Rencontre avec Damien Chretien, auteur de «Les Primordiaux – Tome 1»

Damien_Chretien_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
C’est avant tout un roman d’aventure, mais qui se veut également éducatif sur la mythologie grecque et romaine, les deux grandes passions de ma vie (bien que ma véritable passion soit l’Histoire en général). Ce premier tome des « Primordiaux » est une mise en bouche et s’inscrit dans une saga dont je ne connais guère encore la longueur. Il nous raconte l’histoire de Daimon, un jeune homme dont la mémoire a été volée par une entité inconnue, et qui découvre sa véritable nature et son origine, ainsi que son monde : le monde des dieux grecs. On suivra alors ses multiples péripéties pour découvrir la vérité et ramener l’équilibre au sein même du monde des dieux grecs (je vous laisse découvrir tout cela !)

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai toujours aimé écrire des histoires. J’ai commencé très jeune, alors que je n’avais que dix ou onze ans. À cette époque, je ne créais pas encore d’histoires, mais je retranscrivais tout ce que je voyais à la télé, dans la rue, ou que mon imagination inventait en jouant à des jeux diverses (vidéo, Playmobil, Lego, avec les copains dehors…) J’ai véritablement eu l’idée d’écrire les « Primordiaux » vers l’âge de seize ans, alors que j’étais parti en vacances en Corse avec ma mère et ma sœur pour voir mon père qui s’y était installé depuis plusieurs mois. Je dois avouer que trouver le fil directeur n’a pas été chose aisée et j’ai effacé un nombre incalculable de fois ce que je venais d’écrire dans la journée. Et puis, j’ai tout lâché sur une feuille, à l’âge de dix-sept ans, me demandant : pourquoi j’écris ? Pour raconter une histoire et faire partager mon aventure et ma passion : la mythologie grecque et romaine. Aussi, je me suis demandé : que connaissent vraiment les gens des origines de la mythologie grecque et romaine ? J’ai alors lu la Théogonie d’Hésiode, plusieurs fois, et je me suis alors dit : après tout, si ce que nous savions des origines de la mythologie grecque était faux ? Alors, l’idée des « Primordiaux » m’est venue : les premiers êtres du monde, à l’image de Gaïa, Tartare, Éros, Érèbe et Nyx et leur père, Chaos. Racontons une histoire sur eux. Et le personnage de Daimon est apparu. C’est aussi un livre éducatif, car je vise une carrière d’enseignant-chercheur en Histoire Ancienne et dans la Grèce Antique. C’est donc une méthode de voir si je peux enseigner quelque chose, de manière ludique, à l’image de ce que je pourrais faire plus tard en tant qu’enseignant-chercheur.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Eh bien, je dirais que les « Primordiaux » sont faits pour un public relativement jeune, car c’est dans l’optique des romans jeunesse que je l’ai écrit, comme la majorité des livres que moi-même je lis. Mais je pense que quiconque peut se permettre de s’y intéresser, pour ouvrir de nouvelles voies de curiosité, etc. Par ailleurs, je pense que toute personne aimant la mythologie grecque et romaine, ou s’y intéresse, ou encore veut découvrir ce fabuleux monde tout en se plongeant dans une histoire inventée de toute pièce, peut s’y intéresser. J’ai donc fait en sorte que mon roman soit accessible de tous, des cadets aux aînés.

Décrivez-nous Daimon en quelques mots ?
Il y aurait beaucoup de choses à dire sur Daimon, tellement ce personnage est libre. Je peux en faire ce que veux. Mais je dirais avant tout que c’est un personnage qui vacille entre extraverti et renfermé sur lui-même. Il peut faire penser à un pauvre personnage évoquant la pitié, à qui l’on a volé ses souvenirs, à un martyr, tandis que pour d’autres, il fera penser à un garçon détestable, sans foi ni loi, ne répondant qu’à ses besoins, au nom de sa quête. Daimon est un personnage comme je le disais libre, libre dans le sens où chacun peut le voir comme il veut. Moi-même, je n’ai pas d’idées précises sur ce qu’il est et sur ce qu’il va devenir. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il est grand, plutôt blond, jeune, musclé, aimant et dangereux.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Et si tout ce que vous croyiez sur les origines de la mythologie grecque n’était pas réel ? Aussi, intéressez-vous au monde fantastique de la mythologie grecque et romaine, il vaut le coup d’œil (rire !)

D’où vous vient cet intérêt pour les romans jeunesses, type heroic fantasy ?
J’ai toujours grandi avec les livres style contes de fée ou heroic fantasy. La plupart des livres que je lis sont de ce type-là (Les Chevaliers d’Emeraude, Eragon…), bien que j’en lise certains qui ne le sont pas. Mais depuis que le goût de la lecture m’a été transmis, je me suis senti toujours attiré par ce genre de roman. Je pense que c’est le type, à l’instar de la science-fiction et du fantastique, qui donne le plus de possibilité à l’écrivain et aux lecteurs de se perdre dans un univers imaginaire, où tout est possible. Oui, c’est bien ce qui me plaît là-dedans : la liberté d’imagination. Aussi, il est grisant de faire connaître son univers à un jeune, et qui pourrait, pourquoi pas, lui donner l’envie de se lancer également dans l’écriture d’un roman du même genre.

Où puisez-vous votre imagination ?
Je ne saurais dire d’où me vient mon imagination. Il me suffit de regarder un ciel étoilé pour imaginer mille histoires différentes, entendre le bruit des vagues se fracassant sur une plage de sable fin, admirer un coucher de soleil. Je pense que je puise mon inspiration et mon imagination de tout ce que je vois, je sens, j’entends, je touche, tout en faisant en sorte que cela ne ressemble pas ou peu à quelque chose existant déjà. C’est cette petite touche personnelle qui fait que votre roman est unique. Chacun a son imagination.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Le moins que je puisse dire, c’est que je ne manque pas d’imagination. Je travaille actuellement sur la série des Primordiaux. Le tome 2 est déjà terminé et je viens de commencer le tome 3. J’ai également une autre série en cours de travail, mais la rédaction n’a que peu commencé. Je préfère me concentrer sur ma première série et la rendre parfaite, à mon image. Comme je l’ai dit, je ne sais pas combien de tomes il y aura en tout, mais je sais déjà qu’il y en aura plus de quatre. Cinq, six, sept ? Moi-même, je ne peux le dire. Nous verrons ce que mon imagination me réserve, car je ne sais pas encore comment se clôtureront les aventures de Daimon. Mais je promets que la fin sera bouleversante ! Cependant, avec mes études, j’ai des difficultés à pouvoir me plonger pleinement dans le travail de l’écriture. J’ignore donc également quand ceux-ci seront publiés. Soyez patients et n’hésitez pas à lire le premier tome plusieurs fois en attendant. Le tome 2 arrivera bientôt !

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Tout d’abord, je tiens à vous remercier de l’attention que vous portez à mon roman et j’ai hâte que vous puissiez partager avec moi vos impressions sur ce premier roman, autant sur le style que sur l’histoire en elle-même. C’est ce qui m’intrigue le plus, mais je suis impatient de les lire. Enfin, n’hésitez pas à rejoindre ma page Facebook : Les Primordiaux. Vous y trouverez des informations, des news. Sachez également qu’un site internet est en cours de préparation. Il sera disponible d’ici la fin de l’année, je l’espère. En attendant, je vous remercie encore et toujours de commencer cette aventure avec moi qui, je le souhaite, sera fantastique !