Interview écrite


19 juillet 2013
Posté par
Flora

Rencontre avec Lutine Aurel Bonnemaison, auteur de  » Soleil Bleu « 

Lutine_Aurel_Bonnemaison_EdilivrePourriez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
Soleil Bleu est principalement un recueil de Nouvelles, mais aussi de Prose, constitué de textes courts pour la plupart.

Soleil bleu, ce titre évoque immédiatement la rêverie, la poésie. Quel est le registre dominant de votre ouvrage ?
C’est effectivement un ouvrage qui s’inscrit dans un registre onirique, surréaliste et poétique, souvent même animiste et empreint d’une once de mysticisme.
Un voyage au gré du rêve et de l’imaginaire en quelque sorte.

Quel est le point de convergence de vos nouvelles ?
Pour beaucoup, elles s’inscrivent dans des atmosphères plutôt sombres, mais dans lesquelles, pourtant, subsiste toujours quelque part une forme d’espoir.
Elles sont aussi l’expression de mes idéaux, mes coups de gueule, et mes peurs en rapport avec le monde d’aujourd’hui, tant à un niveau écologique qu’humaniste.

 » Soleil bleu « , cette formule ne va pas sans évoquer le soleil noir de Nerval. Revendiquez-vous une filiation avec ce poète romantique ?
 » Ma seule étoile est morte, -et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie « . (Nerval)

Non, aucune ! Et pourtant, son univers et ses mots me parlent beaucoup, cela aurait en effet pu être une possibilité.
 » Soleil Bleu  » est un terme qui revient dans plusieurs de mes textes.
Cela évoque pour moi une forme d’émotion impalpable, difficilement descriptible.
Une mélancolie qui s’ancre jusqu’au plus profond des chairs, qui irradie tel un soleil, et glace tout à la fois.
Pas si éloigné d’un  » soleil noir « , donc, bien que laissant encore passer quelque clarté !
Lorsque j’ai commencé à réfléchir au titre de mon livre, je voulais évoquer quelque chose de fort, et de mystérieux à la fois. Que le nom éveille une émotion, mais que celle-ci reste vague.

Votre poésie se veut-elle optimiste, pessimiste ?
Un savant mélange des deux !
Bien que l’on puisse y voir de prime abord le pessimisme dominer, comme je vous le disais plus tôt, il subsiste toujours une forme d’espoir.

Pourquoi choisissez-vous la couleur bleue ?
Couleur froide, et à la fois propice à la rêverie, elle me semblait toute indiquée !

Mettez-vous en scène des personnages ? Si oui, lesquels ?
Le livre regorge de personnages différents, qu’ils soient ou non humains.
On y rencontre aussi bien des oiseaux que des ombres, des fées ou encore une rivière, des femmes et des hommes, jeunes et vieillards, comme vous et moi… ou peut-être pas !

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
Soleil Bleu s’adresse à tous ceux qui aiment à s’évader loin des réalités du quotidien, au plus profond du rêve ou de l’absurde, au-delà des choses telles qu’on les connaît.
J’espère de tout cœur qu’ils sauront s’y reconnaître, s’y retrouver, et surtout, qu’avec mes mots j’aurai su les toucher, les émouvoir, et partager avec eux un peu de l’Univers qui est le mien.