Rencontre avec Angel Wild, auteur de « Le Messager – Tome 1 »

Présentez-nous votre ouvrage.

« Le Messager » est un roman d’amour entre un ange et un démon. C’est une histoire inconnue depuis des siècles, que j’ai conçue dans ma jeunesse, et qui n’a aucune incidence planétaire, pas même à l’heure qu’il est.

 

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

J’étais un être d’une grande pureté. Dans une société où il fallait vraiment contracter pour trouver du travail, et gagner sa vie. Dans un élan lyrique, j’ai tenu, du secret de mon cœur, à affirmer que j’étais incorruptible ; et que le diable ne m’aurait jamais. J’avais besoin de l’affirmer, comme pour le gifler, pour lui dire ce qu’il était. Malheureusement, le roman m’entraîna dans son cours, et le personnage principal s’éprit de son adversaire, le démon…

 

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Aux passionnés de Moyen Age, de beaux combats, de morale chrétienne, aussi bien qu’à ceux qui s’intéressent à l’amitié universelle, à la lutte contre le racisme, à l’ouverture à tous les mondes, à la politique, à la religion, à la peur, à la terreur, à la rencontre de l’autre.

 

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Un message de progression spirituelle, dans les préceptes édictés par le Christ, dont j’étais passionné. Croyant, j’étais persuadé que l’être humain possédait personnellement les capacités d’élévation qui lui permettaient d’accéder à la vie éternelle. J’étais un rêveur. Nous dirons que c’est un message d’amour. L’amour traverse les épreuves. Ceux qui furent séparés un jour peuvent se rejoindre. Un monde de larmes n’est pas utile pour celui qui a la foi, et qui surmonte les fosses d’un merdier fait pour ses pas, avant de rejoindre l’élu de son cœur.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

C’est un portrait de pleine époque. J’avais vingt-sept ans. J’étais français. Vous trouverez de superbes descriptions de l’Enfer, dans ce livre ; le partenaire étant le Gardien des Enfers.

 

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Je n’ai plus de projets. J’écris des poèmes. Je pense pouvoir publier bientôt mon nouveau recueil.

 

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Toujours le même : aimer ce qu’ils aiment. Croquer la vie le plus possible, même par le bout de la queue.