Rencontre avec Boubé Hama, auteur de « Afrique, pleure… »

Où habitez-vous ?
J’habite à Niamey au Niger.

Présentez-nous votre ouvrage
Mon ouvrage, Afrique, pleure…, est composé de vingt-quatre poèmes dont plusieurs ont pris part à des concours internationaux de poésie, en France.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Je l’ai écrit parce que l’Afrique est toujours malade sur tous les plans. Je ne dis pas cela à la légère ; c’est une triste réalité. Les Africains doivent à tout prix changer de mentalité.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
L’ouvrage s’adresse à tous les jeunes d’Afrique, de la diaspora, et aux leaders sans exception.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Le message que j’ai voulu transmettre est celui du changement de comportement et de mentalité des Africains afin que nous puissions songer à la construction d’un seul et même continent, l’Afrique.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Je puise mon inspiration dans la vie quotidienne du continent africain. À l’instant où je réponds à votre questionnaire, l’Afrique, notre cher continent, va très mal à cause de nos indignes et irresponsables comportements.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Eh bien, j’ai tellement de projets que je ne sais pas par où commencer, mais je vais quand même en citer quelques-uns :
1) Je suis en train d’écrire un roman La Plume carcérale.
2) Je travaille parallèlement sur une nouvelle, sur la base de mon voyage en France en décembre 2015 pour un prix littéraire. Cette nouvelle sera par la suite transformée en roman, plaise à dieu.
3) Nous venons de mettre en place, avec mes ami(e)s de la France d’outre-mer, un projet de rédaction d’une Anthologie de poèmes qui regroupera huit jeunes auteurs dont quatre pour le Niger et quatre pour la France d’outre-mer.
4) Et en tant que président de l’Association poétique et littéraire du Niger et délégué de l’Association rencontres européennes euro-poésie de France au Niger, je suis impliqué dans plusieurs projets littéraires pour les années à venir…

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Primo :
Les lecteurs doivent savoir que l’Afrique est un merveilleux continent qui continue de contribuer à la réussite, au bonheur et à l’émergence des puissances coloniales. Par contre si elle souffre depuis les années des indépendances, c’est à cause des mauvais comportements de ses leaders.
A cet effet, j’interpelle toute la jeunesse d’Afrique, de manière générale, à changer de mentalité, et en particulier les leaders pour que guérisse « la Mère Afrique ».
Enfin, je dis « l’Afrique doit cesser de pleurer. » car elle a tout ce qu’il faut pour évoluer en parfaite santé.

Secundo :
Je tiens à remercier ÉDILIVRE pour m’avoir offert cette occasion de m’exprimer afin que je puisse être connu davantage par les lecteurs et par d’autres écrivains.