Interview écrite


16 décembre 2016
Posté par
Flora

Rencontre avec Franck Garden-Brèche, auteur de « IK »

Franck_Garden_Breche_EdilivreOù habitez-vous ?
Né en France, je réside en Bretagne depuis plus de vingt ans.

Présentez-nous votre ouvrage
« IK » peut être considéré comme un roman psychologique où des personnages comme vous et moi se retrouvent confrontés à des situations qui les dépassent. Suspense, faux-semblants, manipulations, perceptions de différentes réalités se mêlent à un soupçon de fantastique qui accompagne le lecteur au-delà de ses limites et de ses croyances. Entre voyage initiatique et drame, les émotions sont présentes à chaque ligne jusqu’au dénouement final inattendu. Alan Kergueniac, médecin urgentiste au présent tumultueux va découvrir aux côtés de Stéphanie Hertz, journaliste indépendante, que sa propre histoire familial et son passé ne sont pas ce qu’il croyait. Autour d’eux rodent l’étrange et sombre Kanji mais aussi Anna, fragile icône de son adolescence et l’effroyable Dr Sanders. Qui tire vraiment les ficelles de cette réalité ?

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Écrire remonte à mon enfance. Après d’autres formes de rédactions, publiées ou non, le roman devenait une nécessité. L’idée d’IK est née au milieu des années 90 au Pays de Galle face à une ile hébergeant un monastère. Une discussion et mille remaniements plus tard, le tableau s’est dessiné au fil des ans dans mes pensées. Une voix intérieure me guidait, donnait du sens et une profondeur aux personnages, pourtant perdus dans leur errance. Écrire est aussi une forme de délivrance lorsque l’on pose sur le papier tout ce qui vous déchire de l’intérieur…

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Cette mosaïque de suspense, d’aventures, de sentiments, d’étrange, de poétique, de voyage, portée par la vie de tous les jours de la Bretagne au Québec peut toucher chacun d’entre nous. J’ai souhaité qu’IK soit un partage d’émotions et de pensées créatives qui emmènent le lecteur dans une valse hésitation de ce qu’il pourra bien croiser en tournant la page. Chacun pourra y voir une histoire qui lui sera propre, touché plus particulièrement par un personnage ou un autre, par un angle d’approche.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
En une phrase je dirais : “Notre réalité du monde ne tient qu’à la perception que nous en avons”.
La vie nous montre qu’il existe autant de réalités que de regards qui l’observent. En découlent les conflits, les guerres mais aussi parfois une créativité, une compassion, un partage entre ceux qui savent ou apprennent à se respecter.
Je souhaite qu’Alan Kergueniac prenne le lecteur par la  main pour lui ouvrir de nouveaux horizons, une indulgence sur ce qui l’entoure sans oublier cette part de rêve et le brin de folie qui fait de la vie une boite à surprises.
Il suffit de l’ouvrir pour se laisser enivrer…

Où puisez-vous votre inspiration ?
Avant tout au sein de la littérature. Baudelaire, Edgar Alan Poe, Richard Matheson, Lovecraft, Zweig, Kafka pour ne citer qu’eux mais ils sont si nombreux à avoir accompagné mes nuits depuis toujours. Plusieurs clins d’oeil leur sont adressés au fil des pages.
Du Québec, à la Bretagne en passant par les Highlands, des rencontres m’ont inspiré les personnages d’IK. Parfois brèves à l’échelle du temps mais la puissance de l’éphémère les a gravées en moi à tout jamais.
Sans oublier les plus proches qui m’ont soutenu années après années dans cette part créative… irrationnelle.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Un nouveau roman bien sûr. Avec un pari à tenir : l’envie d’un roman de femmes, écrit pour les femmes… mais par un homme. Toute l’histoire sera portée par un paradoxe, une sorte d’inversion des rôles attendus. Mais impossible d’en dire plus pour l’instant. Elles le feront pour moi.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Tout simplement merci pour la confiance que vous me donnez en m’offrant de votre temps, en acceptant l’aventure au-delà de l’avertissement aux lecteurs qui vous lance un défi dès la première page.
Qu’IK vous accompagne pour des instants aussi surprenants qu’envoutants.
Puissiez-vous le refermer avec l’impression de l’avoir commencé il y a peu.
Viendra alors le moment de partager vos commentaires sur ik.alan@icloud.com
À très vite…
Franck Garden-Breche