Rencontre avec Léon Chevalier, auteur du livre « Les 7 Portes de la Fabuleuse History Cité »

Où habitez-vous ?
J’habite à Dour, ville belge du festival estival et international de musique. Ville située à six kilomètres de la frontière franco-belge sur l’axe Paris-Bruxelles. Je suis né belge, mais avec de l’ascendance française. Ce qui me permet de considérer mon identité aussi française que belge.

Présentez votre ouvrage
Nous sommes deux amis et écrivains de la région de Mons. Nous avons conjointement utilisés nos dispositions créatives afin de réaliser une œuvre entièrement originale, et que l’on appelle mise en abîme. Il s’agit d’abord d’un roman de Science-fiction dans lequel viennent s’imbriquer des Fictions historiques reliant de près ou de loin des évènements passés au cœur et en dehors de la ville de Saint-Ghislain. De plus, chaque fiction est traitée dans un style différent (aventure –ballade médiévale – faits de guerre – épistolaire – intrigue policière..). C’est donc une œuvre tout à fait surprenante qui embarque le lecteur à travers les siècles dans une aventure palpitante. Le lecteur comprendra que l’intérêt du côté historique de ces fictions dépasse très largement la frontière franco-belge…

Une Cité de l’Histoire à la mode du Futuroscope de Poitiers à Saint-Ghislain ? Oui, située sur un territoire de mémoire entre les remparts d’une ville insolite et un canal perdu ; entre le Bois de Col-fontaine et les marais de Saint-Ghislain. Au travers de faits réels qui se sont déroulés là et bien à la ronde, ces fictions sont instillées par un fil rouge inédit tissé de technologies derniers cris, de poursuites haletantes, de suspens et d’intrigues teintées d’espionnage digne de la guerre froide : de bons ingrédients pour passionner le lecteur !

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
L’idée de présenter un recueil de textes sur des fictions inhérentes à l’Histoire de Saint-Ghislain est née avant tout dans l’esprit de mon ami Denis Coulon. Sa deuxième idée a été de m’inviter à collaborer à ce projet. Au fur et à mesure de l’évolution du dit projet, nous avons parlé d’un autre qui serait un grand musée de la mémoire. Mais comment présenter un projet de ce type sans risquer de le faire sans originalité vu les nombreuses naissances du même genre ?
C’est ainsi que j’ai demandé à mon ami, artiste complet et amoureux de sa ville, d’inventer une cité particulière et de la dessiner. Elle serait la projection d’un musée inédit au cœur d’un ensemble architectural exceptionnel.
Quand j’ai vu le produit de son travail, j’ai ressenti une puissante attraction et il m’a inspiré un roman de Science-fiction dans lequel j’allais injecter les fictions historiques. Et dès cet instant, j’ai conçu les salles du musée de cette History Cité pourvues de technologies modernes ultra sophistiquées, qui serait un Historiascope un peu à la manière du Futuroscope de Poitiers.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Ce livre s’adresse aux fervents de SF au sens large. De facto de sa composition originale, il s’adresse aussi aux fans d’histoires de l’Histoire. Cet ouvrage n’est pas une compilation publicitaire à servir le développement touristique de la ville de Saint-Ghislain. Simplement, ces fictions historiques intéresseront à coup sûr les lecteurs qui, par le biais de l’Histoire, aiment des récits traités en styles variés comme précisé ci-dessus.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Pour la SF :
Les progrès de la Science sont journaliers ; ceux des technologies nouvelles aussi. Ils permettent de faire avancer nos connaissances et aussi de mieux comprendre pourquoi justement, elles nous font avancer. Ce qui participera demain au bien-être des uns et des autres. Mais malheureusement, dans cette progression dans le futur, il y aura toujours des vils et cupides individus prêts à tout pour s’approprier les brevets et autres secrets de la Science et de l’industrie.

Pour les Fictions historiques :
Les récits comme les fictions historiques peuvent nous apprendre bien des choses sur le passé de nos régions, de nos pays. Cela peut susciter un engouement soudain à poursuivre des recherches ou des études pour aller plus loin. Aller en profondeur ou aller plus dans le passé, c’est un peu à la manière des personnes qui se trouvent un jour curieuses puis passionnées par leurs origines, donc à la généalogie et qui ont hâte de remonter le temps.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je pense que tout écrivain puise son imagination d’abord dans son bagage global : celui de sa mémoire. Cela signifie tout ce que l’on a appris d’une manière ou d’une autre : études, lectures, infos des médias, etc… mais aussi tout ce que l’on a vécu et donc ressenti. Tout cela est stocké dans les limbes de notre cerveau. Et selon nos affinités, nos neurones nous rapportent des éléments en masse parmi lesquels, il ne reste plus qu’à choisir avant de les enfiler sur un fil rouge. A part ça, il ne faut jamais cesser de s’informer et de s’instruire surtout des matières qui ont nos préférences.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
J’en ai mille : recueils de Nouvelles ; romans de SF ; roman policier… à la condition que je reste en bonne santé…

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Le dernier mot pour le lecteur, c’est que c’est toujours le lecteur qui a le dernier mot. Michel Tournier a écrit : » Oui, je crois qu’un livre a toujours deux auteurs : celui qui l’a écrit, et celui qui le lit. ». Notre livre sera une exception, puisque Denis Coulon, co-auteur a écrit deux fictions historiques et a composé les illustrations. Nous serons donc trois !