à penser collectif au lieu de penser pour sa petite personne, alors peut-être pourrons nous redonner un sens à nos vies et enfin mériter l’appellation d’«être humain».

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
Je vous souhaite une bonne lecture et vous remercie par avance de vous intéresser à mon livre, et de peut-être passer le mot autour de vous, car j’adorerais aller me faire démonter par Natacha Polony et Aymeric Caron. Oui je sais, j’ai aussi ma part de futilité…