Interview écrite


24 février 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Jack Bean, auteur de «De absurditate»

Jack_Bean_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
« De Absurditate » (qui, en latin, signifie « à propos de l’absurde », ça fait classe et c’est une petite revanche sur mes professeurs) est un recueil de nouvelles noires et majoritairement humoristiques. Peut-être même satyriques ou sarcastiques… Je suis le pire quand il s’agit de décrire sur quel ton j’écris.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’aime écrire. C’est la raison principale, je pense. Mais je ne pense pas qu’on puisse écrire sans être lu. Et comme j’ai fait le tour de ma famille et de mes amis il y a bien longtemps… 🙂

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
À tout lecteur qui cherche à faire passer plus vite une après-midi, un trajet en RER, l’attente chez l’ophtalmo… Autrement qu’en jouant à Candy Crush ou autre chose de ce genre (moi je joue au Mahjong, ce n’est pas mieux me direz-vous). Je ne ferais pas lire cela à mes neveux et nièces par contre ! 😉

Pourquoi choisir d’écrire votre ouvrage sous une forme humoristique ?
Je suis un drôle de gars, c’est probablement pour ça. XD

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Tuez les pigeons !!!
Hum… Pardon pour ça. Je n’aime pas vraiment parler de message… Pas pour mes textes en tout cas. Disons que certaines interprétations, comme « il faut faire attention au nucléaire » ou « il faut renouer le contact social avec nos camarades humains » sont possibles. Et il y en a probablement une du genre pour chaque nouvelle, peut-être même plusieurs ! (Et bien sûr, le lecteur est absolument libre de se faire sa propre idée, ce n’est pas moi qui irais le contrarier).

Où puisez-vous votre inspiration ?
Hum… Des auteurs que j’ai lu, notamment Terry Pratchett et Orson S. Card. Mais aussi, et surtout, de ma vie quotidienne. Le lecteur sera sûrement choqué de l’apprendre, mais « RER C » a été écrit suite à un trajet dans ledit RER C.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je participe à plusieurs ateliers au sein de la fac, j’aimerais participer à quelques concours et, pourquoi pas un jour, ce fameux roman inachevé ! (Non, je ne pense vraiment pas que ce roman verra le jour mais on peut espérer…).

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Vous apprendrez à m’aimer comme je m’aime. Vous verrez. Mot.