Interview écrite


4 février 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Céline THIERY, auteur de « Histoires courtes »

Présentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Il s’agit de 40 histoires courtes, avec lesquelles j’explore un peu tous les genres : conte, fantastique, thriller, policier, récit de vie…

Avez-vous écrit ces nouvelles à plusieurs étapes de votre vie ?
Je les ai écrites en l’espace de deux ans. Cela a commencé avec Un homme, une femme, qui était le thème imposé d’une exposition de peinture du même nom, il s’agissait de ma réelle première expérience d’écriture, mon texte a plu et a été retenu pour accompagner les œuvres de l’artiste que je connaissais bien. Je me suis alors mise à écrire au gré des phrases qui émergeaient, sans savoir réellement d’où les idées venaient. Et puis l’écriture de ces nouvelles s’est achevée juste au moment du décès de mon grand-père. Le titre du recueil est en fait un hommage que je tenais à lui rendre.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Si l’on voit le côté pratique, au lecteur pressé ! À celui qui lit entre deux stations de métro ou arrêts de bus par exemple. Sinon, je crois qu’il faut aimer le noir, l’humour et l’ironie, mais il n’y a pas que de ça. Je pense que le lecteur qui recherche une certaine diversité d’univers et de personnages pourra aussi y trouver son compte.

Quel est le style littéraire que vous appréciez le plus lorsque vous écrivez ?
Ce que j’apprécie surtout, c’est de raconter une histoire en peu de mots, avec des phrases courtes qui donnent du rythme. Chercher à être la plus concise et la plus précise possible. Réussir à trouver le terme juste, c’est parfois grisant. Je n’aime pas partir dans des digressions ni de longues descriptions. Au lycée, un professeur m’a reproché une fois d’écrire des « embryons de rédaction », parce que je ne faisais jamais de longs développements… Les ingrédients étaient déjà là !

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Restons simples. Apprenons à nous concentrer sur ce que nous voyons autour de nous et regardons ce qui est vraiment important. Sachons nous contenter de ce que nous avons aujourd’hui, tout en nous autorisant à rêver, et tout en cherchant à concrétiser nos rêves.

Où puisez-vous votre inspiration ?
C’est banal de dire ça, mais, dans mes lectures, avec des auteurs de prédilection comme Hervé Bazin, Tonino Benacquista, Dino Buzzati ou encore Neil Gaiman. J’aime leur côté noir et leur humour grinçant. Mais je puise aussi mon inspiration dans la vie, parce que j’avais envie de parler de sujets de société qui me touchent, l’illettrisme par exemple.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je travaille en ce moment sur un projet de roman jeunesse illustré, genre fantasy, que vous pourrez découvrir bientôt j’espère. C’est une très belle aventure d’écriture à quatre mains. Après, on verra… Peut-être une suite, si le livre trouve son public…

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Ce sont mes premiers lecteurs, amis et connaissances, et leurs retours, qui m’ont donné envie d’aller plus loin. Maintenant j’ai besoin de votre appui ! Remettre quelque chose de personnel entre les mains de nouveaux lecteurs donne le trac, j’ai toujours peur de décevoir bien sûr, mais je suis aussi très impatiente… Sans ça, ça n’en vaudrait vraiment pas la peine.