Interview écrite


Angelo_Brenez_Edilivre
22 décembre 2014
Posté par
Flora

Rencontre avec Angelo Brenez, auteur de « Monsieur Ange »

Angelo_Brenez_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Un ami a très bien résumé ce roman, il est à la fois tendre, romantique, mais aussi dramatique et violent où l’imagination du lecteur est mise à contribution à chaque instant. De la France à l’Italie, de Côme à Venise, de la Révolution française à Bonaparte, on va suivre la petite Marie, partir vers sa destinée en compagnie de cet étrange ange gardien que Sade n’aurait pas renié.

Pourquoi avoir écrit une histoire d’amour ?
L’amour régit ce monde, qui peut jurer n’avoir jamais connu l’amour ? Il survient n’importe quand, n’importe où et dans n’importe quelle circonstance; agréable ou néfaste. Il est donc pour moi logique qu’il accompagne cette aventure. C’en est une avant tout bien que je dénigre certaines mœurs que les dogmes de l’époque ne désapprouvait pas. Comme certaines politiques !

Cette histoire est-elle un peu la vôtre ?
J’aurai aimé être ce Monsieur Ange, je ne suis pas justicier, ni intrépide ! Amoureux, je le suis souvent plus que de raison et il est vrai qu’il termine sa vie où une partie de mes origines commence, à Côme.

A quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
A vous, à elle, à lui, à tous ?

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Je ne pense pas avoir voulu faire passer un message, j’ai écrit cela au fil de mon imagination. Après, c’est vrai qu’on pourrait dire cela mais alors, il y a plusieurs messages.

Comment s’est déroulé le choix de votre couverture ?
Paradoxal de dire que ce n’est pas mon histoire puisque c’est un de mes dessin. Mais ce roman est écrit bien avant ! Ce dessin, c’est moi, c’est elle, c’est notre différence d’âge. Comme dans ma vie mais sans pour cela pourfendre un officier. Quoique quiconque si frotterait se piquerait ! C’est aussi, la jalousie, protéger sa compagne de l’envie des autres. Venise reflète bien cette atmosphère avec ses fantômes.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Continuer d’abord, de rêver la femme et de la poser sur la toile et le papier. D’exposer mes travaux, cela va se soi et quand le rêve à poser ne m’inspire pas, écrire ; là, mon imagination suffit !

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Vivez vos rêves, sans vous occuper du regard des autres. ne vous occupez pas des différences, de castes, de religions, d’âges. Ces regards sont plus souvent envieux que désapprobateurs !