Rencontre avec Henri Rivière, auteur de « Le Banni mayennais »

Henri_Rivière_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
« Le Banni mayennais » retrace ma triste enfance dans mon village natal, mon seul plaisir est le foot. Le travail manuel n’étant pas lucratif, je me lance dans le commercial pendant plusieurs années. L’heure de la retraite arrive, je reviens dans mon village où les pires ennuis m’attendent face à une mairie spoliatrice qui me conduira en correctionnelle, en Cour d’Appel, en Cassation, seule la Cour Européenne des droits de L’Homme, à l’unanimité de ses membres, me défendra.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Pour prouver qu’une Mairie n’a pas tous les droits mais peut utiliser tous les moyens pour vous anéantir, et même vous pousser au suicide.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
A tout le monde, sans diplôme on peut réussir sa vie à condition de vouloir s’en sortir.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
La vérité est toujours bonne à dire.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Quand on est dans son droit, il faut forcer toutes les portes, contacter les meilleurs pour se défendre.

Pour quelles raisons avez-vous publié votre biographie ?
Pour que le lecteur sache qui je suis et d’où je viens.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Déjà, une suite est en cours pour achever cette histoire qui vaut son pesant d’or.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
J’espère que ce livre vous donnera le courage et la détermination de vous battre contre l’adversité, quoi qu’il arrive.