Interview écrite


11 octobre 2016
Posté par
Guillaume

Rencontre avec Bernard Lhubac, auteur de « Ce diable de pompier »

Bernard_Lhubac_EdilivreOù habitez-vous ?
Je réside sur l’île de la Réunion depuis 2003 après avoir vécu dans un village proche de Montpellier durant 24 ans, dans le département de l’Hérault où sont mes racines.

Présentez-nous votre ouvrage
Jonathan est sapeur pompier volontaire dans un petit village du sud de la France. Il est chef de corps. Toute la famille vit au rythme de ses interventions qui ne le ménagent ni le jour ni la nuit. Il est confronté, comme tous les sapeurs-pompiers à une grande variété de missions. Certaines peuvent s’avérer tragiques, comme d’autres se révèlent beaucoup plus légères, voire amusantes.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai moi-même été sapeur-pompier volontaire et chef de centre. Je sais donc de quoi je parle. J’avais envie depuis longtemps d’écrire un roman sur les pompiers volontaires, corporation pas forcément très connue par le grand public. Ce roman n’est pas à proprement autobiographique mais il s’appuie sur un certain nombre d’anecdotes tirées de faits réels. Je ne suis ni dans l’exagération, ni dans la fantaisie ni dans le pathos. Tout ce qui est relaté est vraisemblable, voire vrai, et narre le quotidien tout simple d’une équipe de sapeurs-pompiers volontaires, disons à la fin des années 80.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Mon ouvrage s’adresse à des lecteurs à partir de 9 ans. Mais il peut-être lu par tous. J’adore pour ma part lire des romans de littérature jeunesse. J’y trouve souvent une qualité équivalente à celle de la littérature adulte. Je l’apprécie avec d’autant plus de plaisir que je n’ai pas connu cela lorsque j’étais jeune. Cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui côtoient l’univers des sapeurs-pompiers, mais aussi à tous ceux, grands et petits qui se posent des questions sur le volontariat. Mon roman est je l’espère vivant, amusant parfois, pédagogique souvent et incitatif à la réflexion.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Ce que j’ai voulu exprimer, sans en faire des héros, car les sapeurs-pompiers volontaires sont justement des gens simples, avec leurs qualités et leurs défauts, c’est leur disponibilité et les valeurs qui les poussent à agir. Dans une société où les gens sont souvent repliés sur eux-mêmes, égocentrés, indifférents à la misère des autres, apeurés, les sapeurs-pompiers volontaires, comme d’autres corps de l’Etat, constituent un noyau dur, voire un dernier rempart, où s’affirment avec une grande force les valeurs de la République. Notamment la fraternité, la solidarité et l’égalité. Ils répondent toujours présents lorsqu’un concitoyen est victime d’un incident concernant sa personne ou ses biens, et lorsque l’environnement est menacé. Et cela avec le maximum d’humanité, de disponibilité et de compétences. J’ai voulu honorer cette corporation de gens ordinaires qui réalisent parfois des choses extraordinaires, jusqu’à  y laisser au pire leur intégrité physique, voire leur vie.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Ce roman est basé sur des faits réels et relate mon expérience de sapeur-pompier volontaire du point de vue des différentes personnes de la famille. J’ai puisé mon inspiration dans ce que j’ai vécu durant vingt-deux ans et me suis contenté de remettre cela en forme, parfois en m’amusant beaucoup, parfois avec la larme à l’œil. Il est possible que les jeunes pompiers qui me liront aujourd’hui ne retrouvent pas exactement l’univers qu’ils connaissent aujourd’hui. Même si le fondement reste le même, je sais que le monde du volontariat a beaucoup évolué depuis la fin des années 80 et qu’il a de plus en plus en plus tendance à se professionnaliser. Certains termes également ont changé, l’organisation s’est également modernisée.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Mon roman suivant s’intitule « J’ai envie de pisser ». Il vient d’être édité chez Edilivre. Chacun comprendra que le style se veut beaucoup plus léger et le message transmis bien différent par rapport au propos de mes deux derniers ouvrages. Je l’espère très divertissant, tout en étant articulé autour d’un thème original qui finalement concerne un grand nombre de personnes. A lire absolument ! J’aimerais bien par ailleurs écrire un volume deux de « Ce Diable de pompier » car j’ai encore beaucoup de choses à raconter. Mais un tome deux sera-t-il suivi ?

Un dernier mot pour les lecteurs ?
J’espère que les quelques lecteurs qui me font l’honneur de me suivre ne le font pas que par amitié et prennent vraiment plaisir à me lire et accompagner mes personnages.