Toute notre actualité


Actualité Edilivre


1 juillet 2021
Posté par
Éditions Edilivre

Rencontre avec Florence Pittolo, auteur de « Manifeste pour la nouvelle Humanité »

Présentez-nous votre ouvrage

Cet ouvrage est un manifeste radical, « Ecoute bien, petit de l’homme en perte de sens … ». Si les différents Homosapiens se sont succédés le long de leur évolution cognitive, voici l’Homo urbanus dont la spécificité n’est pas de durer, mais d’explorer la dégénérescence, notamment sociétale afin de renaître plus mûr.

Il aura vécu une courte durée dans la joie du progrès matériel puis, la question se posant à ce moment de notre histoire, il périra ou bien devra muter de l’intérieur.

Ici le second scénario est choisi pour mettre à jour ce que nous sommes en train de vivre, en trois points de vue surprenants, basés chacun sur le manque de Connaissance-En-Soi :

Nous ne sommes pas en crise mais le mal de vivre est chronique .L’humanité est encore adolescente.

L’auteure décrète que l’égocentrisme est une pathologie, un dérèglement de l’humanité auquel elle doit remédier.

Nous sommes en manque de bienveillance.

Le petit de l’homme se débat, il doit changer de mythe collectif et cette fois-ci le créer lui-même afin qu’il « termine bien », enfin. L’irascibilité actuelle, générale indique cet élan profond à reprendre possession de sa propre « intériorité vendue », ceci par une nouvelle pratique de la « Connaissance-En-soi » afin d’émerger à « l’Etre-Humanité ».

Le petit de l’homme qui veut devenir grand devra intégrer une identité à la fois singulière et universelle en épousant les qualités du respect du vivant. La complétude de l’Etre-Humanité dépend de certaines lois reposant sur le respect du vivant et son besoin inhérent, de verticalité bienveillante.

L’histoire n’attend plus.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Je témoigne, ici, du cri poussé par l’Occident qui sent sa fin et s’essouffle d’une vie sans sens. Et pourtant l’espoir aussi appelle, si… et seulement si la conscience des enjeux et des qualités intérieures de chacun prenaient le dessus sur la suprématie des objets et de leurs conséquences ?

Etant enseignante en université la psycho-sociologie, chercheuse en sciences humaines en Occident et surtout en Asie, spécialiste en Santé publique autant que des philosophies de l’Inde, je fais le pont entre les Droits Humains et la quête de sens, nos pathologies et les aspirations à la verticalité. L’occidental et de toutes parties du monde cherche vraiment du sens pour sa vie, pouvoir continuer dans et avec d’autres conditions.

En prenant le temps pour réfléchir nous « sommes la solution » !

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

En prenant le temps pour réfléchir nous « sommes la solution » ! Ainsi à toute personne en quête de sens et aussi désireuse de partager de nouvelles voies, à ceux ayant l’envie profonde de participer au déroulement du monde, ce ce monde meilleur et qui « terminera bien ! ». Aux parents donc aussi, aux éducateurs et enseignants, à ceux conscient d’être en croissance, comme un arbre dans une forêt.

Ce livre peut être commencé au début, mais il gagne aussi à être commencé à la troisième partie (p. 114, les 7 passages initiatiques plus poétiques) ou à la seconde, p. 98 « la connaissance en soi », un précieux guide pour devenir son meilleur ami (intérieur !).

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Que nous sommes tous des co-créateurs du monde où nous vivons, chacun à son niveau et que le bonheur, la satisfaction de vivre vraiment sa vie dépend de cette participation. AU contraire, être passif ne nous aide pas à sentir que nous nous réalisons et nous laisse avec un manque profond, qui souvent nous plonge dans une addiction aux objets. Une enquête de psycho sociologie montre que les enfants les plus heureux (et je sais par ma profession qu’un enfant, même à partir de 3 ans ou moins, sait dire s’il est heureux ou pas) sont ceux qui aident à la maison, qui participent à des actions collectives et à mettre en place certains de leur rêves collectifs (même aider un ami).

Nous sommes toues et tous des « homo urbanus » qui aspirons à grandir et devenir des êtres humanité fiers d’aimer !

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans mon travail de sociologue, de psychologue, face aux personnes qui cherchent comment vivre dignement, dans l’amour de la nature, la joie de vivre !

Comme je l’écris ici par l’écoute de la sensibilité, l’ouverture, simplicité et surtout la GRATITUDE.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

J’en ai trois, un oracle de l’arbre (avec cartes), un récit de voyages en Asie et ses rencontres avec des sages (livre soutenu aussi par un de ces sages tibétain), et pour l’heure deux livres sont terminés et attendent les réponses d’éditeurs : un livre « précieux de méditation », un guide de pratique des Tao et voie d’éveil.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Oui, restez fidèle à vous-même, pas dans la morosité mais dans le fait dynamique que la vie prend soin de la vie, que nous sommes toutes et tous des étincelles de l’univers conscient et que le monde est « différent grâce à la particularité que je suis ». Cherchons l’éveil à cela et par conséquent offrons à nos pensées, nos paroles et nos actes de débuter de là. Les passages initiatiques du livre le proposent, vous verrez, ils vous porteront vers le nouveau monde que vous attendez et cherche à émerger de vous !  C’est donc, ce livre et ses idées, un magnifique cadeau à offrir à ceux avec qui nous voulons avancer !

« La liberté c’est l’engagement possible enfin retrouvé » j’aime dire et dans la présence à l’instant réside de l’or !