Interview écrite


28 septembre 2015
Posté par
Guillaume

Rencontre avec Fatiha Benzebiba, auteur de «Kaléidoscope»

BENZEBIBA_Fatiha_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage?
« Kaléidoscope » est un ouvrage que j’ai écrit pour mettre en exergue plusieurs situations que nous expérimentons quand nous pratiquons tout simplement la vie, son titre s’est imposé à mon esprit vu la diversité générée par cet exercice quotidien de la vie.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Dans ce livre j’ai réuni plusieurs éléments comme son titre l’indique d’ailleurs, pour moi il est semblable à un patchwork que j’ai tout simplement puisé dans des situations du quotidien ordinaire  qui m’ont marquée, bouleversée, révoltée ou simplement attiré mon attention, des situations, bien entendu, connues de tous, mais pas forcément perçues de la même manière, mais qu’il m’a semblé important d’en accentuer la gravité pour certains cas «  meurtrière ingratitude, séducteur, politesse.. », ou d’en ressusciter la beauté et la magie « au royaume de la poésie, rêve de poétesse, imagine.. », ou de rendre un hommage légitime« instituteur, histoire d’une femme.. ». Toujours est-il que par cet ouvrage, j’ai souhaité rouvrir les yeux des gens sur des choses simples mais importantes que nous possédons mais que nous ne voyons plus, j’ai voulu redonner sa vraie place à des sentiments qui ne nous attirent plus, à force de matérialisme, on ne savoure plus la vie à son vrai sens dont le bonheur n’est fait que de choses simples, de petits détails mais qui embellissent l’existence si on consentait à en prendre soin. A travers cet ouvrage, je souhaite que chaque être humain ferme les yeux un instant et compte le nombre de choses qu’il possède et dont il pourrait tirer un bonheur indéniable si seulement il s’en rendait compte, je souhaite une prise de conscience générale que la vie n’est rien qu’un royaume de poésie que nous pouvons embellir avec un peu de volonté et de courage, car au final, la vie est vaine en dépit de tous les combats que nous y menons, elle reste vouée à une fin fatale- sujet du poème «  vaine est la vie »-.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Cet ouvrage s’adresse à tous les lecteurs en âge de lire, il est écrit de manière assez simple qui le rend accessible à toutes les catégories de personnes, et mon souhait le plus cher est qu’il atteigne un maximum de personnes et qu’ils touchent leurs cœurs avent leurs esprits.

Quel message avez-vous souhaité transmettre à travers ce livre ?
Comme pour mes précédents ouvrages, « kaléidoscope » traite de l’âme humaine qui reste le pivot de tous mes écrits, comprendre sa nature complexe, en percer les secrets, arriver à l’apprivoiser restent mes préoccupations majeures dans la majorité de mes ouvrages, je souhaite que les gens comprennent et réalisent que l’assimilation du fonctionnement de l’âme humaine est la clé du bonheur, savoir se contenter de ce que l’on a, aimer, pardonner, sourire, autant de petites actions en apparence mais grandes en sens,  peuvent contribuer à nous créer une vie agréable pour le temps que nous aurons à passer sur cette terre.

Où puisez-vous votre inspiration ?
L’inspiration me vient tout simplement de mon entourage, de situations que je vis ou dont je suis spectatrice, du quotidien tout simplement car on ne peut vivre dans un monde sans en être influencé, sans agir et réagir.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Après trois ouvrages publiés dont deux avec les Editions Edilivre, je n’ai pas encore décidé d’un prochain recueil, mais j’ai des idées diverses qui se bousculent dans ma tête dont l’aboutissement, je l’espère, mènerait à un nouvel ouvrage.

Un dernier mot pour les lecteurs?
Je souhaite que les idées exprimées dans mon ouvrage retiennent l’attention des lecteurs, et je tiens à préciser que toutes les idées, tous les jugements de valeur ou toute autre pensée portés dans mon ouvrage sont le reflet de ma propre vision du monde qui n’est pas forcément celle des autres, pour cela je présente mes excuses à mes lecteurs pour tout mot ou expression ou idée ayant froissé ou déçu ou blessé involontairement l’un d’eux et leur exprime mon profond respect.