Interview écrite


5 juillet 2018
Posté par
Éditions Edilivre

Rencontre avec Aurore Le Goff, auteure de « La poussette cassée – Tome 2 »

Présentez-nous votre ouvrage.

« Survivantes » est le tome 2 de « La poussette cassée ». Pour rappel, le tome 1 se nomme « Le mal a un visage » et dans celui-ci j’emportais le lecteur avec moi dans les tréfonds de la perversité narcissique.

Dans le tome 2, le lecteur découvre qu’une victime qui a réussi à fuir un conjoint violent n’est pas sauvée pour autant, surtout quand un enfant est né de cette union. En effet, Katherine, le personnage principal de cette histoire, basée sur des faits réels, va se retrouver confronté à des institutions qui n’entendent pas ses cris d’alarme. Entre insultes, harcèlement, menaces de mort et d’enlèvement, Katherine devra effectuer le parcours du combattant que vivent des milliers de victimes de violences conjugales à travers le monde. Dans « Survivantes » le lecteur est aux côtés de Katherine et de sa fille Fara pour partager avec elles le meilleur mais aussi le pire.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

J’ai écrit ce livre par ce que j’avais besoin d’expliquer la complexité de ce qui se passe dans la tête d’une victime de violences conjugales, les ravages occasionnés sur l’entourage, sur la famille et la réalité du terrain. Ce qu’il se passe quand une ancienne victime de violences décide de porter plainte est digne du parcours du combattant, police, justice, service social, rien n’est simple, il faut faire preuve de beaucoup de courage, de ténacité et de combativité.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Cet ouvrage s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes. Je répète régulièrement que les violences au sein du couple, les violences faites aux femmes, touchent tout le monde sans distinction, elles sévissent dans tous les milieux sociaux, culturels ou religieux. Elles traversent les frontières, ne font jamais de trève, tuent, laissent derrière elles des orphelins.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

A travers de nombreuses interventions, j’essaie de casser les idées reçues des gens sur les violences conjugales, je leur parle simplement, en m’appuyant sur des documents et chiffres officiels, mais également en me servant de ma propre expérience et en leur parlant avec mon coeur et ma sincérité. Mais à la fin du tome 2 j’insuffle surtout l’espoir, rien n’est figé, après une telle expérience on peut reprendre goût à la vie, et à nouveau chanter, danser, rire, aimer.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

Je puise mon inspiration dans la vie de tous les jours.

 

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Je réfléchis déjà à un projet d’écriture où les « héros » seraient des enfants, toujours en m’inspirant de faits réels. Mais chut ! Je n’en dis pas plus….

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

« La poussette cassée » Tome 1 et 2 porte l’histoire de millions de femmes à travers le monde, vous y trouverez ce que l’âme humaine révèle de pire, mais vous y trouverez également le sens profond des mots combativité, amour, vie et espoir. A la fin des deux tomes, vous vous sentirez plus fort(e)s, plus confiant(e)s car un livre peut changer votre vision des choses.