Rencontre avec Jérémy Filet-Coche, auteur de « L’Au-delà Des Rêves »

Jérémy_FILET_COCHE_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Ce livre raconte l’histoire de Gabriel, un personnage dont la vie est parsemée d’épreuves, de doutes, de rencontres et de joies. C’est un personnage qui mène à la fois une vie semblable à tous et en même temps il a des cauchemars prémonitoires qui bouleversent son rapport à lui, aux autres et à la vie. C’est une histoire riche en émotions.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Pour être sincère je ne sais pas ! Je crois que l’écriture est venue naturellement. Les mots se bousculaient dans ma tête et je pense qu’il était temps qu’ils sortent. De plus, l’écriture est un bel exercice où j’ai pu manier la langue pour transmettre une émotion, évoquer un monde imaginaire et rendre vivant des personnages que j’ai façonné. C’est devenu un réel plaisir…

Faites-vous beaucoup de cauchemars ?
C’est difficile à dire. Je suis quelqu’un qui a beaucoup de rêves et de projets, mon pire cauchemar serait de ne pas les atteindre.

Croyez-vous aux rêves prémonitoires ?
Je suis quelqu’un d’un peu superstitieux, je ne sais pas vraiment si je crois en les rêves prémonitoires, mais j’ai appris qu’ils peuvent nous ouvrir les yeux sur des idées ou des désirs qui nous animent et que l’on ose voir. Les plus beaux rêves sont, pour moi, les rêves que l’on vie !

Pourquoi avoir écrit un roman de style psychologique ?
Honnêtement, je ne pensais pas que mon livre serait classé dans la catégorie « roman psychologique ». J’ai été très surpris ! Durant mon travail d’écriture je ne cherchais pas à classer mon texte, à composer un style qui entre dans un genre. Âgé de seulement vingt-et-un ans, cette description résonne pour moi comme un réel compliment.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
À tous ceux qui aiment lire, à tous ceux qui veulent entrer dans l’univers de ce livre. Je crois aussi que ce roman s’adresse à toutes les personnes qui aiment les histoires qui sont écrites avec le cœur. C’est le cas de ce livre. Il n’est pas écrit pour se donner une image, mais dans une réelle sincérité et humilité. Aujourd’hui je suis très heureux de se qui arrive.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
En tant qu’auteur je ne sais pas trop. J’ai beaucoup de mal à décrire mon roman avec objectivité puisque j’ai un réel attachement pour ce texte. Tout au long de son écriture, j’ai ressenti les émotions que j’ai rédigé, j’ai aimé et détesté ces personnages, j’ai découvert avec eux les différentes épopées qui constituent l’histoire. Bref, c’est une véritable histoire d’amour entre le texte et moi !

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Je n’ai pas voulu faire un texte propagande ni un texte à morale. J’ai évoqué des sujets qui m’intéressent, m’interpellent et m’interrogent. J’ai surtout voulu créer une histoire qui me plaît et qui me touche. Si je devais trouver un message à transmettre dans mon ouvrage, se serait surtout d’observer sa vie, son monde, ses désirs et de les vivre avec toutes les épreuves que cela peut comporter. Les idées évoquées dans ce texte sont inspirées d’émotions personnelles mais les propos tenus constituent une histoire fictive. Mon objectif était d’écrire un texte qui laissait les personnages construire leur propre histoire.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je puise mon inspiration partout. Dans les choses qui m’entourent, les personnes qui croisent ma route et qui me touchent, les sentiments que la vie nous fait à tous ressentir. J’aime observer avec nostalgie les instants de la vie.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Pour l’instant je ne sais pas. Mes études me prennent beaucoup de temps et je ne veux pas écrire une histoire juste pour faire un autre livre. J’écrirais à nouveaux lorsque je sentirai que c’est le moment et lorsque j’aurai quelque chose à dire. Pour moi, comme je l’ai dit, l’écriture est relation aux émotions, il faut donc d’abord les vivres avant de les écrire !

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Merci. Le mot est simple, court mais tellement vrai. Alors, merci !