Interview écrite


5 février 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Albert Lasserre, auteur de « 1939-1945 La Grande Guerre »

Albert_Lasserre_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage en quelques mots ?
Il est émaillé des temps forts  de la « Drôle de guerre », de « l’opération Dynamo », la  débâcle, la capitulation, l’appel du 18 juin 40, l’Holocauste, la déportation,  la résistance et du jour le plus long, jusqu’à la victoire finale.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
Pour ne pas oublier 14-18, pour rendre hommage à  mon père David Lasserre, grièvement blessé à la bataille de la Marne en 1915, il pansa ses blessures toute sa vie ; son frère Louis, tué à l’ennemi au Chemin des Dames le 18 septembre 1918, leur nièce Henriette, militante communiste  déportée  à Ravensbrùk où elle trouva la mort  le 5 janvier 1945.

D’où vous est venu cet intérêt pour la Seconde Guerre Mondiale ?
L’histoire notamment  pour les drames nazis qui se sont succédés à une cadence infernale. Par exemple, pages 34/35, au Vélodrome d’hiver, la rafle du 16 juillet 1942 qui  donne lieu à des scènes d’épouvante. Des femmes s’évanouissent, des enfants pleurent.  Près de 7 000 personnes sont arrêtées. Parmi elles, plus de 4.000 enfants. Les juifs qui transitent par Drancy, partent ensuite pour Auschwitz.  La majorité d’entre eux est transportée vers les gares parisiennes. En général, ils sont déportés par train dans des wagons à bestiaux plombés. Le voyage dure en moyenne trois jours, dans des conditions effroyables. Les évasions sont rares. Dès l’arrivée à Auschwitz, les SS procèdent au tri. La majorité des arrivants est exterminée dans les chambres à gaz. Pour les autres, c’est le travail forcé jusqu’à la mort. Entre 1941 et 1944, 79 convois partent vers les camps d’extermination. Sur les 76.000 juifs déportés, seulement 2.500 en reviendront.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
l s’adresse aux générations de tous les âges; mais je pense que par leur originalité, les illustrations, intéresseront aussi  les philatélistes. Figurent  en effet  dans ce mémoire,  d’authentiques documents pour servir l’histoire postale du conflit.

Quelles sont les principales qualités de votre livre ?
Il nous faudrait des pages pour les évoquer.  Citons  l’opération Dynamo pages 11/12. Il faut évacuer, le plus rapidement possible 328 226 combattants dont 110 000 Français. Écrivant à sa fiancée à bord du Georges V, voici le témoignage de l’un des Français évacué le 1er juin 40 : «  Tu ne peux pas t’imaginer les souffrances que j’ai enduré et les durs moments que j’ai traversé. Nous avons embarqué ce matin avec maintes difficultés à Dunkerque car nous allions y être massacrés… »
Autour du jour le plus long (Pages 77/78,) Tout commence par un coup de bluff. Une armée fantôme est déployée au large de la côte sud de l’Angleterre : campement, équipement, station de radio, journaux, tout est factice.  Des espions allemands faits prisonniers et utilisés comme agents doubles contribuent largement à cette mystification. La dernière nuit, des avions de la R.A.F. ajoutent à la confusion en lançant des Windows, bandelettes métalliques destinées à brouiller les radars de l’ennemi. Il s’agit de faire croire aux Allemands qu’une flotte importante se dirige vers Boulogne et le Havre. Ainsi ces derniers déplacent trop tard leurs blindés vers la Normandie et se refusent à y envoyer en renforts des éléments de leur 5ème armée… »

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers votre ouvrage ?
Mon message reste un hommage à nos aînés qui ont participé au sauvetage,  alors qu’il y a 70 ans débutait ce drame qui a bien failli rayer la France de la carte. Comme annoncé, on trouvera  dans mon évocation une connotation philatélique, l’Ecrit restant le précieux témoin des hostilités.

Où  puisez-vous votre inspiration ?
Nicolas Arnaud, Thierry Bartoulot, Jean-Pierre Costille : La France et les Français pendant la seconde guerre mondiale,  Henri Amouroux La grande histoire des Français sous l’occupation, Bertrand Sinais Les camps de concentration de Struthof-Natzweiler, Sous la direction de Jacques Legrand Chronique de la Seconde Guerre Mondiale, Colonel  Deloste, Histoire postale et militaire de la Seconde Guerre Mondiale, Emile Barthelemy Catalogue de censures 39/45, Marino Carnevale-Mauzan Messages de la Croix-Rouge 39/45, Julien Lajournade Camps d’internement et prisons en France, Edmond Perron Courrier des camps de concentration,  Albert Lasserre La France et le courrier de la 2ème Guerre Mondiale.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Dans ma 89ème année, il m’est très difficile de vous répondre.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
À mon humble avis, avec plus de 60 millions de morts 39-45 fut aussi une Grande Guerre.