Interview écrite


11 mai 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Arlette DAVID, auteur de « Au-delà du portrait »

Arlette_DAVID_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
Bien entendu il s’agit de portraits ! Dix sept portraits, en fait dix sept modèles – plus ou moins volontaires- d’un photographe, d’un dessinateur ou d’un peintre, donnent corps au récit. Certains furent mes propres modèles.
Pour moi, ce livre est un cheminement que chacun peut faire à sa guise, et peu importe l’ordre des chapitres. Ce qui importe c’est le lien qui m’unit à ces personnes, ce lien qui m’a donné envie de vous les faire découvrir, ce lien qui me permet de compléter ou d’interroger les apparences, d’inviter le lecteur «au-delà du portrait».
Ce livre fut pour moi un défi, celui d’offrir au lecteur dix sept vraies rencontres, même brèves, parfois très brèves !

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
J’ai toujours été fascinée par les portraits. En arts plastiques, ce sont peut-être les œuvres que je préfère.
En fait, c’est en regardant Bertille que ce livre est né. Sa silhouette menue, fragile et si forte à la fois, un pinceau, même parfois malhabile comme le mien, pouvait la saisir. Mais sa façon bien à elle d’accueillir la parole d’autrui, mélange de sagesse et de passion retenue, demandait le secours des mots pour être transcrite.
Une première description stagna dans un tiroir.
On fait tant de rencontres émouvantes dans une vie, tant de ces rencontres que l’on aimerait pouvoir partager avec le plus possible de personnes ! Ce fut le cas au cours de ma vie professionnelle et de mon activité de portraitiste amateur.
Alors, peu à peu, mon sujet se précisa.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
A tous ! Mais plus particulièrement à tous ceux qui aiment musarder dans un livre, s’arrêter sur une phrase, une image, à ceux qui ne sont pas – systématiquement – en recherche d’actions ou de suspens.
Il s’adresse à tous ceux qui sont restés de grands enfants qui aimeraient qu’on leur raconte, chaque soir, une histoire…

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
Ah le message !
Il est vrai que mes deux premières publications se voulaient porteuses d’un message…
Evidemment, les livres à message sont absolument indispensables, un enrichissement pour tous.
Et puis, il y a ces autres livres, ceux qui, comme certains tableaux, certaines compositions musicales, n’ont de sens que d’offrir une récréation, une plage de bonheur.
Dans « Au-delà du portrait » c’est le pari que j’ai tenté : celui du plaisir que le lecteur pourrait prendre à la rencontre des modèles, de ce que leur apparence suggère ou dissimule.

Où puisez-vous votre inspiration ?
A cette question, hélas, je ne pourrai répondre : «dans mon imagination» ! Mes personnages sont vrais, même si je me suis, parfois, permis quelques «licences d’auteur» nécessaires pour sauvegarder leur anonymat. Lorsque j’écris, c’est justement leur vérité qui m’intéresse.
Je crois avoir, depuis toujours, une forte propension à m’émerveiller de la complexité du monde, de celle d’un être humain… De là découle le désir d’en garder la trace écrite ou peinte.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Quand on a commencé à écrire, et qu’on y a pris goût, difficile d’arrêter, du moins je le pense.
Pour le moment, j’ai dans la tête un thème d’ordre autobiographique. Or, comme je l’ai écrit, à de rares exceptions près, je n’aime pas vraiment les autobiographies ! Pourrai-je sauter ce pas ? J’ai commencé… A suivre…

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Dessiner, peindre ou décrire quelqu’un est un exercice exigeant, frustrant, voire périlleux….C’est accepter de le regarder autrement, de le redécouvrir en quelque sorte.
Et voilà qu’en décrivant «mes» 17 modèles pour le lecteur, je les ai retrouvés une fois de plus, avec beaucoup d’émotion…
J’espère être parvenue à la faire partager.