Interview écrite


7 mai 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Kannon Dess, auteur de « L’Éthernet »

Présentez-nous votre ouvrage ?
Mon ouvrage parle d’entités qui seraient les Atlantes métamorphosés en ondes volatiles, ce qui les rendit éternelles il y a bien longtemps.
Ainsi, nous serions des batteries de recharge pour que ce paradis sans fin et parallèle à notre monde soit.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Ce court texte est le fruit de mon inspiration, ou comment l’osmose par la pensée à côté du corps se raconte dans un vécu étrange …
Je l’ai écrit pour que le texte voit son avènement comme un achèvement personnel.

Pourquoi avoir choisi ce titre ?
Le titre « Sur les berges du temps » évoque le temps qui passe, tandis que « L’Ethernet » rappelle l’immortalité.
Je l’ai choisi pour faire un effet de perfection et de supériorité.

À quels lecteurs s’adresse votre ouvrage ?
Eh bien, à tout le monde, et en particulier à ceux qui peuvent comprendre. Sauf que l’histoire semble ne pas exister, et pourtant le phénomène a été tangible dans ma main effectivement, puis à la lecture, cela semble de la poudre aux yeux.

Quel message avez vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Mon ouvrage est en fait le fruit d’une expérience personnelle, il veut transmettre un message comme celui du Christ ou un monde méthaphysique à contacter. Le cas du rêve au glaçon et sa formule éditée, c’est d’avoir résister un instant au feu par un peu de magie …

Où puisez-vous votre inspiration ?
C’est, vers l’an 2000 que j’ai contacté, entre 2 séjours en hopital psychiatrique, une bulle ou une vision du sens de l’histoire comme un jeu de dés falsifiés, même si cela reste intangible et hermétique par une inversion du sens et de la lecture que j’ai transcendé alors par l’écriture.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
J’ai déjà écrit un autre livre en 2008 aux Editions du Panthéon, « En mémoire à Umoté », ainsi j’aurai exprimé ces pensées en trop, et conclu ici avec « L’Ethernet », une page science-fiction et poésie. Pourquoi ne pas répéter cet exercice d’écriture sous le pseudonyme de Kannon Dess encore une fois, rien que pour le sentiment d’avoir été jusqu’au bout ! J’espère pouvoir rééditer mon 1er livre chez Edilivre.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Dans le genre science-fiction, c’est du neuf. Même si les phrases ne sont pas parfaitement littéraires, comme idéalement souhaité, il y de quoi se sentir une ancre noire en quelques lignes …
N’oubliez pas le passage biographique à la fin.
Merci d’avance de votre attention,
Bien à vous,
Kannon Dess