Interview écrite


9 février 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Dawoud Saadoun, auteur de « Un Jour Particulier »

Dawoud_Saadoun_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Il s’agit à la fois d’un thriller et d’une romance qui se déroulent en grande partie à New York, mais également à Paris et dans l’Est algérien, dans la vaste chaîne de montagnes des Aurès.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu envie d’écrire. Tout jeune, j’ai baigné dans deux univers : le cinéma et la littérature au sens large. Deux mondes propres à l’évasion, à l’imaginaire, au fantastique… Je suis fasciné par la manière dont un livre (ou un film) peut nous transporter au-delà de l’espace où nous sommes confinés à le lire. Lorsque je me suis installé à New York en 2010, je me suis (enfin) décidé à passer de l’autre côté de la barrière. Le temps semblait venu pour moi de « transporter » à mon tour des lectrices et des lecteurs, de les émouvoir, de les prendre à contre-pied, de les faire voyager… Le temps de quelques pages.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Cet ouvrage s’adresse aux lectrices et aux lecteurs passionnés de romans à rebondissements, de destins croisés, de romances, de  » page turner « …

Comment s’est déroulé le choix de votre couverture ?
La couverture a été entièrement dessinée à la main puis retravaillée numériquement. Le choix d’une couverture « dessinée » trouve tout son sens dans le récit, le lecteur le découvrira au fil des pages.

Où puisez-vous votre inspiration ?
J’ai écrit la plus grande partie de ce premier roman à New York. Cette ville est une source intarissable d’inspiration. L’énergie, l’effervescence, la frénésie, la démesure et le spectacle urbain permanent de la « Big Apple » peuvent vous nourrir l’esprit de manière insoupçonnée…

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Un nouveau roman est en préparation. Il devrait avoir pour cadre l’Amérique du Sud, une région saisissante que j’ai eu la chance de découvrir ces dernières années et où j’ai vécu quelques temps.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Merci de me laisser occuper une minute, une heure, une journée de votre vie… À l’ombre d’un arbre, dans une gare, dans un métro, dans un avion, sur un lit  ou sur une plage… De prendre part à ce récit, à ce voyage, qui n’existe que pour vous et par vous…