Interview écrite


18 décembre 2013
Posté par
Flora

Rencontre avec Florent Lucéa, auteur de  » Univers Futurs « 

Florent_Lucéa_EdilivrePouvez-vous introduire, en quelques mots, votre ouvrage ?
« Univers Futurs » est un ouvrage où l’imagination est reine. Il conte les aventures de personnages fantasques et fantastiques se débattant pour survivre dans des mondes mythiques, futuristes et universels en même temps. Ils vivent des aventures rocambolesques qui disent beaucoup sur leurs aspirations, divertissent aussi et font, j’espère, réfléchir également.

Quelles lectures vous ont influencé pour créer votre imaginaire ? Peut-être également des films ?
Je me nourris de mes lectures, des films que je vais voir mais aussi des expositions que je visite, de séries télévisées, de chansons parfois. Pour cet ouvrage, je me suis principalement inspiré des contes de mon enfance comme ceux de Perrault ou des frères Grimm, des Fables de La Fontaine pour les animaux qui parlent, des fabliaux et autres romans du Moyen-Âge, des grands space operas, de lectures sur les fées et autres créatures merveilleuses, des tableaux magiques d’Odilon Redon ou de Gustave Moreau.
Je me nourris de tout ce que je vois et aussi de ce que je crée moi-même. Parfois, je dessine avant de créer un personnage et je m’inspire du dessin réalisé pour le décrire.
Je dirais que mon imaginaire est un Gargantua qui dévore tout ce qui passe à sa portée, le digère et le réinvestit pour en donner une nouvelle dimension et aussi rendre hommage aux artistes qui l’ont précédé.

Qu’est ce qui vous attire dans les histoires futuristes ?
Ce qui m’attire dans les histoires futuristes, c’est la liberté. On est libre de tout créer de A à Z tout en s’ancrant dans une certaine réalité. On suit plusieurs chemins de traverse pour atteindre son but ultime : divertir, interloquer, interpeller et faire que le lecteur rêve, cultive son imaginaire et réfléchisse aux turpitudes du monde qui l’entoure.
Le futur, c’est aussi l’inconnu. C’est une aventure sans cesse renouvelée, imaginée par des auteurs talentueux depuis que l’Homme écrit.
Le futur tel qu’il se développe dans « Univers Futurs » est un futur imaginatif mais en même temps nourri de ce qui l’a précédé. Il est teinté de racisme, de tyrannie, de violence et d’extrémismes comme il en existe aujourd’hui. Dans certaines sociétés, on a peur de l’être différent soit parce qu’il est handicapé, d’une autre religion, d’une autre couleur de peau, d’une autre opinion politique. Dans mes mondes futuristes, on a peur de l’extraterrestre. On le stigmatise, on le rend responsable de tous les maux.
Ce qui me plaît aussi dans les histoires futuristes, c’est le message caché. J’ai des choses à dire et je les dis par le biais de l’imagination poussée dans ses derniers retranchements.

Aimeriez-vous vivre dans les univers que vous décrivez ?
J’adorerais vivre dans un monde peuplé de créatures de l’esprit, de fées, d’elfes et de magiciens. J’adorerais côtoyer des extraterrestres plus évolués que nous, capables de répondre aux questions fondamentales qui hantent l’être humain : qui nous a créés ? Sommes-nous seuls dans l’univers ?

Quelle place tient l’écriture dans votre vie ?
L’écriture tient une place centrale dans ma vie. J’écris presque tous les jours. Je note dans un carnet les idées qui me viennent. Je crée des personnages en dessinant ou en griffonnant des caractères ou des situations. J’entends un mot à la télévision, je le cherche dans un dictionnaire et je baptise un personnage avec ce mot où j’utilise ce mot dans mes écrits.
L’écriture est pour moi un exutoire, une façon de transcrire ce qui me tient à cœur, ce que je n’ose pas dire et ce qui m’inspire. Elle tient une place à part entière mais je la place au même plan que mon art plastique. Elle le complète, l’enrichit et lui permet de se renouveler sans cesse. J’ai pour habitude d’écrire plusieurs ouvrages en même temps afin de ne pas borner mon imagination. L’écriture est une nécessité, une fontaine à laquelle je ne cesse de m’abreuver, un refuge et un partage avec mon lecteur. Elle permet d’atteindre un équilibre et elle est comme une sauvegarde à ma pensée.

Un dernier mot pour vos lecteurs ?
Je voudrais que mes lecteurs s’amusent à la lecture de mon ouvrage comme je me suis amusé à le créer, à agencer les mots, à démêler les situations, à placer chaque personnage comme les rouages d’une mécanique de précision.
Entrez dans mon univers, poussez la porte de mon jardin secret et communiez avec ma mémoire féconde. Ce voyage vaut le détour.