Interview écrite


13 août 2015
Posté par
Guillaume

Rencontre avec Farida Boumédjeria, auteur de «Lignes de foi, lignes de vie»

Farida B EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
Mon  livre se compose en deux parties. Dans la première partie, je retrace de façon objective, quelques parcelles de ma vie, je relate  mes réflexions sur les problèmes planétaires et m’interroge sur des vérités qui embarrassent  parfois. Dans la seconde partie, j’écris des récits de vies dont les acteurs sont des personnages imaginaires qui évoluent dans un environnement et dans des situations empruntées à des réalités. Cet ouvrage comprend dans sa première partie un pêle-mêle de thèmes : ma relation avec Dieu, mon parcours associatif, mon magnifique voyage au Koweït, la naissance d’une amitié, l’importance accordée à l’instruction et  à la formation professionnelle. L’enseignement est un formidable tremplin bénéfique à tout âge. Dans l’intérêt général, cette œuvre sensibilise également l’homme à promouvoir la paix entre les différentes cultures, à respecter les droits humains, la société et la nature dans toute sa splendeur. Je parle aussi d’actualités, portant notamment sur des questions qui traitent du voile et de l’islamophobie. Dans sa seconde partie, des histoires fictives invitent le lecteur à la réflexion sur des thèmes sociaux; je fais souvent référence à la solitude, détresse silencieuse. Ce livre est en quelque sorte une autobiographie atypique.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
C’est la première fois que je publie un livre. Dans le travail d’écriture, il y a tout d’abord un premier jet. C’est pour moi le bonheur d’écrire en tricotant avec les mots et en ajustant les phrases. Puis je tente de trouver les mots justes à des fins de sensibilisation : réveiller par exemple les consciences sur des thèmes qui irritent. Cela n’est pas si simple car je suis une personne  discrète et très méticuleuse ! Je ne suis pas parfaite néanmoins je suis très pointilleuse dans tout.  J’ai  rédigé  mon manuscrit  avec beaucoup d’intérêt car  je voulais exprimer  mes ressentis et transmettre des messages forts. J’ai voulu relater les expériences, les consternations, l’exaspération et les révoltes qui ponctuent ma vie et souligner des comportements sociaux sur lesquels le regard des individus ne se détourne que trop : la discrimination, le racisme, la solitude et l’abandon des personnes âgées, la maladie, le nombre impressionnant et croissant de personnes sans domicile fixe,  la souffrance, l’irrespect, l’indifférence… bref, les maux de notre société ! 

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Ce livre s’adresse à tous : toute génération et toute culture. À travers mes récits et mes expériences, loin de jugements hâtifs, je n’ai aucune  leçon à donner mais j’apporte une réflexion sur des sujets que j’avais envie de partager. Les lecteurs pourront aussi y percevoir la vraie nature de la religion musulmane dont l’image a été erronée  par les islamophobes, déformée par des sectes et mal comprise pour d’autres. 

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
L’écriture est mon porte-parole, elle témoigne mon indignation lorsque je constate la destruction de la nature et la folie de l’homme le conduisant sur des chemins de haine et de violence. Je souhaite aussi à travers ma plume, répandre et renforcer l’authenticité des vraies valeurs de la religion musulmane après l’émoi suscité par les attentats en France et qui se multiplient hélas dans d’autres régions du monde. J’ose écrire et utiliser ce moyen d’expression pour que l’islam ne soit plus l’otage des médias et des amalgames. Connaître l’autre, c’est reconnaître sa différence et son identité. C’est de cette manière que l’on progressera dans le débat et vers la paix.

Où puisez-vous votre inspiration ?
J’ai besoin de m’isoler chez moi dans le calme pour écrire toutes mes pensées sur mon ordinateur. Mon inspiration se nourrit des gens que je rencontre. C’est chaque jour, la vie qui alimente mes idées. Puis, je me laisse guider par la méditation et l’imagination dans lesquelles j’aime me plonger la nuit. Les souvenirs refont surface et viennent enrichir ma réflexion. J’ai voulu construire mon livre dans un genre qui m’est propre. Il s’agissait pour moi de bâtir mon portrait puis utiliser l’apparition de personnages imaginés et façonnés par l’inspiration. Ensuite, je compose des scénarios. Et, du fruit de mon imagination, je jongle avec les mots, les paragraphes et les chapitres. 

