Interview écrite


23 mars 2015
Posté par
Flora

Rencontre avec Abdou Karim Diédhiou, auteur de « Le Parchemin des tragédies et le Demi-diola »

Abdou_Karim_Diédhiou_EdilivrePrésentez-nous votre ouvrage ?
C’est un ouvrage qui est venu à son heure, car écrit à l’âge d’une pleine maturité avec une sagesse pouvant permettre de bien analyser les choses et de bien les exprimer dans des particularités saisissantes. Sous la forme d’un prisme et le prétexte d’une sorte d’autobiographie, j’ai travaillé l’ouvrage dans une dimension à faire découvrir beaucoup de réalités insoupçonnées à travers des faits réels surprenants et déconcertants, mais édifiants.
Ce n’est pas un ouvrage qui se comprend mieux et pleinement à travers les commentaires de l’autre, mais par soi-même selon un ange de perception personnelle et par une grille d’analyse de soi.

Pourquoi avoir écrit ce livre ?
C’est surtout une volonté de vouloir me guérir ou de me décharger de ce qui me semblait être un boulet. C’est comme me confesser à travers une lettre ouverte, pour chasser des fantômes qui ont longtemps hanté ma vie. D’autre part, je considère que chaque vie est comme une empreinte digitale. Raconter sa vie ou celle d’une autre personne, cela enseigne ou apporte toujours quelque chose de particulière ou d’originale. Je devrais aussi dire que l’envie de faire un récit, de formuler des remarques qui me tenaient à cœur, de faire entendre des critiques qui me semblent nécessaires et dire mes convictions, était très vive.

À quel lecteur s’adresse votre ouvrage ?
Il s’adresse à tout le monde, mais plus particulièrement à ceux qui au-delà de leur sphère, ignorent tout ou beaucoup des autres réalités et voudraient découvrir, par le biais du livre, des formes d’existences méconnues par le monde dit civilisé. Car, les fondements et les valeurs culturels de plusieurs coins perdus du monde, sont toujours mal perçus. Et je peux croire que l’ouvrage plaira beaucoup à ceux qui aiment découvrir d’autres cultures et à ceux qui aiment vivre des récits de voyages hors du commun. Parce que tout est extraordinaire et époustouflant dans cette œuvre de l’esprit.

Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?
J’ai voulu attirer les attentions sur le fait que l’acculturation des peuples dominés, n’est pas ce qu’il y’a de mieux à faire par les peuples dominateurs ou par les puissantes organisations internationales. Car la diversité culturelle à travers les différentes civilisations, est une richesse pour le monde. Pour preuve, je pense que le tourisme endogène ou exogène est une quête de la différence, c’est-à-dire : aller vers d’autres horizons pour découvrir de nouvelles choses.

Où puisez-vous votre inspiration ?
C’est le milieu des arts et de la culture où j’évolue par moment, qui m’a beaucoup inspiré, et également les valeurs culturelles de mon ethnie. Mais c’est en travaillant sur les relations et les chocs entre les cultures dans les mœurs, et sur l’évolution mondiale vers une forme culture standard ou une civilisation universelle influencée volontaire par de puissants moyens de communication, tout cela m’a aidé à asseoir l’idée de base du concept de mon ouvrage.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?
Je travaille sur un projet qui est comme un compte à rebours ou un retour en arrière par rapport à mon premier ouvrage. Cela dit que mon prochain ouvrage fera la genèse et les différentes péripéties jusqu’à l’aboutissement de mon ouvrage « Le Parchemin des tragédies et le Demi-diola ». D’autre part, les questions de politique internationale m’intéressent également, et je compte publier un essai sur ça.

Un dernier mot pour les lecteurs ?
Je recommande fortement aux amoureux du livre et des astuces de la plume, à découvrir « Le Parchemin des tragédies et le Demi-diola ». À coup sûr, ils l’aimeront et certainement le recommanderont à leurs proches et amis.