Interview écrite


28 octobre 2019
Posté par
digitale@edilivre.com

Rencontre avec Amélie Martinet, auteure de «Recueil Engagé, les Arts au service d’engagements»

Présentez-nous votre ouvrage.

Recueil Engagé est une compilation de travaux abordant des sujets comme les discriminations, le féminisme et l’éducation. J’y défend des causes et je lutte contre des injustices à travers divers formes artistiques, tel que la nouvelle, le plaidoyer, la pièce de théâtre, la photographie, l’illustration et la bande dessinée.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

Je m’intéresse à différents arts et à ma connaissance, aucun livre n’allie plusieurs formes artistiques, c’était donc intéressant de sortir des formats traditionnels. Quant au sujet de l’engagement, ce livre est né de la volonté d’extérioriser l’injustice que je ressens en constatant l’état du monde. Cependant, j’ai aussi réalisé tous ces travaux en souhaitant qu’il soit vu et diffusé pour tenter de sensibiliser les gens le plus possible. Je n’imagine pas mon art dépourvu de signification. Il faut qu’il ait quelque chose à dire, et plus que ça dans ce livre, qu’il soit didactique et sensibilisateur.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?

Il s’adresse à tous ceux qui apprécie l’Art de manière générale, qu’il soit écrit, dessiné ou capté. Également, il intéressera ceux qui sont sensibles aux causes à défendre ou qui ont vécu ces injustices. Bien entendu il peut aussi être apprécié en tant que réalisation, sans avoir de volonté engagé.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

Le message le plus important du livre est le respect. En tant qu’individus nous devons accepter les différences de chacun et c’est à travers l’éducation qu’il n’y aura plus de violence ou de rejet.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans l’espoir d’un monde meilleur. Je puise mon inspiration de ceux qui luttent aussi. Que ce soit à travers des discours percutants, des témoignages poignants ou de leur art. Je pense à des personnes comme Jérémy Ferrari, Penelope Bagieu ou Emma Watson dans son discours a l’ONU.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

Je continue de dessiner et d’écrire. Je réalise aussi des vidéos puisque le théâtre est également une forme artistique qui me tient à cœur. Je pense écrire un roman fantastique qui abordera une discrimination sans qu’elle en soit le sujet central. Ce sera totalement différent de celui-ci.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

Nos actes et nos mots ont des répercussions. Il faut toujours garder ça en mémoire. Que ce soit en bien ou en mal, on touche forcément l’autre alors il vaut mieux faire en sorte que ça soit positif. Chacun est comme il est et c’est ça la richesse de l’humanité. On doit juste accepter la différence de l’autre, quelle qu’elle soit. Car nous sommes tous humains.