Interview écrite


3 mars 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Daniel Travers, auteur de «Moi, Yaël, 35 ans…»

Daniel_Travers_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
L’histoire d’un jeune juif qui va connaître l’enfer et l’horreur des camps de concentration. Un homme qui ne demandait rien et va se retrouver dans la tourmente de la Seconde Guerre Mondiale et toutes les abominations de ce conflit.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Pour ne pas oublier… Pour le devoir de mémoire et pour que cela ne recommence pas. Un « vaste programme » à notre époque.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
À tous et surtout aux jeunes générations, ils sont le futur d’un monde qui va mal. À eux de redresser la situation s’il en est encore temps.

D’où vous vient cette passion pour l’histoire ?
Un écrivain a écrit : « Qui n’a pas de passé n’a pas d’avenir », j’essaye de faire mienne cette devise et de comprendre le XXème siècle. Comment en sommes nous arrivés aux horreurs des 2 guerres. J’empiète de temps en temps sur d’autres périodes : le second empire, le Moyen Age… Mais principalement la Seconde Guerre.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Attention ! Attention que l’histoire ne se répète pas.

Où puisez-vous votre inspiration ?
J’essaye de mettre des mots bout à bout, d’accorder un début, un milieu et une fin. Je lis beaucoup de livres d’histoire jusqu’à plus soif. L’important est de croire à son personnage, lui donner vie d’une manière cohérente. Se fondre dans son personnage, sinon personne n’y croira.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Finir mon quatrième ouvrage et continuer le cinquième qui sont totalement différents de celui-ci. Et publier une deuxième fois.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Bonne lecture ! Et ne ne vous dites jamais : « Je ne saurai pas écrire un roman ». Chacun a une histoire à raconter.