Interview écrite


15 septembre 2015
Posté par
Guillaume

Rencontre avec Françoise Dormeur, auteur de «Le Toubib et la sorcière»

Françoise_Dormeur_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
Il s’agit d’un roman racontant la difficulté pour une petite fille très sensible, timide et angoissée, à vivre le métier de son père médecin en Bretagne intérieure, à une époque où les cabinets d’associés n’existaient pas. Tout se déroulait au domicile familial.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
En priorité parce que l’écriture est une passion et que j’aime mettre en valeur des personnages fragiles. Même si ce récit est loin d’être totalement autobiographique, cette petite fille, c’est un peu moi puisque mon père était réellement médecin. Je désirais montrer à quel point le contexte professionnel des parents pouvait marquer les enfants. J’étais pour ma part en contact quotidien avec les idées de maladie et de mort et ce n’était pas sans conséquences sur moi d’autant que mon père n’était guère compréhensif.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Je répondrais simplement au lecteur qui aime les livres où émotion et humour se confondent. Des personnages drôles, des situations comiques traversent aussi ce récit.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
J’ai voulu illustrer entre autre, que de l’enfance dépendait le reste de votre vie et qu’en tant que parents nous devons être très attentifs à ce que nous laissons percevoir.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je puise mon inspiration dans mon vécu mais j’aime beaucoup transformer la réalité. Vous trouverez ainsi dans mon roman Bertine, une femme qui va aller à Rome avec le souhait de tuer le pape afin de venger sa jeune voisine, morte d’un cancer. Bertine a existé mais n’a jamais nourri un tel projet. J’aime aussi écrire des histoires fantastiques.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
J’ai toujours participé, non sans une certaine réussite, avec des nouvelles et des romans à des concours littéraires ( « Arts et Lettres de France », « Short Édition », sous le pseudonyme de Claire Doré. ) J’ai beaucoup d’écrits dans mes tiroirs et maintenant que je suis plus disponible, je les reprends. L’écriture me comble mais l’idée de faire de la promotion ne m’enchante pas. Je suis une sauvage. Je sais pourtant qu’il le faudrait. Personne ne vient vous extraire de votre tanière.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
J’ai déjà eu des retours très chaleureux, les lecteurs semblent être touchés par ce livre et apprécient aussi qu’il les fasse parfois sourire. J’espère que beaucoup d’autres vont apprécier et leur souhaite une bonne lecture.

Please specify an ID for your product or products.