Autour du livre


13 janvier 2014
Posté par
Flora

Quelques conseils pour écrire des fables

Envie de vous confronter aux fables et d’écrire votre propre recueil ? Voici quelques petits conseils pour vous guider dans un genre plus exigeant qu’il n’y paraît.

Ecrire_des_fables_EdilivreTrouvez une morale
Avant même de commencer votre fable, vous devez définir ce que vous souhaitez faire comprendre à votre lecteur à travers les lignes. C’est la morale, l’aspect le plus important de la fable. Ce message que vous allez délivrer à travers l’histoire peut être un proverbe, un dicton ou bien même une valeur qui vous est chère. Elle est généralement énoncée clairement, au début ou à la fin. Toute votre histoire va servir cette morale, qui va dicter les actions de vos personnages, va expliquer leurs réactions. Comprenez que vous ne construisez pas votre morale en fonction de vos protagonistes mais que c’est l’inverse qui doit se produire.

Trouvez des personnages
Bien souvent, il s’agit d’animaux ou d’éléments végétaux à qui vous allez conférer le don de parole. Cet exercice plutôt amusant, dont le nom savant est anthropomorphisme, va vous permettre de faire dialoguer entre eux des êtres qui à priori ne le ferait pas dans la langue de Molière. Il est évidemment difficile de passer à côté des Fables de La Fontaine, dont certains duos – Le corbeau et le renard, le lièvre et la tortue, la cigale et la Ecrire_des_fables_Edilivrefourmi, le chêne et le roseau, etc… – sont restés célèbres, ou bien encore de celles du romain Phèdre ou du grec Ésope. L’avantage des animaux est qu’ils sont un moyen agréable de pasticher des situations bien humaines et donc de garder une certaine distance.

Si le fabuliste reste la plupart du temps très conventionnel (majoritairement deux personnages par fable), vous êtes totalement libre d’en ajouter ou bien même pourquoi pas de n’en mettre qu’un seul. Il n’est pas non plus obligatoire que vos personnages soient des animaux et on pourrait très bien imaginer des fables plus modernes, dans des environnements plus actuels, plus urbains, et mettant en scène exclusivement des êtres humains. Vous n’avez pas besoin de leur trouver des noms, leur race (pour les animaux) ou leur métier sont généralement assez significatifs. Dans les fables, tout est une question d’image.

Respectez le format
Il n’y a pas de limite à votre imagination mais il existe une règle à respecter absolument : le format. Ici, guère de place à l’improvisation. Là où le conte permet de mettre en avant une morale grâce à la prose, la fable lui préfère les vers. En cela, la fable se rapproche de la poésie et vous obligera à en appliquer les règles les plus élémentaires. Veillez également à ne pas faire trop long, pour ne pas que votre lecteur se perde ou que votre récit s’essouffle. Il est Ecrire_des_fables_Edilivreaussi important de ne pas trop varier les lieux de l’action et de n’en conserver qu’un ou deux, grand maximum trois. Un récit trop dispersé nuirait à l’ambiance et à la cohérence de votre fable. C’est bien connu, prudence est mère de sûreté.

Pourtant, comme la poésie, les règles peuvent être contournées et vous pouvez vous risquer à les transgresser pour vous démarquer. Vous savez ce que l’on dit, qui ne tente rien n’a rien.

Vous êtes-vous déjà attaqué à ce genre ? Quelles sont vos techniques pour parvenir à écrire une fable ?

Article écrit avec la participation de Quentin