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Rire… je ne sais pas encore… sachez que je ne reste jamais sans rien faire… c’est très mauvais pour le moral mais je vous rassure, je suis une femme qui aime parler (rire) et écrire tout ce qui me passe par la tête. L’écriture est un excellent moyen pour exprimer mes pensées car ne dit-on pas que si les paroles s’envolent, les écrits restent. Je pense qu’il est plus aisé de dévoiler ses pensées et ses secrets sur une feuille de papier plutôt qu’oralement à quelqu’un.   Alors, pour répondre à votre question, seul l’avenir nous le dira.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Cet ouvrage est un moyen pour exprimer mon indignation. Transcrire mes pensées et transmettre un message d’espérance aux âmes en détresse révèlent ma lutte contre les injustices qui noircissent le quotidien. Les discours haineux m’irritent. Aussi, je me sens contrainte de décrire les faces sombres d’un monde qui a plongé dans les flots de l’indifférence, du mépris et de l’individualisme. La société est en péril !  Les attitudes comportementales sont amplement influencées  par les médias, la télévision et les réseaux sociaux. La vulgarité, les grossièretés, la haine, la violence se répandent à une allure vertigineuse. Les semeurs de trouble inquiètent. La société en perte de repères est livrée aux excès de la furie et il n’y a plus de limites à l’inhumanité. Mon attention se focalise aussi sur une actualité qui fait état d’un phénomène croissant : celui de la délinquance juvénile. Pour moi, la base de l’éducation reste celle inculquée par la cellule familiale; mais de nos jours cette dernière n’assume plus son rôle protecteur pour préserver les valeurs humaines et morales  indispensables à une vie sociale sereine. Si la famille ne joue pas  son rôle de forteresse, les jeunes seront rapidement sous le joug d’environnements néfastes qui les conduiront, faute d’éducation, sur les chemins pentus des excès et de la perdition. Il est essentiel  d’instaurer au cours de l’enfance et de l’adolescence les principes fondamentaux des relations humaines, de développer l’apprentissage d’un savoir-vivre et de transmettre les valeurs morales, le tout imprégné du respect de soi et des autres. Dans la vie, on ne peut pas faire n’importe quoi; certaines règles sont nécessaires pour vivre en harmonie   dans la société. Le respect est indispensable dans la  vie. Il   favorise un climat relationnel et convivial. Il est le garant d’un climat de paix.Aussi, dans les communautés de nos pays développés, nous sommes tellement captivés par les conséquences des innovations technologiques, d’un certain confort qui est notre quête effrénée que nous négligeons l’essentiel de l’existence. Nous en oublions par exemple l’omniprésence de la mort et que celle-ci peut survenir à tout instant. Le destin est maître de la date et de l’endroit. Nos anciens vivaient beaucoup plus dans le rituel respectueux et cette compréhension, dans les lignes de la foi, quelle que soit la religion, leur permettait de réagir dignement aux lignes de la vie. Un jour on se lève, tout se déroule bien et en quelques minutes notre vie peut basculer du tout au tout… Nous devrions en être davantage conscients. Parmi mes conseils, je rappelle la nécessité d’accorder de l’attention à autrui, de prendre soin des personnes, des proches et des malades que nous chérissons afin de leur offrir de l’amour et de l’attention avant que ne sonne leur dernière heure. Ne laissons pas s’installer définitivement les regrets de n’avoir pu formuler nos sentiments affectifs envers les personnes qui nous quittent. Le lecteur se reconnaîtra t’-il dans l’expression d’une attitude, d’une analyse, dans la description d’une expérience et de mes impressions ? Je pense que oui !  En dressant des bilans et en écrivant des scénarios d’existences, chacun d’entre nous, dans les siens propres, y retrouvera sans doute des parcelles de vérité. Pour conclure, ce livre a un caractère universel car il a été écrit pour tous. Puissent-ils à l’issue de sa lecture avoir un regard compréhensif et salutaire sur l’islam, digne du respect des convictions individuelles et dans l’amour de son prochain. Un livre est le moyen d’expression formidable qui peut faire évoluer ou changer les esprits. Mais chut ! Je ne vous en dirai pas  plus (rire) ….je vous laisse le soin de lire paisiblement mon livre.