Interview écrite


10 février 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec André Girard, auteur de « D’un chanoine à l’autre »

André_Girard_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Quelques « explorateurs » géniaux (astronomes et physiciens) ont fait voler en éclat l’étroite vision de l’univers jusque là accessible depuis l’origine de l’humanité. Ce livre rassemble, placés dans leur contexte, des textes peu connus où ces hommes, qui ont bouleversé notre vue sur le monde, expriment leurs motivations et le sens qu’ils donnent à leur vie.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Pour apporter, par ces témoignages, une contribution à l’indispensable réforme de notre système éducatif qui, depuis plusieurs générations, tient la jeunesse dans une double ignorance :
– Notre héritage culturel est maltraité ; rejeté ou caricaturé. Les auteurs des témoignages rapportés dans ce livre ont pourtant fondé leur dynamisme créatif sur cet héritage et revendiquent leur appartenance à cette civilisation, bien commun de l’Europe.
– Les connaissances de base acquises au début du siècle dernier, qui brisent radicalement le cadre de la pensée positiviste, sont éclipsées par les spectaculaires applications techniques qui en découlent. Délibérément passées sous silence dans l’enseignement, ces connaissances de base sur les deux infinis (le très petit et le très grand) réaniment pourtant l’appétit de transcendance et le questionnement métaphysique.
La jeunesse se trouve ainsi coupée de ses racines et, en même temps, maintenue dans le carcan rationaliste, sans autre perspective d’avenir qu’un utilitarisme étriqué et dérisoire.

Pourquoi écrire sous la forme d’essai ?
Parce que c’est la forme la plus simple.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
À toute personne (parent, jeune, professeur, etc.) conscient de la nécessité d’une réforme du système éducatif français.

D’où vous vient cette passion pour les explorateurs de l’univers ? Comment avez-vous trouvé tous ces textes méconnus ?
Je mesure l’écart entre le génie de ces « explorateurs » et les talents déployés dans le vaste réservoir des « chercheurs de base » dont je m’honore de faire partie.
Les « sources historiques » placées par Werner Heisenberg en annexe de son livre « La nature dans la physique contemporaine » (référence bibliographique à la page 28). m’ont été très utiles dans la recherche de ces textes également méconnus, et sous estimés, par les scientifiques et les philosophes

Quels sont les principales qualités de votre livre ?
En étudiant les œuvres de ces hommes, on ne court pas le risque de se prendre soi-même trop au sérieux.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
L’idée, bien concrète, qu’une amélioration rapide et efficace du système éducatif dans l’enseignement secondaire pourrait résulter d’une « explosion » de l’interdisciplinarité (SVT, histoire, français-philo). Une réhabilitation de la culture générale pourrait en résulter.

Où puisez-vous votre inspiration ?
Dans le Concerto pour piano No 21 en Ut majeur de Mozart ; c’est la plus belle musique du monde.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je suis l’un des treize co-auteurs d’un ouvrage intitulé Enquête sur les miracles, qui va sortir en mars.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Connaissez-vous Ératosthène ? Il a calculé la circonférence de la terre, au troisième siècle avant J.C (voir annexe 1 du livre).